Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER EURÊKA
dabberblimp"



 

 :: Cosmopolis :: dortamm district :: résidences Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

In your bed, in your bed, zombie, zombie, what's in your bed ? - avec Jamie

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Juil - 16:32
participant 1Ludlowparticipant2Jamie

In your bed, in your bed, zombie, zombie, what's in your bed ?

Coeur sur toi bb

TW - violence verbale
Ludlow ouvrit un oeil, difficilement. Et puis le deuxième, tout aussi difficilement.

Il avait très mal dormi. Trop mal. Pourtant il était dans son lit, son lit à lui, chez lui donc, dans son appartement. Il aurait dû bien dormir cette nuit, il n’avait même pas bu la veille au soir - enfin il ne s’en souvenait pas. Mais il aurait eu un autre goût dans la bouche, et il aurait eu soif, si il avait bu - ou trop bu. Hors là, il ne se sentait pas nauséeu, juste fatigué, il n’avait pas assez dormi. A quelle heure s’était-il couché ?

Ludlow fit doucement revenir les souvenirs de la veille au soir dans sa tête sans se brusquer, alors qu’il se frottait les yeux et s’étirait. Il constata qu’il était nu, aussi, ce qui n’était pas sa tenue habituelle pour dormir - il mettait toujours un jogging et même un t-shirt en hiver. Il s’était forcément passé quelque chose hier soir pour qu’il se retrouve dans cet état ce matin.

Mais quoi ?

I feel so unsure
As I take your hand and lead you to the dance floor
As the music dies something in your eyes
Calls to mind a silver screen and all its sad goodbyes


Ludlow se stoppa alors qu’il était en train de faire craquer sa nuque et écarquilla les yeux.

Il y avait quelqu’un qui chantait. Quelqu’un, chez lui, chantait. Sous sa douche, il se rendit finalement compte en entendant l’écoulement régulier de l’eau. Quelqu’un chantait sous sa douche, et chantait faux en plus. C’était atroce.

I'm never gonna dance again
Guilty feet have got no rhythm
Though it's easy to pretend
I know you're not a fool
I should have known better than to cheat a friend
And waste a chance that I'd been given
So I'm never gonna dance again
The way I danced with you


En plus l’autre chantait Careless Whisper, de George Michael - oui Ludlow reconnaissait cette chanson, c’était la chanson préférée de sa mère. Mais là, le morceau était tellement massacré que le tolérer une seconde de plus aurait été du masochisme.

Ludlow n’attendit pas une seconde de plus, il se sentait chauffer déjà mais n’y prenait pas garde. Il se leva, prit le temps d’enfiler un caleçon parce qu’il n’appréciait pas particulièrement de se balader à poil, surtout pas si il y avait un type dans sa douche, et s’avança en trombe jusqu’à la salle de bain dont il ouvrit la porte à la volée, prêt à gueuler un “mais foutez le camp de chez moi !” - les limites de sa patience étaient atteintes extrêmement vites lorsqu’on envahissait son espace personnel, et prendre une douche chez lui était plus qu’une invasion, c’était une attaque nucléaire de front.

Sauf qu’il ne le fit pas. Ludlow ouvrit la porte à la volée, et resta coi.

Time can never mend
The careless whispers of a good friend
To the heart and mind ignorance is kind
There's no comfort in the truth, pain is that all you'll find


Dans sa salle de bain, en train d’imiter de façon atroce la mélodie du saxophone de la fameuse chanson de Wham! tandis qu’il terminait tranquillement sa douche, se trouvait Jamie. Et soudainement, les souvenirs de la veille revinrent tous d’un seul coup à la tête de Ludlow, qui faillit tomber à la renverse de surprise.

ll avait croisé Jamie en revenant du boulot cette nuit, vers une heure du matin. Il fumait sa clope lorsque Jamie et trois de ses potes lui étaient tombé dessus, presque littéralement, complètement bourrés. Evidemment, Jamie avait saisi l’occasion et ils n’avaient pas pu s’empêcher de s’insulter.

Sauf qu’au lieu de s’arrêter là et de passer son chemin, Jamie l’avait suivi, se trainant derrière lui ou s’accrochant à son bras, alors qu’ils continuaient à se donner tous les noms d’oiseaux possibles. Si bien que, trop fatigué pour le convaincre de se barrer alors qu’il était bourré et impossible à raisonner, Ludlow avait ramené Jamie chez lui.

Dans son appartement d’abord. Et puis dans son lit. Et puis merde pourquoi il avait fait ça putain ? Jamie n’était même pas son genre de mec, et il le détestait ! Et là il prenait une douche dans son appartement, en chantant faux, il y avait de quoi péter un sacré câble. Ce que Ludlow fit sans plus tarder.

- Mais qu’est-ce que tu fous ici espèce d’enculé d’alcoolique de merde ?!

Si il ne faisait pas si humide dans la salle de bain sans doute que Ludlow aurait flambé.
©️linus pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Juil - 0:00
Nope, didn't happen, don't know what you're talking about.
Ludlow Moore
S’inquiéter de se retrouver dans le lit de Ludlow ne faisait plus parti des habitudes de Jamie. Plus depuis que finir dans son lit en était devenue une justement.

C’est pour ça qu’en se réveillant à ses côtés ce matin là (et quelle joie quand il s’était rendu compte qu’il n’étaient pas collés l’un à l’autre et complètement entremêlés comme ça avait pu arriver à plusieurs reprises), il s’était levé comme si de rien n’était, avait récupéré ses vêtements de la veille (avec des trous causés par des flammes, hmm, heureusement que ça collait avec son style punk… ), et il était directement allé se doucher.

Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, la douche de Ludlow n’était pas si pourrie que ça. Déjà c’était ergonomique, il y avait de la place, et le jet avait une pression tout à fait honorable. Mais il fallait dire que Jamie partait de loin, les douches de la fraternités étaient souvent cassés par une mauvaise utilisation en état d’ébriété. Ce qui rendait le fait de coucher avec Lud vachement moins désagréable.

Par contre il n’y avait pas de shampoing, ni de gel douche. Il y avait juste un savon qui devait tout faire, et qui n’était ni adapté à ses cheveux ni à son corps et qui n’avait pas une bonne petite odeur agréable dès le matin. Déception.

A quoi il s’attendait de toute façon ? Il connaissait Ludlow depuis des années. C’était déjà étonnant qu’il ait un appart comme celui ci, il ne fallait pas s’attendre à ce qu’il ait tout le matériel qui allait avec !

Jamie se demanda un instant si son némésis avait un sugar daddy, mais en fait il n’en avait rien à faire alors il passa à autre chose.

Careless whisper, pour être plus précis.

ce n’était pas son genre habituel, mais il devait se diversifier pour plaire aux filles. (les mecs se fichent de comment il chante, ils préfèrent le voir faire autre chose avec sa bouche… Mais c’est une autre histoire).

Et alors qu’il trouvait enfin sa voix sur la chanson, et qu’il arrivait vraiment à le chanter parfaitement, cet espèce de sans gêne était entré dans la salle de bain sans prévenir, l’interrompant dans sa chanson. Non mais oh.

Et puis il l’insultait, soit dit en passant. Quelle impolitesse.

Il sortit de la douche en un instant pour se poster devant son ennemi de toujours.

“Mais va chier connard ! Déjà c’était pas moi l’enculé hier soir, je te rappelle.”

Pour une fois. Il se retrouvait bien plus souvent dominé que dominant. Pas qu’il s’en soucie avec qui que ce soit d’autre, mais il s’agissait de Ludlow et il ne supportait pas de lui être inférieur en aucune situation. Ou bien le fait que Ludlow sache ce qu’il faisait. L’idée qu’il le fasse jouir lui était tout simplement insupportable.

“Et puis ça va pas de débouler comme ça ?! Tu voulais me surprendre à poil ?!”

Il avait un grand sourire maintenant. Parce qu’il savait qu’être à poil devant Ludlow avait toujours son effet. Et puis pour le faire chier il remit son pantalon, lentement, en regardant son hôte dans les yeux, et en continuant de l’insulter, parce que c’était toujours sympa d’insulter Ludlow. Il ne prit même pas la peine de remettre son boxer ou aucun autre de ses vêtements.

Et c’est donc avec juste son pantalon troué, et toujours en l’insultant qu’il se dirigea vers la cuisine de Ludlow. Ou il commença à préparer le petit déjeuner.
summer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Juil - 20:07
participant 1Ludlowparticipant2Jamie

In your bed, in your bed, zombie, zombie, what's in your bed ?

jamie devrait prendre ses patins et rouler sur ses grands morts

TW - violence verbale
Ludlow toisa Jamie, les poings serrés et les sourcils froncés : cela se lisait sur son visage qu’il était exaspéré. Jamie le méprisait, comme d’habitude, en plus de l’insulter gratuitement et de se foutre de sa gueule. C’était insupportable. Il n’y avait pas pire que cette situation pour se réveiller un dimanche matin.

(Enfin si. Une fois il s’était réveillé sur un banc au milieu de Central Park sans aucun souvenir de la veille au soir et sans t-shirt, mais c’était une autre histoire.)


- J’en ai rien à foutre de te voir à poil et arrête de raconter des conneries, t’étais beaucoup trop bourré pour baiser correctement hier soir.

Non vraiment, maintenant qu’il se souvenait parfaitement de ce qu’il s’était passé avant qu’il ne s’endorme, Ludlow était tout à fait en mesure de se faire la morale pour avoir encore laissé Jamie l’embobiner avec ses combines. Non parce que, malgré tout, Ludlow n’appréciait pas particulièrement de coucher avec lui - enfin dans la théorie après dans la pratique il réitérait trop souvent pour qu’il n’aime pas ça au moins un minimum, mais physiquement parlant uniquement.

En soit, Jamie n’était pas du tout le type de Ludlow - si tant est qu’il ait un type, il n’était jamais vraiment regardant sur ce qu’il mettait dans son lit. Mais quand même. Jamie c’était… c’était Jamie quoi. Il avait certainement son charme et une certaine beauté physique mais Ludlow y était totalement insensible.

Sérieusement, il le détestait.

Ludlow répondit à toutes ses insultes du tac au tac en le suivant dans la cuisine, attrapant un jogging au passage pour l’enfiler tout râlant, avant de se stopper en voyant que Jamie commençait à préparer le petit-déjeuner.

- Non mais fais comme chez toi aussi, vas-y je dirais rien, t’es vraiment qu’un pauvre con sérieux - tu bois du café ?

Ludlow sortit des tasses d’un buffet et commença à se préparer son café, gardant cependant toujours un oeil sur Jamie, au cas où.
Regardant son dos aussi.

Ludlow appréciait son dos -physiquement parlant. Il était tatoué, et les formes s’agençaient bien sur sa peau - encore mieux lorsqu’il se cambrait, songea Ludlow une seconde et un petit rictus qui étira ses lèvres en un sourire indéchiffrable.
Mais il le perdit très vite, reprenant un air maussade. Il ne serait pas de meilleure humeur tant qu’il n’aurait pas pris son café et surtout tant que l’autre n’aurait pas dégagé de chez lui. Il sortit un paquet de céréales à moitié entamé, un bol, du lait, et s’installa sur une des chaises hautes devant le plan de travail de sa cuisine à l’américaine puis se servit -le lait d’abord- tandis que le café chauffait.

Il tourna le dos à Jamie, exprès, pour ne pas voir sa sale tête, et le laissa se débrouiller avec son propre petit déjeuner tandis qu’il mangeait ses céréales et consultait son téléphone portable. Avec un peu de chance, s’il l’ignorait, Jamie disparaîtrait.

©️linus pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Juil - 20:33
Nope, didn't happen, don't know what you're talking about.
Ludlow Moore
Jamie faisait absolument comme chez lui. Déjà parce que Ludlow lui avait gentiment proposé, mais aussi parce que Jamie était un sans gêne de première classe qui en faisait que ce qui lui plaisait.

Comme par exemple fouiller impunément le frigo du maître de maison.

Bon, de toute façon, pour ce qu’il y avait dans le frigo, il était même difficile de parler de fouiller. Il y trouva de la salade, plusieurs bières, des œufs, et des yaourts périmés. Pas vraiment le genre d’un mec qui prend soin de lui. Ça allait avec la personnalité de l’explosif.

Comme il n’y avait que ça de comestible, il prit les œufs et se fit une petite omelette. (sweet home-lette).

Il répondit à l’affirmative quand Ludlow lui proposa du café.

« Mais une petite tasse parce que le tiens est vraiment dégueulasse. »

C’était assez ironique de voir qu’il avait tellement l’habitude l’un de l’autre qu’ils restaient ensemble pour le petit déjeuner.

Enfin, « ensemble », disons qu’ils arrivaient à rester dans la même pièce sans s’étriper, et connaissant les personnages c’était déjà pas mal. Ludlow ignorait Jamie. C’était son rituel pour un matin tranquille. Des fois l’erog le laissait faire, parce qu’il avait d’autres choses prévues dans la journée et qu’il n’avait pas de temps à perdre.
Mais ce n’était pas le cas d’aujourd’hui. Il était donc parfaitement temps de voir combien de temps l’autre brun tiendrait sans lui sauter dessus.

De façon violente où sexuelle, les deux lui convenaient.
Il fallait maintenant trouver les bons mots pour ça. Il commença avec un petit.

« Cette omelette a vraiment l’air bonne. Tu sais ce qui serait parfait pour l’accompagner ? »

Il s’assit en face de Ludlow et de ses céréales, son propre plat devant lui. Il regardait son némésis avec persistance, et s’amusa à prendre le regard le plus suggestif qu’il avait.

« Une bonne grosse saucisse bien onctueuse… »

Il laissa une pause pendant laquelle il dégusta une part conséquente de son omelette avant d’ajouter :

« Pas la tienne du coup. »

Ce qui se résuma dans sa tête par un bel « et toc » des familles. Il se retint de sourire et se concentra sur le fait de prendre son petit déjeuner et de voir la réaction de son meilleur ennemi.

summer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Aoû - 17:03
participant 1Ludlowparticipant2Jamie

In your bed, in your bed, zombie, zombie, what's in your bed ?

jamie la répartie putain

TW - violence verbale
Ludlow termina de préparer le café et servit deux tasses. Deux grandes tasses du coup puisque Jamie avait spécifié qu’il en voulait une petite parce que apparement il n’aimait pas son café et bien tant pis pour sa gueule Ludlow n’allait pas être aux petits soins avec lui. Ok, il le prenait peut-être un peu fort -noir- en comparaison avec ses céréales et son lait, mais Jamie était une petite nature aussi.

Il est pas dégueulasse c’est juste qu’il est trop fort pour ton palais de midinette.

Il posa une tasse en face de Jamie et sirota la sienne du bout des lèvres : c’était encore un peu chaud, il la reposa et prit une cuillère de céréales humides. Il constata que Jamie était parti ce matin dans l’optique de lui casser les couilles jusqu’au bout. Merveilleux. Ludlow était vraiment bien luné pour ça aujourd’hui. Il savait d’ors et déjà qu’il ne tiendrait pas longtemps, surtout pas avec sa sale gueule enfarinée juste devant lui. Y avait-il pire torture sur terre que de devoir faire face à Jamie Sullivan pour le petit déjeuner ? Ludlow se dit que non.

Il ne répondit même pas à sa question le regardant à peine, espérant toujours secrètement que s’il l’ignorait il disparaîtrait, comme quand il était gamin avec les monstres sous son lit. Mais il n’avait plus huit ans et Jamie était toujours en face de lui, bien réel, et toujours aussi chiant rien que par sa présence -les monstres sous le lit c’était rien en comparaison. Il releva les yeux vers lui finalement et haussa un sourcil en buvant un peu de café, le nez dans la tasse.

Est-ce que Jamie cherchait à le provoquer ? Probable. Mais c’était mauvais. Ludlow avala sa gorgée de café et reposa sa tasse, puis il observa quelques secondes Jamie en posant son visage sur sa main. Il ne put empêcher un petit rictus amusé d’étirer ses lèvres lorsqu’il lui répondit finalement.

C’est marrant c’est pas ce que tu disais quand tu m’avais dans la bouche hier soir.

Ludlow reprit une gorgée de café (faute d’avoir du thé parce que bro that’s the tea) puis reporta son attention sur ses céréales. Si Jamie voulait le provoquer, il faudrait qu’il y aille vraiment plus franchement car Ludlow était encore assez détendu du fait d’avoir finalement son café et pas totalement réveillé pour réagir au quart de tour. Cela dit, il était quand même agacé que l’autre se soit permi de taxer ses oeufs, il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il allait pouvoir manger à midi du coup. Foutu Sullivan.


©️linus pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Aoû - 8:53
Nope, didn't happen, don't know what you're talking about.
Ludlow Moore
Jamie éclata de rire. Ce qui était un peu toujours étrange à faire dans l’appartement froid de Ludlow, qui était encore plus froid quand il se trouvait face à Jamie.

Mais l’Erog était jun bon vivant, et il prenait particulièrement plaisir à ses joutes verbales avec Ludlow. Surtout quand le jeunot avait de la répartie comme ça.

"Tu te rends quand même compte Lud, que si j'étais capable de parler la bouche pleine c'est que… Eh bien, elle ne devait pas être si pleine que ça. "

Bien sûr il ne parlait pas la bouche pleine. Enfin, si, souvent, mais quand il mangeait, parce qu'il aimait trop parler et qu’il n’avait ni une excellente éducation ni de bons exemples parmi ses amis. Mais il ne le faisait pas quand il faisait des fellations. Il n’avait pas acquis le surnom d’Oral Master en faisant n’importe quoi, et encore moins en tapant la discute.

Et Ludlow le savait. Ça faisait un moment maintenant qu'il était aux premières loges pour admirer son talent. Même si il ne l'appréciait pas à sa juste valeur.

Il prit une gorgée de son café. Berk dégueulasse, bien trop fort. Il fallait vraiment qu’il se note quelque part d’arrêter de prendre le petit déjeuner avec le brun. Il y a rien a mangé et le peu de disponible est mauvais. En plus nul/20 pour l’accueil, mais Jamie a le sentiment que c’est juste un bonus personnel.

Bon après le gput de la bouffe… plus que son palais de midinette cest son palais d’Erog qui est en faute.

Enfin bon. Il est ma attablé avec Lud, pour une fois il sait plus trop quoi racpnter comme connerie, et il s’ennuie.

Alors le plus subtilement du monde, et en continuant à boire son cafė comme si de rien n’était, il va, de son pied, caresser doucement les jambes de son nemesis

summer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Aoû - 10:54
participant 1Ludlowparticipant2Jamie

In your bed, in your bed, zombie, zombie, what's in your bed ?

mais casse-toi

TW - violence verbale
Ludlow ignore Jamie, parce que c’est encore ce qui fonctionne le mieux avec lui, et qu’il compte de toute façon le mettre dehors dès qu’il a terminé son café -il ne lui reste plus qu’une ou deux gorgées. Il finit ses céréales déjà, sans regarder l’autre qui fait des mines dégoûtées face à ce qu’il doit ingurgiter. Ludlow s’en tape. S’il n’est pas content il n’a qu’à aller déjeuner ailleurs, dormir ailleurs même ça serait encore mieux. Il prend sa dernière bouchée de céréales qu’il mâche en se frottant les yeux. Il retournerait sans doute faire une petite sieste une fois Sullivan dégagé de chez lui. Un bon programme.

Bon programme qu’il n’allait probablement pas suivre en fait, parce que Jamie avait décidé de l’emmerder jusqu’au bout. Ludlow sent son pied qui se frotte à ses mollets, et il relève des yeux blasés vers l’autre homme. “Tu fous quoi là ?” souffle-t-il alors que Jamie a un sourire d’imbécile heureux sur les lèvres et qu’il continue de glisser sa jambe, tout fier. Ludlow se redresse et se mord l’intérieur de la joue. Il n’est pas trop d’humeur à jouer ce matin, et il espère que Jamie en a conscience. “Ok alors, je termine mon café, et t’as plutôt intérêt à avoir arrêté ça quand j’ai fini.” Il prend une gorgée, Jamie continue, une deuxième, et Jamie ne s’est pas arrêté, Ludlow termine son café et son regard brille.

Ok Sullivan comme tu voudras.

Ludlow se redresse, quitte la table, prend son bol de céréales, vide, et sa tasse, vide aussi, et va les mettre dans l’évier. Et puis il se retourne vers Jamie, Jamie qui le regarde toujours à moitié comme s’il allait le bouffer et Ludlow avait fini par ignorer ce détail à force, mais ce matin ça l’énerve plus que d’habitude. En deux pas il est devant lui, et il le chope par le menton. “Je sais que tu t’amuses comme un fou chez moi, mais si tu te barres pas maintenant soit je te mets dehors moi-même, soit je te mets dans mon lit et tu regretteras de pas être parti quand tu pourras plus marcher correctement pendant deux jours.


©️linus pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Sep - 16:55
You know I like it rough
Ludlow Moore
Quand Ludlow se retrouve devant Jamie, le jeune Erog n'en a rien à foutre de ce qu'il peut bien lui raconter. Il sait ce qu'il veut et il espère bien l'obtenir.

Alors il choppe Ludlow par le col et lui roule la pelle de sa vie.

Quand il s'écarte pour respirer, ils sont tous les deux pantelants et carrément prêt à passer à la suite. Alors Jamie se déshabille -il ne portait que son pantalon de toute façon.

Il tire Ludlow avec lui jusqu'à la chambre.

"J'espère vraiment que tu vas tenir cette promesse"

Et le reste mesdames messieurs, personnes n'en saura rien.

(Sauf peut être Jaemin et Elisabeth qui ont le malheur d'être les voisins de cet espèce de crétin carbonisé.)

summer
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
In your bed, in your bed, zombie, zombie, what's in your bed ? - avec Jamie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: dortamm district :: résidences-
Sauter vers: