Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER LA 426 & MIB
dabberblimp"



 

 :: Cosmopolis :: dortamm district :: résidences Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

What do you mean, “feelings” ? - avec Abigail

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Juil - 14:53
Ludlow & Abigail
What do you mean, "feelings" ?


Ludlow venait de se faire r e k t. Puissance cinquante mille. On pourrait même dire qu’il s’était fait ex-plo-ser. Vraiment. Si il avait été un poil plus susceptible - et avait une fierté plus grande que celle qu’il semblait vouloir mettre systématiquement au fond de ses chaussettes - il se serait révolté, aurait crié au scandale, aurait demandé un procès et se serait battu pour son honneur.

Mais Ludlow n’était pas à ce point dans l’excès - c’était presque étonnant d’ailleurs. Après tout il venait simplement de perdre à Mario Kart.
En terminant douzième.
A une coupe grand chelem en 150cc.
Devant vingt personnes.
Rien de très dévalorisant pour son estime de lui - Ludlow n’a aucune estime de lui de toute façon.

Ludlow reposa sa manette de Wii calmement et croisa les bras tandis qu’un petit sourire prenait place sur ses lèvres meurtries. Ses yeux se posèrent sur celle qui venait de lui mettre la raclée du siècle : Abigail.

“Putain mais tu l’as laminé ! T’es trop forte !” “Faut que tu m’apprennes à jouer comme ça !” “Je pensais que tu serais meilleur que ça Lud !” “Elle est trop cool ta pote tu me la présentes ?” “Eh miss tu joues contre moi ?! Je t’offre la partie !”

Ils avaient prévu de passer cette après-midi ensemble -ils en passaient de plus en plus souvent tous les deux depuis quelques semaines, mais Ludlow n’y avait pas vraiment fait attention. Ludlow aimait la compagnie d’Abigail. Elle était cool, et souriante, et elle était mignonne. Ils passaient de super moments sur les jeux vidéos, même si Ludlow perdait souvent - parfois il le faisait exprès, juste pour voir cette lueur de de fierté dans le regard de la jeune fille, parce que cela l’amusait. Ils pouvaient aussi se contenter de marcher dans les rues, flânant, en se racontant des anecdotes ou des histoires inventées, souvent Ludlow racontait des conneries qui n’avaient aucun sens et ça la faisait rire, alors il continuait.

Cette après-midi ils avaient commencé par les arcades et après avoir hésité pendant une demi-heure (parce que Ludlow est incapable de choisir), ils avaient décidé de se faire un tournoi sur Mario Kart Wii. Cela n’avait pas tardé à amener des curieux qui trouvaient qu’une jeune femme déterminée et énergique en train de s’investir à fond dans un jeu de karting avec comme adversaire un grand mec flegmatique et à moitié défiguré, c’était plutôt marrant à regarder. En plus Ludlow avait choisi de concourir avec Harmony - parce qu’il la trouvait cool.

Désormais tout le monde félicitait Abigail pour son sans-faute tandis que Ludlow se craquait les articulations engourdies - les gens n’osaient pas trop l’approcher, il était un peu effrayant. Seuls ses connaissances, des habitués du lieu, le raillaient gentiment et lui demandaient avec plus ou moins d’insistance où est-ce qu’il avait rencontré une fille aussi énergique et combative.

“Sur la plage.” se contenta-t-il de répondre, et c’était vrai. L’été dernier, Abigail avait été intriguée par son apparence de défiguré alors qu’il vendait des glaces à des gamins flippés un dimanche d’août. Ils avaient commencé à se parler là, et puis avaient continué après.

Abby réussit à se débarrasser de ses admirateurs finalement, et quand Ludlow commença à montrer des signes d’impatience - ce qui était rare donc très peu rassurant - ses connaissances presserent les autres de se bouger et de les laisser tranquilles. Ils allaient enfin pouvoir quitter l’endroit.

- Franchement je pensais encore pouvoir gagner avant que tu ne m’envoies cette saloperie de carapace bleu de ses morts. commenta-t-il alors qu’ils marchaient tous les deux en direction de son appartement - il l’y avait invitée.

Ludlow avait arrêté de faire des efforts sur son langage avec Abigail, en particulier depuis qu’ils s’affrontaient aux jeux vidéos, parce qu’il ne pouvait simplement pas rester poli en se faisant exploser à Mario Kart.

Il ne leur fallut pas beaucoup de temps pour arriver jusque chez lui, à Dortamm, depuis le centre, cela ne prenait pas plus d’une demi-heure à pieds. L’appartement de Ludlow était grand - beaucoup trop pour l’usage qu’il en faisait - et meublé par le strict minimum - un canapé, une télé dans une pièce à vivre, une table et une plaque chauffante dans la cuisine, un lit et une armoire dans la chambre. C’était propre et bien rangé, non pas parce qu’il était maniaque mais parce que Ludlow n’avait de toute façon pas beaucoup d’affaires, il n’était pas très matérialiste et dès que quelque chose le gênait ou n’avait pas d’utilité, il le jetait. Mais cela lui convenait ainsi. Il aurait peut-être à la limite dû acheter des petites étagères Ikea pour ranger certains de ses bouquins sur la nanotechnologie et ses DVD, mais il avait peur de brûler l’ensemble de la boutique suédoise si il n’arrivait pas à monter leur meuble au nom imprononçable.

- Du coup tu m’as dit que tu voulais une aprèm Netflix and chill ? Bon j’ai pas netflix mais si t’as une idée de film je peux toujours le télécharger.

Ludlow n’a pas les moyens de se payer un abonnement Netflix, pour l’instant.
©️ ASHLING POUR EPICODE




Les cadeaux des plus beaux !!:
 
Revenir en haut Aller en bas
What do you mean, “feelings” ? - avec Abigail
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: dortamm district :: résidences-
Sauter vers: