Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER EURÊKA
dabberblimp"



 

 :: Cosmopolis :: janha district Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Roses are red, violets are blue, j'suis pris du coup ?" | Eliezer

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Juil - 23:55
- District plein d'hommes verts d'mon talent,
Normal, Magnus, "grand" même dans ta langue.
Pantalon, veste : j'ai trop de classe.
Extra-terrestres : c'est trop de crasse. ♪

Balade au calme parsemée de rap et crachats dans le quartier de Janha, cette promenade cachait en réalité un repérage de la part de l'adhérent de la Boom. Routes, trottoirs, impasses et allées, chaque recoin y passait, rien n'échappait au regard affuté de l'homme aux lunettes de Lui. Le moindre passage était analysé pour devenir un potentiel point d'évasion. Magnus en avait sa claque de sévir dans le District Douze qu'il connaissait comme sa poche, les vols à l'arraché et les simples bagarres devenaient trop fades. Il voulait passer à l'étape supérieure, marquer les esprits et les âmes sensibles. Quelque chose à la hauteur de son égo. Pour ça il fallait évidemment frapper directement chez les aliens, défoncer leur porte et piétiner leur tronche comme un paillasson au milieu de leurs semblables, leur inspirer la peur, passants, commerçants, qui allait devenir la proie des ambitions du jeune humain ? Soudain une enseigne attira son attention, il s'attarda dessus, une modeste boutique de fleur.

Il entra sèchement, se précipita vers le comptoir et fixa le gérant la mâchoire levée. Il s'arrêta un instant pour fouiller sa veste et plaqua en un éclair sa main contre le mobilier, sous sa paume se trouvait un étrange document.

- Wesh, c'est pour postuler en tant que boss de ce machin, ou te proposer d'être mon employé, c'est toi qui voit, j'suis un patron à l'écoute si tu parles pas trop. Comme tu peux le voir j'ai ramené mon CV, c'est une photo de moi, ce papier a plus de valeur que n'importe quel diplôme, t'es pas d'accord ? J'suis parfait pour ce rôle, les plantes poussent plus vite près de moi parce que je suis é-blou-i-ssant ! Voilà, je commence demain mon pote.

Après tout, c'était la dèch', la Boom n'était pas très lucrative et il cherchait du taff depuis des années alors alien ou non, il allait faire une petite exception pour une fois. Et puis... On est pas à un jour près, hein !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Juil - 3:05
Rien en cette belle journée de Juillet n'aurait pu le préparer à la visite impromptue de cet énergumène qui, sans la moindre manière, entrait pareil à une furie dans sa modeste boutique de fleur. Eliezer l'avait observé du coin de l’œil, s'inviter comme si l'endroit lui appartenait, piétiner le sol comme s'il cherchait à y marquer son territoire. Un léger froncement de sourcil avait brisé l'harmonie de son visage, faisant réaliser à autrui qu'il n'était pas qu'une simple statue de marbre, décoration au milieu de ce paradis de senteurs et de couleurs.

Celui vers qui s'avança cet homme n'était pas le gérant, mais son petit employé qui ne savait visiblement plus où se mettre, cherchant à se faire plus petit qu'il ne l'était, quitte à disparaître dans le sol. Avec calme, le lyme se dirigea vers la scène incongrue et jaugea d'un rapide coup d’œil le brun. Il le dépassait d'une tête et, bien qu'il n'en avait pas l'intention, se mit à le toiser de haut alors qu'il récupérait ledit CV posé sur son comptoir. « Je m'en occupe, » souffla Eliezer à l'attention de son unique employé, qui déguerpit aussitôt, reconnaissant.

Son regard se détacha de l'individu à l'allure suspecte pour examiner le document qu'il tenait et celui-ci lui fit arquer un sourcil. Il ne se trouvait pas indigné par un tel comportement, plutôt intrigué par une audace aussi démesurée et, quelque part, amusé même s'il n'en montra rien. De sa main libre, il prit son menton alors qu'il affichait doucement un air pensif, comme s'il réfléchissait à la proposition offerte - si toutefois il était convenable de l'appeler ainsi. Il rendit la feuille à son propriétaire auquel il adressa un sourire si léger qu'il en était à peine perceptible.

Loin de vouloir causer le moindre souci à son établissement, il espérait pouvoir régler cette histoire avec diplomatie même s'il doutait fortement des chances que cela se termine aussi aisément, quant à l'allure de cet homme. Ne souhaitant pas le juger trop vite sur des éléments si trompeurs, Eliezer décida de s'intéresser à son cas : « Que désirez-vous, monsieur ? » Là était toute la question, car il n'apparaissait pas comme ayant un quelconque intérêt envers les plantes. Il s'apparentait plus à une mauvaise blague.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Aoû - 20:05
Alors qu'il venait pour un boulot, voilà qu'un arbre homophone intervint, une blancheur qui s'élevait sans fin et si vous pensiez que Magnus aurait pu se sentir gêner devant quelqu'un de plus grand sous prétexte qu'il lui était inférieur ou qu'il penserait que cette personne avait l'audace de lui faire de l'ombre, il n'en était rien, au contraire l'homme aux lunettes de soleil appréciait les personnes de grande taille, elles avaient le don de naturellement baisser les yeux devant lui. Pour le membre de la Boom, c'était un bon point pour l'établissement néanmoins il n'avait aucune idée de l'identité de ce géant.  

« T'es qui toi ? T'as pas vu que j'étais en pleine négociation ? Mais tranquille tu peux garder ma photo, elle est dédicacée, dans pas longtemps elle vaudra des millions, on fera 99-1, un c'est déjà pas mal pour toi, tu trouves pas, je serais content à ta place. »

Le bouleau ouvrit la bouche et posa une simple question, il répondit donc tout aussi simplement au tréant avec son insolence habituelle ceci :

« Sinon, comme je l'ai déjà dit,  je suis le nouveau patron mais je prendrais bien un Big Mac et une petite frite avec ça, grande perche. Et passe un coup de balai après ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
"Roses are red, violets are blue, j'suis pris du coup ?" | Eliezer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: janha district-
Sauter vers: