Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER EURÊKA
dabberblimp"



 

 :: Alentours :: banlieue Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

sortie éducative / peter

avatar
Wade Wilson
CODE KING - DEADPOOL
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Aoû - 21:24





RÉSIDENCE DU TROISIÈME ÂGE, GREEN LEAVES.
09:57 a.m

Last Christmas
I gave you my heart
But the very next day you gave it away.
This year
To save me from tears
I'll give it to someone special.


Elle me regarde, le velours de ses cils dégoulinant le long de mes trop parfaits muscles saillants et huilés. « Brade » me souffle t-elle à l’oreille de sa voix suave (non, nasillarde) (tais-toi, je raconte)… Je caresse du bout des doigts les nombreux plis de son ventre envoutant... « Evelyn » je réponds, fronçant les sourcils avec intensité et virilité (non, trop pas) (mais ta gueule)

Once bitten and twice shy
I keep my distance
But you still catch my eye.
Tell me, baby,
Do you recognize me?
Well,
It's been a year,
It doesn't surprise me


La musique nous transporte dans un univers de chaleur moite et de phéromones… L’orgasme va venir, je le sens se frayer son chemin ailé de divinité informe dans les veines de ma corne de licorne (arrête, c’est laid) (non, c’est de la poésie)… Evelyn se crispe, ses seins lourds et toniques (plats et mous) se ballottent - elle va crier, ça y’est (erk), son dentier chute sur mon ventre de trop parfaits muscles saillants et huilés.

« Tu es si sauvage et sexy ! » Je dis. « Oh Braaade, tu es si bon ! » me murmure non pas Evelyn mais……..Greta !! - qui attend son tour assise sur le côté du lit, m'offrant une interprétation unique de la Naissance de Vénus dans son huître (non, c’est pas une huître, c’est une palourde)

I wrapped it up and sent it
With a note saying, I love you,
I meant it
Now I know what a fool I've been.
But if you kissed me now
I know you'd fool me again.


Je plaque mes mains sur les fesses bien rondes (si rondes équivalent à flasques) (t’es jaloux avoue) d’Evelyn… « Bwade, je wais vfenir » confesse t-elle en articulant sans articuler car sans dentier mais toujours de manière sauvage et sexy.

(STOP ! J’en ai marre moi, on peut pas plutôt aller au cinéma ? À celui de la 68e, y’a la rediffusion de la trilogie Dark Knight. Allez quoi !) (Non, je vis un moment très érotique là) (lol…j’ai faim)

La musique s’arrête, mes voix s’arrêtent, tout s’arrête.
Ma corne de licorne lâche son jus de paillettes et je m’écroule dans les oreillers.
Mes amantes me cajolent ; je suis un chaton entre leurs paumes fraîches (flétries).

Wham! tourne en boucle.
La poussière tombe du plafond en une pluie d'or et de lumière.
Les oiseaux grésillent.

(tu refais ta poésie à trois dollars ?) (mais ferme-là, je suis doué) (non, tu crains, et du coup ce poste rp craint, on dirait du 50 Nuances de Gray mais limite pire) (chut)

Greta, à la seule force de son vigoureux désir, se hisse sur moi et pousse Evelyn - qui tombe sur la moquette mais comment m'en soucier alors que mes tétons se font tétonner ? (à l'aide) Le second round arrive... Je suis si convoité... Flatté... Prêt et réarmé... Ou non, non, j'en ai eu assez. J'ai beaucoup trop faim.

Le disque vient de s'arrêter. C'EST UN SIGNE. Je dois partir et satisfaire mon estomac. La porte de la chambre grince. UN AUTRE SIGNE.

« Taisez-vous mesdames, l'univers veut entrer en communication avec moi je crois ! » Alors elles se taisent et moi (nous, s'il te plaît) (non toi t'es fictive) je scrute la porte.

SUSPENS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peter Parker
FONDATEUR - SPIDERMAN
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Aoû - 22:07



sortie éducative

w/ deadpool





musique - Tu sais pas quoi ? Là ils me font aller escorter une maison de retraite à l'aquagym. Je suis venu à Cosmopolis pour quoi ? Jouer les gentils Spiderman de quartier ? Franchement j'ai pratiquement jamais de mission et on me colle des trucs pareils j'en ai trop marre ! La prochaine étape c'est quoi ? Assurer le cours d'aquagym à la place du professeur ? En plus je peux jamais rien dire, y a toujours Mr Stark ou quelqu'un qu'il connait pour me dire que je suis trop jeune et patati et patata... Je suis en route et j'en suis à un stade où je prends le bus. LE BUS, NED. Spiderman en bus. Ned ? Allô ?

Bip... Bip... Plus de réseau. Tu as déjà dépassé la ville de Cosmopolis pour t'enfoncer dans les banlieues que tu n'avais jamais visité jusqu'à présent.
Tu descends du véhicule en essayant d'ignorer les regards estomaqués des autres passagers. Oui, des fois, Spiderman prend le bus, en costume entier. Oui, il regrette aussi, parce qu'il fait trop chaud. Tu balances ton sac à l'abri des regards et le sécurise avec une toile pour te rendre jusqu'au lieu de ta mission - ta grande aventure du jour.

Tu en soupires d'avance. Sérieusement, qui paye Eurêka pour faire de telles demandes ? Tu veux bien croire que les temps sont difficiles à Cosmopolis mais qui voudrait attaquer une maison de retraite ?

À l'intérieur du bâtiment, on t'accueille chaleureusement - qu'il s'agisse des infirmiers ou des résidents. Ça te fait automatiquement un baume au coeur, sans comprendre pourquoi.

Spiderman, tout le monde est prêt à partir, pratiquement, sauf deux résidents introuvables... Evelyn et Greta. Elles sont impossibles à trouver depuis plusieurs heures...
Oh ! Pas de soucis, je vais les chercher !

Ni une ni deux, tu fonces. Tu prends ça très à coeur. Après tout, tu n'as pas trop le choix que d'essayer de t'amuser pendant cette mission de basse qualité. Tu inspectes chaque étage, chaque couloir. La plupart des chambres sont vides. Après, c'est une maison de retraite, c'est naturellement silencieux, n'est-ce pas ? Comment tu vas trouver deux petites vieilles dans cette ambiance de mort... Euh, non, c'est pas ce que tu voulais dire !

Tu entends un peu de remue ménage au dernier étage - le bruit sourd d'une musique. C'est peut-être pour ça qu'elles ne sont pas venus, elles doivent être à moitié sourdes, les pauvres. Sans perdre une seconde de plus, tu montes les escaliers à la va-vite et ouvre la porte sans crier garde et.


Je.
Je.
... Qu'est-ce que-
C'est quoi... CA ?!


Tu te figes, net, dans un mélange de dégoût, de choc, d'incompréhension et de panique. C'est le pire tableau qu'il t'ait été de voir jusqu'à maintenant. Un type en collant (comme toi, à quelque chose près), nu, se faisant chevaucher par deux mamies. Avec un dentier sur son abdomen et- NON TU NE VEUX CERTAINEMENT PAS REGARDER PLUS EN DETAIL.
Toute ton innocence s'est vite envolée. Il aura fallut trois secondes et demie.

MAIS-
JE-
ENFIN-
QU'EST-CE QUE VOUS FAITES ?????


NON BIEN SÛR QUE TU SAIS CE QU'IL SE PASSE MAIS TON CERVEAU DEMEURE DANS LE DENI POUR TE PRESERVER.

Tu refermes la porte aussitôt et essayes de reprendre tes esprits dans le couloir. Attends. Et si... et si... il était en train de leur faire du mal ?? Et qu'elles sont sous son emprise, incapables de s'en échapper ?
Tu dois les sauver !!

Ni une, ni deux tu réajustes ton masque, tu rouvres la porte : LAISSE LES TRANQUILLE ! Tu lui lances une toile avant de le tirer jusqu'au sol à tes pieds - le mec en rouge. Puis une autre. Et trois. Et quatre. Histoire de le ligoter. Tu n'iras pas plus loin !

Ne lève pas la tête Peter. Tu ne veux pas voir ces dames.
Mais si tu gardes la tête baissé tu as les yeux rivé entre le service trois pièces du type.

Et en toute honnêteté, tu ne sais pas ce qui est le pire.


coded by blair of shine & ooc






les cadeauuuux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wade Wilson
CODE KING - DEADPOOL
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Aoû - 23:14



M U S I Q U E À É C O U T E R


RÉSIDENCE DU TROISIÈME ÂGE, GREEN LEAVES.
10:18 a.m

« MAIS QU’IL EST SEXY, J’Y CROIS PAS ! » (bonjour, enchanté, moi c’est Pool, Dead Pool… ou Bond, James Bond)(attend, tu t’es trompé, c’est moi qui devait dire qu’il est sexy et toi que t’es enchanté) Pourquoi j’ai des ficelles dans la bouche ? Je me retourne - ou du moins j’essaye et ça donne un truc moche, genre un asticot au bout d’un hameçon - vers ces dames « Laquelle de vous m’a embrassé avec du fil dentaire ? » C’est pas du fil dentaire. (c’est de la toile) Han….

Haaaaaaan…

Serait-ce………..

Je ne contrôle pas ma destinée, ni mes voix, ni mon coeur - surtout mon coeur. Telle une plume d’ange arraché au Paradis (celui des Chrétiens ?), il s’envole pour mieux se déposer sur le crâne moulé de lurex rouge (le sale copieur). Oh, que faire ? La chamade m’emporte, vais-je donc perdre la vie ? Greta et Evelyn ne sont que de vagues souvenirs, je… Oh…

(WADE, TU CRAINS)

Ok.
Reprenons mes esprits. Je viens de me faire surprendre en fin d’érotique entrevue par Spideyboy aka le chouchou du grand publique, aka un jeune mâle hyper bien foutu (il va à la gym ?) aux airs de Gandhi américain aka un caramel à la fraise. Non, pas un caramel à la fraise - je dis n’importe quoi. (tu as faim) Voilà, c’est pour ça.

Première chose à faire : me libérer de ce gourbis arachnide gluant (quoique, c’est sexy, ça se rapproche du bondage). J’atteins par miracle mon Bower Magnum (un poignard, pas un flingue, non, pas cette fois) et je précise bien miracle car ce dernier est au fond de la poche arrière de mon bas, lui-même replié sur mes pieds, eux-mêmes ligotés…

Bref. Je charcute le tout.

« LIBBBBÉRÉÉÉÉÉÉ, DÉLIVRÉÉÉÉÉ » Je hurle. C’était trop tentant.

Seconde chose à faire : me rhabiller.
Zip, zap, zooooop. Fait.
(notons le manque de description témoignant de la flemme de l’auteure) Chut. Laisse-là, elle fait de son mieux… #genre

Je souris de toutes mes dents sauf que toutes mes dents sont sous mon masque alors disons plutôt que mon masque s’étire de gauche à droite de toutes ses coutures. « Si, en me réveillant ce matin, mes voix m’avaient dit que j’allais rencontrer l’araignée la plus fuckable de Cosmopolis… Bah… Je les aurais cru. » Je ris.

D’en bas, j’entends des pas. Les infirmiers ? Oui, sans doute.

Troisième chose à faire : continuer l’aventure qui s’offre à moi. (et la bouffe ? et notre estomac ??) continuer l’aventure qui s’offre à moi et manger*.

Un infirmier entre.
Scène en accélérée : il est interloqué, il cri, il menace, je le cogne, il tombe, je lui retire ses vêtements, je les revêts par dessus ma combinaison, je m’applaudis, Evelyn et Greta aussi. « Notre bad boyyyyy ! » elles roucoulent. Fin.

« Bon, continuons le ravissement de mon enchantement de notre rencontre fortuite et super badass comme ceci : tu sors avec ces demoiselles rejoindre le groupe - » elles roucoulent bis « - je vous accompagne tel le bon infirmier que je suis, on se fait une virée de ouf. »

(il va dire non et te dénoncer à la police, ou pire, t’ignorer………) Ok, ajoutons de l’esbroufe à mon super plan. « Si tu refuses, elles meurent, parce que je les ai empoisonné pendant qu’on niquait et j’ai le remède bien planqué sur moi. Je leur file seulement si t’acceptes le plan. » (ce plan naze) Dieu soit béni qu’elles soient sourdes, sinon elles ne m’auraient jamais rappelé après ça et perdre de si bons coups… Horreur...

J’acquiesce. (c’est pas à lui d’acquiescer ?)

« Ok super, allons-y. »

Evelyn et Greta, débarrassées de leur nudité, s’enjoignent naïvement à nous et, bras dessus, bras dessous, nous quittons la chambre pour le Hall. Des papillons nous suivent, laissant de fines traces arc-en-ciel dans l’air - je peux presque entendre le gazouillis des mésanges, je peux presque me sentir rougir sous les oeillades tendres et admiratives de mon nouvel amant…

(en vrai, ça se passe autrement : les vieilles marchent de traviole alors tu dois te courber pour aider Evelyn tout en harcelant de ta proximité louche non pas ton nouvel amant mais ta nouvelle pauvre victime traumatisée pour qu’il avance alors qu’il est aux prises avec l’arthrose de Greta)

C’est beau.
« Au fait » - regard de braise (sous le masque, donc pli de braise du masque) - « Appelle moi Deadpool bébé. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peter Parker
FONDATEUR - SPIDERMAN
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 0:03



sortie éducative

w/ deadpool





musique - En toute honnêteté, si un peu plus de personnes étaient au courant que tu n'es qu'un adolescent de 17 ans, il y en a plus d'un qui auraient fini au trou plus vite que prévu - ce type ne fait pas exception. Il braille, gémit, tu ne sais pas trop ce qu'il ressent, il balance des conneries à la seconde à tel point que tu ne sais pas trop où te mettre. Sexy qu'il hurle : c'est bien quelque chose que t'as jamais entendu de la bouche de qui que ce soit ! Surtout à ton sujet. Tu fais un pas en arrière tandis qu'il se débat du mieux qu'il le peut pour se défaire de la toile et comme un imbécile, tu restes planté là au lieu d'agir. Faut dire, ce type en jette, mais pas forcément dans le bon sens.
Dans tous les cas, il en impose, ça, c'est certain. À tel point que tu n'as même pas le temps d'en placer une - une première ! Tu es presque admiratif si seulement tu n'avais pas en arrière plan la vision de deux paires de seins qui pendent aux genoux. C'est à peine si tu entends un infirmier monter en panique - il a dû entendre le brouhaha et très vite comprendre qu'il n'y avait rien de normal là haut. Tu n'as même pas le temps de dire ouf que l'autre type s'en est débarrassé illico presto en mode clic clac boom. ET LES MAMIES SONT MEME PAS CHOQUEES MAIS DANS QUEL MONDE ON VIT ??!

Très vite, la situation change de ton - c'est un peu plus glauque de savoir que la vie de ces deux dames sont entre tes mains pour une histoire pareille. Quoi mais qu- Tu te fais tirer par l'une des... courtisanes d'infortune.

Au fait. Appelle-moi Deadpool.

Deadpool.

Tu lèves le bout de ton nez avec l'irrésistible envie de lui coller un coup de boule dans la face. Mais non. Stop stop stop STOOOP. Tu t'arrêtes en plein milieu du couloir. Y a pas moyen que je te laisse faire ça ! Avec ton unique bras libre, tu tâtonnes le costume dudit Deadpool à la recherche de l'antidote en question. Poches invisibles, sacoches, fourreaux, tout y passe. En vain. Et ce crétin a un air incroyablement satisfait, même derrière ton masque. Ca te refroidit très vite, d'ailleurs.
D'un ton un peu plus bas, afin de ne faire paniquer aucune des innocentes, tu dis :

Donne-moi cet antidote !! Elles n'ont rien à voir là-dedans espèce de-
Tiens, on ne m'avait pas dit qu'il y aurait quelqu'un avec vous. Mais plus on est, mieux c'est ! Dépêchez-vous !

L'infirmière tend les mains vers les mamies qui la rejoignent aussitôt. Vous n'avez pas d'autres choix que de suivre le mouvement. Bien entendu tu pourrais forcer Deadpool à te donner ce dont tu as besoin mais tu ne voudrais alarmer personne. Pas dans une maison de retraite où tout le monde a un coeur fragile, très probablement.

On vous plante devant un bus et suivez les vieux en file indienne, un à un. Te mettre devant ce type n'était pas une bonne idée. Tu sens son souffle dans ta nuque. ERK. Qui plus est, la scène précédente restera à jamais gravée dans ta mémoire.
À
ja
mais.


On vous installe côte à côte à l'arrière du bus. Plus ça va, moins cette mission a de sens. Heureusement que la piscine est seulement à 15 minutes en bus.
Tu te penches vers ton... non. Juste ton voisin.

Combien de temps elles ont à cause de toi ?


coded by blair of shine & ooc






les cadeauuuux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wade Wilson
CODE KING - DEADPOOL
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 0:52



M U S I Q U E À É C O U T E R


DANS LE BUS DE LA RÉSIDENCE DU TROISIÈME ÂGE, DIRECTION LA PISCINE.
10:33 a.m

Oh, la coquine d’araignée, voilà qu’elle me tâte la combinaison. Ouais c’est ça, sous les bras… Oui, le ventre… Vas-y, plus bas, plus bas… (si ça se trouve il est super moche) Je me suis juré de ne jamais baiser plus moche que moi (et les viei-) CHUT - et comme y’a pas plus moche que moi, y’a pas de risque que je ne le baise pas - ou c’était pour dire que y’a pas de risque que ça n'me déplaise qu’il me tâte la combinaison ? ok… (ok ?) tout ça pour dire que NON IL EST SEXY ET BEAU ET PÉTRI DE MUSCLES.

Gloussements stupides, mouvements suspects sous le masque au niveau de la bouche, tentative douloureusement échouée de claque sur les fesses = six minutes plus tard = nous sommes dans le bus.

TROP DE CHANCE, je suis assis à côté de lui. (j’ai faim) Ah ouais. « Chère collègue, auriez-vous de quoi me sustenter ? » je demande à l’infirmière traversant l’allée centrale entre les sièges. « Euh… Oui… Papillon… Ohhh… Attendez. » (elle a pas l’air super convaincue par ta voix et ta courtoisie du XIVe siècle, elle a pas super l’air sur Terre non plus) Si, regarde, elle revient avec une barquette de salade de céleris. Attend… (ERRRRRRK) « Merci de me sustenter chère collègue » C’est dégueulasse mais ça passera, je suis un gentleman, je ne peux pas refuser.

(la meuf, elle voit une ‘consoeur’ avec un masque rouge, à la voix masculine et au torse bombé et elle dit rien) Si ça se trouve, elle est aveugle et ressent par ondes vibratoires que je suis une personne pure.
(ou alors, tu l’as drogué avec tes foutus gélules pleines de poudre de champignons mexicains)
Non trop pas.
(si ! je t’ai vu en verser dans son thermos de café avant qu’on s’installe)
Ok trop.

Nous en étions où ? Ah ouais. Spideyboy qui tente de me séduire. (…)

« Moi je donne au stricte minium trente minutes de plaisir… Là je dirais qu’elles sont à peine entrain de redescendre du nirvana de leurs orgasmes. » (je crois qu’il te posait la question par rapport à ton prétendu poison) Ah. « Je disais, moi, c’est Deadpool. » (non, ça tu l’as déjà dis) Ah… Hein ? Oh. Le céleris n’est pas mauvais.

Lumière fut soudain dans mon cerveau qui s’avérait être en manque d’énergie - je sous-entend que la faim me brouillait les neurones. « Tkt, elles en ont pile pour la durée de la sortie, genre, deux heures. »

Quel beau profil. Quelle douce odeur. « Tu mets de la crème Nivea ? Tu sens le bébé. » Pause sensuelle. « J’aime les bébés. » (formule mieux) « J’aime sentir les bébés. » (toujours pas) « Tu sens bon. » (bingo)

Mon Dessert Eagle me rentre dans le fessier. Comment cela se fait-il ? Il devrait être rangé dans mon… OH PUTAIN, MON SAC HELLO KITTY. (TU L’AS OUBLIÉ ?) Shit, shit, shit.

Je pleure. Le lurex me colle aux tempes - il me les sèche en même temps, c’est pratique. J’arrête de pleurer.
Record de crise d’oubli battu : sept secondes. Qui c’est le dur à cuir le plus dur des cuirs ? (je ne répondrais pas)

Crise du Desert Eagle toujours irrésolue.

Je me penche vers lui histoire de m’aménager une zone de confort de mouvements (non tu l’écrases littéralement), sortant le revolver pour le camoufler dans une poche de la blouse. Là. Incognito. (ça te fait une énorme bosse sur la cuisse)

Le chauffeur nous indique l’arrivée prochaine à la piscine.
Il me faut établir une connexion intime rapidement.

« Soyons amis. » Avant que je ne succombe à ta drague ravageuse, sournois jeune mâle séduisant et charmant, charmant et séduisant (toi aussi t’as pris tes gélules de poudre de champignons mexicains ?) « Entre héros, il faut se souder, les temps sont si durs… Y’a plus de saison ! Je disais encore ce matin à Greta que l’Hivers s’est radoucit cette année, alors qu’on ne vienne pas me dire que le réchauff-» (un oiseau peut survivre à un foudroiement ?) Quel sens caché se cache dans la vie ?

Une minute passe.

Wade, inspire. OK. Mon fil spatio-temporel est ré-opérationnel. (plus de clarté, moins de divagations) Ok, merci ! « Entre héros, il faut se souder. »

Héros… J’ai comme un doute. (douter de quoi ? tu es le plus héroïque des héros) Vrai.

« Ça te dirait de combattre le crime sur mes côtés ? » (on dit ‘à mes côtés’) C’est pareil. « Je pourrais t’apprendre deux, trois trucs. » Voix rauque et suave et paternelle et fière, bras croisés virilement sur le torse. « J’ai de l’expérience avec la vermine tu sais. » (ah ?)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peter Parker
FONDATEUR - SPIDERMAN
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 1:37



sortie éducative

w/ deadpool





musique - Moi je donne au stricte minium trente minutes de plaisir… Hein ?! C'est sorti tout seul. Non pas que tu sois surpris de ces exploits et son endurance, mais plus parce que tu n'es pas certain de voir le lien entre ta question et... cette réponse. Tu fronces les sourcils sous ton masque qui, lui aussi, finit par se plisser d'agacement. Deadpool divague et à force, tu as l'impression de perdre le fil conducteur de toute cette situation. Pourquoi tu es là. Qu'est-ce que tu fais. Quel est le sens de la vie. QUI EST CE DINGUE.
Finalement, il accouche la réponse que tu attendais depuis tout à l'heure. Deux heures, donc. De quoi a) trouver l'antidote d'une façon ou d'une autre b) ou trouver le moyen de le convaincre de te donner l'antidote.

Tu sens le bébé. Quoi ? J'aime les bébés. Tu tournes la tête vers lui. J'aime sentir les bébés. MAIS QU'EST CE QU'IL RACONTE PUTAIN t'écarquilles les yeux comme jamais. Tu sens bon. Par réflexe, tu colles ta paume contre son visage et tu le repousses doucement. Ca suffit les frayeurs pareilles. Ce gars mérite d'être en taule, c'est certain. Il faut vraiment que tu te renseignes à son sujet - t'as jamais entendu parlé d'un certain Deadpool jusqu'à présent. En espérant qu'Eurêka aie des dossiers à son propos.

Trois secondes après, il s'étale littéralement sur toi. Il est sacrément lourd le con. Tu lâches un couinement plaintif avant de râler et le repousser sur le côté. Puis tu sens quelque chose de dur contre toi. Qu'est-ce que-
Non, non. Ca va. Tu ne veux pas savoir. T'es même pas intéressé.

Deadpool commence alors à tergiverser. Et te demande d'être son ami. Car entre héros, il faut se soutenir. Attendez.
Héros ?

Tu te tournes vers lui de façon hyper dramatique pour la énième fois. Lui, un héros ? C'est une blague ? Mais pourtant, tout y est... Le pseudonyme, la tenue... Bon, pas le comportement, ni les actes, ni le vocabulaire (Cap le tuerait d'ailleurs). Soudain, tout semble beaucoup plus doux, plus rose. Tu en oublies presque ton instinct de survie. Il a suffit de quelques mots : Je pourrais t'apprendre deux, trois trucs.

C'est vrai ?! Abruti d'araignée. Tu pivotes en son sens. Mais l'arrivée devant la piscine te coupe dans ton élan. On vous invite à descendre et à suivre le groupe. Pas le choix : tu t'exécutes. Et tu ne doutes pas que Deadpool en fasse de même. Sur les quelques mètres de marche avant d'arriver à l'établissement, tu reprends là où tu t'es arrêté :

T'es un héros, vraiment ? Mais alors.. Tu bosses pour Eurêka ? Je t'y ai jamais vu ! Non... Tu dois travailler à ton compte, c'est ça ? Impossible que tu y sois de toute façon, j'ai trop d'idoles là-bas pour ignorer qui que ce soit. Aussi étrange que cela puisse être, tu te sens à l'aise à l'idée de le tutoyer - chose que tu as toujours évité. Va savoir pourquoi. Du coup, c'est quoi ton pouvoir ? Oh, non ! Laisse moi deviner... Mhh... Tu l'observes de la tête au pied. Combinaison rouge et noire, plusieurs armes accrochées ici et là, pas de symbole particulier ni de signe distinctif qui pourrait annoncer la couleur (comme toi et tes toiles imprimées sur ta tenue). Ok celle-ci est difficile. Tu t'arrêtes en plein milieu de la rue et te frottes le menton. Tu craches du feu ? Non avec ton masque ça serait pas logique. Tu te téléportes ? Mh non sinon tu l'aurais déjà fait... Tu voles ? Tu sautes très haut ? Tu lâches un gaz toxique avec ta bouche qui ferait exploser les yeux et les oreilles des gens ? Puis ils cracheraient leurs poumons puis tous leurs organes à la suite ? Et leur cerveau coulerait de leur nez à la fin ? T'as regardé trop de films d'horreur, Peter. Et en plus, tu t'éloignes de ta mission. Les infirmiers vous regardent d'un oeil inquiet avant de rentrer à l'intérieur de la piscine. Ton (votre ?) travail s'arrête ici et reprendra à la fin de la séance.

Ca vous laisse une bonne heure (voire deux). Et toi, du temps pour trouver un moyen de sauver les vieilles.

Ca y est. Vous êtes seuls.

Je peux avoir l'antidote maintenant ? Après tout, entre héros, on doit se serrer les coudes... Non ?


coded by blair of shine & ooc






les cadeauuuux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wade Wilson
CODE KING - DEADPOOL
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 13:10





DEVANT LE CENTRE AQUATIQUE POUR VIEUX.
10:58 a.m

Wow wow wow (World of Warcraft ? T’y as joué hier, abuse pas) Mais non, Spideyboy ! Il est bavard en fait ! C’est quoi cet interrogatoire ? Ça me plaît ou ça me gonfle ? Mh. Non, ça me plaît. Téma comme il est déjà fan de moi et de ma superbe prestance du plus héroïque des héros. (grave, l’araignée va devenir Poolophiiiiile popopoooow) Oublie le popopoooow c’est naze.

« Ouais je crache du feu et tout ça. En fait j’ai le pouvoir d’avoir tous les pouvoirs. » Pause mélodramatique, pli ténébreux du masque. « Nan en fait l’Univers a pas voulu. » Ça aurait été cool n’empêche… Comment je kifferais me la jouer satellite à yeux lasers comme Superman. (allo ! il porte une culotte sur des collants bleus !) Quelle classe… Soupire d’extase.

L’air est frais. Attend.
Il est où le bus ?
Ah ouais, nous sommes sortis.

J’ai pas eu le temps de dire à Greta que son tour viendra ce soir - qui a la corne de licorne chauuuuuuuuuude bouillante ? - (pas moi) ta gueule, jaloux. « Tu disais  ou je disais ? » Il disait ? « Se souder, mon pouvoir, la nouvelle saison de Keeping Up With the Kardashians… Tu regardes ? Moi non. » Inspiration traduisant une volonté de sérieux et de maturité. « Nan je déconne, je suis fan. Depuis que Kylie est maman, tu trouves pas qu’elle se la pète moins ? »

Wade ! Quoi ? Oublie pas que t’es son nouveau modèle. Ouais, et ? Sois plutôt celui qui parle de Dexter ou de Barrack Obama que de Kylie Jenner. Tu crois ? (moi je dis oui !) Ok, ok.

« Je te donne l’antidote dans deux minutes, avant, faut que j’te montre à quel point je suis fabuleux. » Croisement de bras fermes sur poitrail bombé. « J’ai voté pour Barrack Obama, tu sais. » Biiiiim, placement de produit de sérieux et de maturité. (bien joué !)

Comment lui montrer mon pouvoir avec panache ? Réfléchis, réfléchis… Je sais ! « Tu vas t’en bouillir les mirettes tellement tu vas être subjugué bébé. » Où il est déjà mon Bower ? Là, voilà, mon couteau chéri... Frottage de joues contre le sus-nommé, roucoulements en prime.

crinchcrunch splaaash split ploc ploc ploc : bruits de mon bras gauche que je me découpe (merci l’auteure pour ce manque d’originalité et cette cruauté gratuite)

Putain, ça fait un mal de chien - pire, ça pisse du sang comme un chien pisse tout court. (ewwwwh)

« Vois ! » Ordre solennel.
Je m’applique à dessiner une araignée dans le sol, usant de mon bras mort comme d’un pinceau. Je viens d’inventer une couleur : poussang - mélange de poussière et de sang. J’a i l a c l a s s e.
« Tadaaaaaaaaam ! Je peux pas crever ! »

Et mais…

Mais…

J’aurais pas mieux fait de me tirer une balle dans le coeur pour le lui prouver ? Non parce que s’arracher le bras, c’est plutôt du style ‘tadaaaam j’suis un lézard humain, mes membres repoussent’. RÉFLÉCHIS PAS TROP WADE. OK.

« Ah et euh, y’a pas d’antidote parce qu’elles ne sont pas empoisonnées. C’était une technique… » La jouer psychologie inversée, ouais ouaiiiiiiis. (attend, t’es sûr des termes que t’emploies ?) « Tu vois, je voulais savoir si t’es vraiment héroïque, si t’allais vouloir les sauver. Maintenant je sais. Je peux avoir confiance. » (oh le salaud, tu t’améliores dis donc !) Oui, hein ? Je suis content.

Qu’il est sexy cet échantillon humain de Nivea.
(c’est pour ça que tu te colles à lui avec un début de trique ?) Shit. Je me décolle, je me décolle. « La virilité, l’amitié masculine, ça m’émeut toujours. » (genre) J’me suis toujours pas décollé.

L’écho d’une fusillade retentit depuis le bâtiment ouest du centre aquatique.
Sérieux ? Au moment où j’allais conclure ? (lol) Putain. (du funnnnn en perspective !)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peter Parker
FONDATEUR - SPIDERMAN
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 14:17



sortie éducative

w/ deadpool





musique - En toute honnêteté, tu ne sais pas ce qu'il y a de pire entre le fait de l'entendre parler des Kardashians sans aucun contexte et qu'il se charcute le bras devant ton nez. Tu as un visage complètement horrifié - et la découpe prend un temps fou ! Entre les bruits et ce que tu vois, tu es incapable de lâcher ne serait-ce qu'un mot ou de le stopper. T'es pris de nausée, autant par cette image qui, elle aussi, va te rester en tête toute ta vie, et l'odeur nauséabonde qui te prend jusqu'à l'estomac. T'as la gerbe, tout à coup. Arrête, arrête... ! Tu lui fais un grand signe de bras mais trop tard, il a déjà son membre arraché, tout fier. Tu manques de vomir ton déjeuner, t'apprêtes à soulever ton masque, y a pas d'antidote parce qu'elles ne sont pas empoisonnées - Attends, quoi ?!

Beaucoup d'informations à accumuler : ce type est immortel. Ces mamies sont saines et sauves. Tu t'es fait avoir, comme un bleu. Ça a eu le don de stopper les nausées, bien que tu fais de ton mieux pour ne pas porter d'attention au bras qui goutte à côté. Mais ! T'es vraiment... Tu soupires. Tu ne sais même pas quoi dire. Une partie de toi est soulagée, c'est vrai. Bon, qu'est-ce qu'il va faire avec un bras pareil maintenant ? Tu n'arrives même pas à trouver ça badass, ou stylé. Ça l'est, dans le fond. Néanmoins voir d'aussi près os, chaire, muscles et sang, c'est une autre histoire.

Vous n'avez pas le temps de vous attarder sur la conversation (qu'il s'agisse d'Obama, de Kardashian, ou de qui que ce soit d'autre), qu'une fusillade surgit dans le bâtiment à côté. Tu te sens tout feu tout flamme, tout à coup.

Bien, c'est l'heure d'agir en tant que vrais héros. Tu ricanes. Le dernier arrivé est un manchot ! Oui, tu es un sale gosse. Tu lances ta toile vers le haut du bâtiment pour t'élancer jusqu'au toit, afin d'avoir accès aux fenêtres. Deadpool n'est toujours pas là. Est-ce qu'il a bougé au moins ?

Tu retournes jusqu'au bord du toit et te penches au-dessus du vite : Allez, dépêche toi ! Tu poses fermement tes pieds contre le rebord et l'attrape d'une autre toile pour le tirer jusqu'en haut. Y a du sang qui coule le long du mur, c'est une vraie vision d'horreur. Et il est toujours aussi lourd. Urgh.. Mets-y un peu du tien ! C'est le souffle coupé que tu parviens à le monter jusqu'à toi. Tu tombes les fesses la première.

Comment ça se fait qu'il y a une fusillade, tu crois ?


coded by blair of shine & ooc






les cadeauuuux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wade Wilson
CODE KING - DEADPOOL
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 15:21




DEVANT LE CENTRE AQUATIQUE POUR VIEUX.
11:17 a.m

Alors je n’ai pas trop suivi ce qu’il s’est passé ces dix dernières minutes. J’en étais à : je le colle au lieu de le décoller, j’ai presque une trique entière, j’ai un relent de céleri, le bras gauche qui commence à repousser et du sang partout sur ma combinaison - heureusement, ce dernier point m’est indifférent : tmtc rouge sur rouge #nofilter (y’a aucun sens à ce que tu débines) Ouais.

Là ce que je constate (j’aime ce mot, ça rime avec prostate) c’est que je pendouille face contre un mur apparu de nulle part (non c’est juste qu’il t’as attrapé façon moustique dans sa toile), retenu par son fil dentaire arachnide (sa toile !!!) ta gueule. J’ai rien demandé moi ! Rien ! Fucking hero bravery ! Fucking spider ! Je commence à croire que sous son costume - putain, j’avais pas vu à quel point ça lui fait ressortir les fesses, haaaaan, temaaaaaaa, il est trop hot - se cache un sale morveux en mal d’adrénaline. (ouuuuuh) Je hais les sales morveux.

Mh. Nan.
En fait, ils m’excitent. (qu’est-ce qui ne t’excite pas ?) Mamie Nova, depuis que je sais qu’elle est morte.

Wade, tu peux te reconnecter à la réalité s’il te plaît ? C’est pas qu’il y’a une fusillade à trente mètres de vos fessards mais…y’a une fusillade à trente mètres de vos fessards.

J’ai du mal à me hisser à ses côtés mais - NON, trop pas, oh, je suis Deadpool mec, je pourrais gravir l’Everest. Assis côte à côte… Face au ciel… C’est si romantique. (face à vous, c’est un panneau publicitaire géant ventant les bienfaits du nouveau yaourt aux pruneaux de chez Yoplait, suuuuuper le romantisme) ta gueule. « Je pense… » Je déglutis, l’atmosphère transpire le doute et la tension… « Qu’ils sont là pour braquer les vieux. »

« DEAAAAAAADPOOOOOOOOOOOL, SI TU TE MONTRES PAS, JE BUTE TOUT LE MONDE ! » hurle la grosse voix hurlante sortant du gros bonhomme tout petit car je le distingue de loin, planté devant la porte tournante du bâtiment.

Moment de suspens qui dure, qui dure, qui dure (comme ma bite) pcht, tu ruines le moment ! - qui duuuuure… « En fait je pense qu’ils sont là pour moi. » Sans déconner.

C’est le moment de montrer que je suis vraiment badass. « Essaye de me suivre mon chou ! » Je bondis depuis le rebord du toit, tombe genou à terre et torse en avant - OH COMME JE L’AI TROP GÉRÉ MON ATTERRISSAGE DE SUPER-HÉROS, QUELQU’UN A FILMÉ ? - concentration… - je cours vers le bâtiment, mon flingue à la main (tu regrettes là, hein, tu regrettes de pas avoir tes deux mains) - on dirait Usan Bolt mais en plus sexy et rouge. « JE SUIS LÀ, QUI ME DEMANDE !? » C’est vrai, c’est qui ces mecs ?

Oh, on dirait Marco lui. Le mec sur la droite là, avec des mèches rousses et une balafre sur le nez. Attend, Marco du trafique de stup’ Marco Brothers ? Ouais, ouais, Marco du trafique de stup’ Marco Brothers.

//// YESTERDAY NIGHT ////

Deadpool dans un bar malfamé, dansant sur le comptoir avec deux bouteilles de whiskys en mains. Deadpool saoule. Marco et son gang saoules. Deadpool qui annonce qu’il paye sa tournée à tout le gang de Marco parce qu’il a jamais acheté de meilleure coke. Deadpool qui se vante que demain il va se taper les meilleures vieilles de la pension Green Leaves. Deadpool qui se casse soudain avec six kilos de la meilleure coke qu’il a jamais acheté sans payer. Marco et son gang furax.

//// NOW ////

Ok, merci, cela explique pourquoi il est là et pourquoi il a prit les vieux en otage. « JE ME RENDS ! » Moment de réflexion. Court. Très court. « NON EN FAIT NON, J’AI UNE SUPER ARAIGNÉE À MES CÔTÉS ET ON VA VOUS BOTER LE DERCH ! »

La moitié du gang est présent, armé jusqu’aux dents, rendant impossible l’entrée dans le bâtiment. Impossible ? Pas quand on s’appelle Wade Wilson et Nivea Sentbon (tu crois quand même pas que c’est son identité secrète ?) Si, ça l’est, jusqu’à ce que je trouve la vraie !

Je saute sur son dos, brandit mon revolver en l’air « À LA CHAAAAARGE ! » (euh…t’es sûr de toi là ?) Han, qu’il est fort… J’n'ai jamais autant aimé encercler le bassin de quelqu’un avec mes cuisses… (Agir en héros, libérer les otages, te débarrasser de Marco et donc de ta dette ?) Ouais, ouais, je suis focus.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peter Parker
FONDATEUR - SPIDERMAN
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 20:03



sortie éducative

w/ deadpool





Du coup tu le fais monter pour qu'il redescende aussitôt ? URGH tu lâches un soupir d'exaspération mais tu n'as pas d'autres choix que d'en faire autant et de le rejoindre. En face de lui. Un type. Puis tout à coup, une vingtaine. Euh... T'essayes très sincèrement de comprendre ce qu'il se passe, et t'es tellement concentré que c'est le poids de Deadpool sur ton dos qui te fait revenir sur terre - c'est clair que t'auras du mal à t'envoler comme ça, du coup. Je suis pas immortel crétin, je vais pas faire le cheval !!

Tu le pousses au sol. Pas question d'avoir un type sur les épaules alors que c'est ton moment de gloire. Non, votre moment de gloire. Tu fixes les sales types, armés jusqu'aux dents, prêts à tirer dans tous les sens avec leurs gros cigares dans le bec, leurs moustaches poivre et sel hérissés jusqu'aux pommettes et leur bedaine bien ferme.

Attendez attendez ! Avant de tirer... J'aime bien quand on a un petit fond musical.

Tu te retournes un instant pour chopper ton téléphone (ne demandez pas d'où tu le sors, c'est la magie de la fiction) et lancer ta playlist let's kick some butts. Tu mets le son à fond et va sécuriser le tout avec une toile un peu plus loin. Maintenant, on peut y aller. Et un, et deux et...

musique - Let's go.

Tu t'accroches au mur le plus proche pour te propulser vers l'avant et agripper le premier gars à te tomber sous les mains. Aussitôt choppé que tu l'emmènes dans un frontflip fatal, les dents contre le bitume. Ca y est, ils commencent à tirer. Et toi, t'en profites pour t'enjailler sur la musique. Eeet, moonwalk ! ESQUIVE DE QUALITE (de balles qui auraient pu finir dans ton poitrail). Tu.Tu.Tu. tututututu ANOTHER ONE BITES THE DUST ! Y en a qui arrive droit sur toi en braillant comme un phoque, armé d'une machette (sérieusement ?) wooOOH grand écart ! Il passe au-dessus de toi. Franchement, les attaques comme ça, ça te plait pas trop. Du coup d'une toile tu t'accroches à son pantalon et tu le tires vers le bas d'un coup genre SCHLAK. Tu exploses de rire : J'ai le même boxer ! Pas le temps de t'attarder davantage sur les détails, Peter.

Tu lui choppes sa machette et l'envoie valser en tissant à nouveau. Puis un coup de pied sur le bassin pour le faire tomber par terre comme un enfant.

REFRAIN ! Deadpool, à ton tour !

Maintenant il serait temps de te mettre à courir dans tous les sens, histoire d'esquiver les balles.


coded by blair of shine & ooc






les cadeauuuux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wade Wilson
CODE KING - DEADPOOL
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 20:50




DEVANT LE CENTRE AQUATIQUE POUR VIEUX.
11:33 a.m

Je bande, je fais quoi, je bande putain. C’est trop sexy ! Tuer des méchants en écoutant du Queen ! J’ai passé ma vie à l’attendre ce genre de petit con ! J’veux dire… Duuuuuuude come on ! (ok j’avoue, même moi j’me sens mouillé) R’garde-moi comme il est souple, imagine ce qu’il peut faire au pieu ? Attend… Ça y’est j’imagine. Chut ! Mh…Ah… Ahaaaaaaaaa. (WADE, DERRIÈRE TOI !)

PAN !

Mais mmmeeeeeerde, une balle dans les côtes, putain de saloperie de mexicain - « Ça fait mal, t’es méchant ! » - attend que j’transforme ta moustache en tacos pour chèvre. TIEEEENS PRENDS ÇA, balle 9mm dans la gueule ! (wow, t’as de sa cervelle sur la combinaison, dégueulasse) Badass tu veux dire !

« Spideyboy, si on s’en sort, dis à ta mère que je l’aime. » Pause de beau gosse sur un cadavre frais de trois secondes, tentative d’instaurer une ambiance torride et virile - « Parce qu’elle t’as mis au monde bébé. »

Putain ça pullule pire que les rats ces machins… Combien il en a encore en réserve Carlo ? « VIENS LÀ HIJO DE PUTA ! » Oh. Quand on parle du roux. « JE VIENS MI HERMANO » T’as vu, je dis hermano parce que ça veut dire frère et comme il m’a traité de fils de pute, ça veut dire que je dis qu’il est aussi le fils de pute de la pute qui est ma mère ! (t’es trop fort) Je sais.

Et pendant que je m’acharne à lui faire bouffer ses dents avec mon poing (t’as toujours le seum hein, hein tu l’as toujours le seum de pas avoir tes deux poings) ta gueule - je disais, pendant que je acharne à lui faire bouffer ses dents avec mon poing, l’araignée fait du moonwalk. COMMENT SUIS-JE CENSÉ ME FOCUS ?

(j’sais pas) Merci. (Carlo vient de te fausser compagnie.) Attend je le vise là, je vais pas le louper... Je vais pas... PUTAIN. « Mauvais Deadpool ! » (mais non, mais non) Merci.

« Another one bites the dust, ouuuuh, another on bites the dust ! » Ce kiff. Cet affrontement c’est du p u r kiff. Ce soir, pour sûr, je me branle.

Les balles vont dans tous les sens, genre déluge 2.0 mais sans Noé et sans Dieu. J’crois que j’ai le dos percé comme une passoire - ça doit être moche. Avec ses réflexes surhumains, luuuuui, il en prend pas une. Pas une seule. Mon hérooooos… Gloussement de fillette.

« À MON TOUR POUR LA MUSIQUE ! » Vas-y comment c’est chaud de grimper jusqu’à sa toile-enceinte. Allez, à la une, à la deux… BIM. IPOD ATTEINT.

3, 2, 1… BOOM

« BITCH BETTER HAVE MY MONEEEEEY » Je hurle, sautant à la gorge du premier malfrat à ma portée. Hop ! Plus de gorge. Plus de tête ! Je ris. Le suivant, je lui arrache un doigt que je déforme en cercle.

« SPIDEYYYYYY » Cri mélodieux destiné à la séduction + sautillements de biche fabuleuse destinée à l'impressionner (ou à l’effrayer) pschhhht - « BABBBBBYYYYY » - j’esquive des coups, me fraye un chemin jusqu’à lui. Roulements de tambours et paillettes (ça, c’est dans ta tête) pchhhhhhhht - genou droit à terre - « VEUX-TU M’ÉPOUSER ? » - je lui tend la bague de fortune (aaaah, y a un bout de chair qui se fait la malle) - pas le temps de jacasser et d'entendre son oui (il a pas dit oui), je kick des culs à la seconde où je me relève.

C’est pas trop sexy de faire une demande en plein milieu d’une bagarre ? AVOUUUE. (oue peut-être… À GAUCHE !) « AIIIIIE PUTAAAAAAIN PAS LA NUQUE ÇA CRAINT ! » Ces mexicains, vraiment aucun respect.

« SI ON S’EN SORT, TU DIRAS À TA MÈRE QUE JE L’AIME EEEEEEET TU ME PAYES DES CHIMICHANGAS CE SOIR » (y a deux secondes tu le demandais en mariage, ça va, tranquille la transition ?) j’ai faim.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peter Parker
FONDATEUR - SPIDERMAN
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 21:45



sortie éducative

w/ deadpool



Ok. C'est dur à croire, mais tu le kiffes plutôt bien le Deadpool - il est aux antipodes de tes règles et de celles qu'on t'impose. Une chose est certaine, Mr Stark allait te passer un sacré savon mais, hey, il n'est pas obligé de le savoir... Si ? Tu regardes ton acolyte se farcir les types les uns après les autres - t'as jamais vu autant de sang gicler en une seule journée et ça te fait rire (une thérapie s'impose). Pendant que tu t'occupes de quelques hommes qui se relève, il enchaîne avec une autre musique. Rihanna ? C'est marrant, ça te rappelle quelque chose. T'aurais pas déjà dansé sur un de ses sons ? Nah. Ca doit être un rêve (oui faut cliquer là). Esquive numéro UNE ! Un mouvement de danse sur la droite. Esquive numéro DEUX ! Glissade sur la gauche sur le rythme du son. T'enchaînes coup sur coup jusqu'à ce que tu remarques l'autre énergumène sautiller jusqu'à toi toute chose, pose son genou au sol et t'offre une ba- UN DOIGT ?! Tu recules d'un pas et t'as envie de péter de rire mais ça te dégoûte beaucoup trop. (C'est pas le moment de gerber, t'as ton masque). T'as pas le temps de dire ouf (encore) qu'il s'en va loin, finir son affaire. Idiot. Haha.

Tu observes du coin de l'oeil ce qu'il se passe de son côté. Il accumule les coups et les balles. Alors... Il est vraiment immortel ? Oui parce que tu avais du mal à y croire jusqu'à maintenant. Mais c'est OUFFISSIME. Par contre le petit bras de foetus qui commence à se former à la place de l'autre te met un gros stop. Tu ferais mieux de te concentrer sur ton taff. Tu diras à ta mère que je l'aime. Tu soupires : T'auras plus vite fait de crever pour le lui dire toi-même, crois-moi.

Non, d'abord... Changement de musique !

musique - Tu cours jusqu'à Deadpool pour lui glisser deux mots à voix basse : Pousse-les à côté du lampadaire là bas, big guy. Je me charge du reste !

Tu te prépares. Petit échauffement. Poignets, ok. Chevilles, ok. Bras, ok. Jambes, ok. Tu fais craquer tes doigts. C'est parti.

T'escalades le bâtiment pour finir sur le toit avant d'envoyer une toile à la moitié dudit lampadaire. Lorsque les malfrats se rapprochent malencontreusement de ce dernier, tu te propulses et tournes autour. Un par un, ils se font plaqué contre le poteau en métal, scellés fermement à coup de toile d'araignée !

Ouh... Ca commence à tourner... T'as des soudaines nausées et t'as pas d'autres choix que de lâcher le tout une fois que tout le monde est attaché. Tu voles sans grâce jusqu'à Deadpool et atterri lourdement à plat ventre sur lui.

Fiou ! C'était... WOOH ! Hahaha. Rien de cassé ? Tu vois son bras. Et ses trous. Partout. Pas comme si y avait de quoi s'inquiéter cela dit... Ahahah. Tu t'étales un peu plus en position étoile, épuisé.

C'était...

E N O R M E !

Faut absolument que je raconte ça à Mr Stark !!

Puis soudain.... effet dramatique, clique

Un infirmier, derrière vous, découvre la scène à moitié macabre.

Oh oh... Tu te redresses un peu et roules sur le côté. Je- C'est- Ces hommes nous ont attaqué et... ! Tu tires Deadpool par le br- AAAAH NON PAS CELUI-LA. L'AUTRE. VITE. Aide-moi... !


coded by blair of shine & ooc






les cadeauuuux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wade Wilson
CODE KING - DEADPOOL
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Aoû - 18:56




CHANGEMENT D'AMBIANCE

DEVANT LE CENTRE AQUATIQUE POUR VIEUX.
12:09 a.m

C’est qu’il en a dans le futal le boy, il les a démonté les uns après les autres - genre, araignée gobeuse de moustiques level 100. Je suis impressionné. Imagine si on avait un bébé, comme il serait ouf ! LE NOUVEL EMPEREUR DE L’UNIVERS. (calmos, t’as pas d’ovaires) Lui, p’têt que si. (non) D’ici là, la science fera qu’on sera tous comme les escargots. (hein ?) J’ai faim.

MAIS J’OUBLIE MA FAIM. Pourquoi là j’oublie ma faim ?
Bah.
Il est un peu en étoile de mer sur toi quoi.
Ah ouais.
Sur ton corps.
Ouais.
Il touche tes parties génitales de pur mâle du ghetto.
Ça va, j’ai pigé.

« Pousse toi ou tu vas partir en virée sur un mas 5 étoiles. » Qu’il se pousse ? Sûr ? « Non, en fait non, reste, je le sens prendre les voiles c’est cool… Han ouaiii, remue un peu… » Et… Et… RIEN. Fallait que l’infirmier débarque. Salaud de fonctionnaire trop payé !

« ALORS ON GARDE SON CAME, LES POMPIERS ARRIVENT. » (trop pas) Chut, c’est une technique pour instaurer le silence et calmer les tensions. (non, t’es juste hors propos et t'es d'aucune aide pour Spidey.)

« Seigneur Marie Joseph, ils sont mo…mo…MORTS ? Aaaaaah tout ce sang ! CE SANG ! Vous êtes des fous ! DES FOUS ! Qu’est ce que blablablabla » Hehe, il dit blablabla. (non ça c’est parce que tu ne l'écoutes plus) Il me reste des gélules de poudre de champignons mexicains ? (je ne pense pas) Bon, improvisons façon Mozart.

« Nous sommes des agents héroïques de la sûreté nationale, spécialement détachés pour protéger les citoyens de Cosmopolis. » Clin d’oeil invisible sous le masque vers mon futur père. (futur père de tes enfants*) Oui, oui, pareil.

« Ce gang en avait après deux de vos protégées, Evelyn Smith et Greta Schultz. Elles couvent apparement un riche héritage et l’un des membres du gang se trouvait être le neveu germain de l’une des deux. Il a donc fomenté un plan pour faire passer toute cette action comme une vengeance sordide contre moi, je dis moi parce que c’est ce qui aurait pu traversé votre esprit comme idée hein - mais en fait non, en fait il voulait la buter et toucher l’héritage de Greta et de Evelyn parce que si Greta meurt, c’est Evelyn qui touche son héritage et si Evelyn meurt, c’est donc ce petit mexicain de con de neveu germain qui empoche le gros lot - il aurait ensuite diviser le tout avec ses copains. » (euh……….) « Capiche ? » Grand moment de silence. « Faut nous croire, nous sommes des agents héroïques de la sûreté nationale, jamais on mentirait ! »

Ce qu’il se passe, hallelujah, c’est que le pauvre infirmier - vert/livide/mauve (couleur vomi ?) ouais c’est ça, couleur vomi, finit par reprendre doucement vie. Je crois qu’il a marché… R’garde, il semble respirer mieux.. Il.. IL SOURIT ! (PUTAIN BIEN JOUÉ) « Bien euh.. Bien… Soit euh… Je dois avouer que je connais votre compagnon, Spiderman ? C’est ça ? Un brave héros… Vous je… Je n’en doute pas. Bien, et bien… Bien. Comment.. Les corps et… ? »

Ouaaaah, il cause pour rien dire. (ouais, il a surtout dit qu’il te connaît pas mais que l’araignée, SI, ahahahahah, loser) Ta gueule, j’te rappelle que je suis pas un héros, donc NORMAL qu’il n’me connaisse pas. (ah oui, merde).

« Tkt chaton, des gars sûrs arrivent pour faire le ménage. » (par gars sûrs t’entends quoi ?) Bah tu sais, Steven et son équipe de nettoyeurs. (aaaah ouais… mais t’auras de quoi le payer ?) Bah ouais, la coke que j’ai volé à Marco. (….tu t’es tout enfilé) Vas-y fais pas chier, je verrais ça plus tard.

Trente-deux secondes après - coup de fil à Steven (je précise : nettoyeur criminel et receleur de cadavres) - Steven ok.

« Bon, tu nous payes une tournée, pour service rendu à Cosmopolis, la Nation, LE MONDE ? …Et mes chères copines Evelyn et Greta ? » Blanc. « Copines ? » Blanc bis. « Façon de parler chaton. Allez, TOURNNÉÉÉÉE » Sur quoi, j’encercle d’une accolade virile les épaules de Spidey et l’entraîne à ma suite.

L’infirmier marche devant, un tantinet fébrile - faut dire qu’à chacun de ses pas se présente un corps ou des pièces détachées de corps.
Direction l’aile ouest du bâtiment… LA CAFÉTÉRIA. OUAIS OUAIS BÉBÉ.
(c’est nul)
Non trop pas, y’a toujours du pinard et de la bière dans une cafétéria pour vieux.
(aaaaaah)

« Alors bébé, convaincu qu’on fait la paire tous les deux ? » Je souffle non sans une parfaite sensualité à son oreille - enfin je suppose que ça l’est, si ça se trouve c’est un kyste, ou une bosse - bref - oui bref - tout en le serrant un peu plus - toujours virilement (ouais ouais) contre moi.

J’allais rajouter ‘on s’en est sorti, dis à ta mère qu’elle prépare nos fiançailles’ mais je viens de me souvenir d’un truc or ce n'est pas clair. (tu m’aides pas) Si… Un truc avec sa mère qui fait que je peux pas dire ‘dis à ta mère’(ah ouiiii, attend… … … elle est .. CLAMSÉE !) Aaaah. Merde. Qui pourra arranger nos fiançailles ? (son père ?) Ouais grave.

(OH, ATTEND… Dis quelque chose, c’est pas cool de n’avoir rien dit.) Dire quoi ? (mes condoléances ?) « Mes condoléances pour ta mère. » (NON MAIS TU SORS ÇA SANS RAPPORT LÀ) « Cela a un rapport. Dans ma tête. » (…) « Tu vas voir, la cafétéria est trop stylée. Y’a même des FLAMBIS ! » (…………t’es nul à chier pour les rapports et les transitions). Exception faite : les rapports sexuels. Hehehe. Je ris. (boloss)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peter Parker
FONDATEUR - SPIDERMAN
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Aoû - 21:29



sortie éducative

w/ deadpool



Tu croises les bras et hoches la tête tout le long du discours de Deadpool. Oui, oui. Oui. Ça fait presque sens, même toi tu y aurais cru à la place de l'infirmier. Il y a des détails là où il faut, des mamies concernées, ça ne peut qu'être facile à avaler. Au final, cet énergumène est plus intelligente qu'elle le laisse supposer - quand bien même Tante May t'as toujours appris à ne pas juger un livre à sa couverture, tu avais du mal à imaginer qu'un gars qui se charcute le bras puisse avoir un tant soi peu de jugeote.

Le corps médical convaincu, vous vous retrouvez à nouveau en tête à tête. Ce à quoi Deadpool n'échappe pas puisqu'il vient te filer une accolade un peu trop collée serrée la seconde suivante. Tu ris, doucement, mais surtout nerveusement. Bébé, qu'il t'appelle. T'essayes de prendre quelques pas de distances mais sa poigne s'affermit aussitôt.

Mes condoléances pour ta mère. Vraiment ? Tu fronces les sourcils, un peu dans l'incompréhension. C'est pas que ça te touche vraiment vu le peu de souvenir que tu as de tes parents. Il passe juste du coq à l'âne en un claquement doigt que ça t'en fait perdre la tête.

Oui... Oui ! C'était vraiment... Tu regardes autour de toi les flaques de sang s'épaissir sur le bitume, autour des différents cadavres. Puis le bras de foetus de Deadpool. Puis Deadpool lui-même. ... Original.

Mr Stark va le tuer. Et toi ensuite. Tu le sais déjà. En plus, tu ne pourras même pas mentir, ça fera parti de ton rapport et sans doute des prochains articles de journaux.

Sans perdre plus de temps, vous vous rendez à ladite cafétéria et prenez place face à vos plateaux. Au menu : beaucoup de soupe froid et de nourriture pas difficile à mâcher, et surtout saine. Bon, ça changera des burgers que tu t'enfiles dernièrement (un peu trop souvent). Tu soulèves ton masque à demi histoire de pouvoir amener ta fourchette à ta bouche.

Du coup, tu m'as pas dit. Tu as un contrat chez Eurêka ou tu es à ton compte ? J'ai cru comprendre que c'était une mode et franchement des fois j'aimerai faire pareil, au moins je serai libre de choisir mes missions... C'est vraiment pas terrible cette bouffe. Tu grimaces. Peu à peu, la salle se remplit de vieux. Ils vous dévisagent, parfois d'un bon oeil, parfois non. Mais ça serait cool qu'on puisse refaire ça ! Dis-tu avec un trop plein d'innocence.

Dis-moi... Hm... Tu te penches un peu au-dessus de la table et pointes du doigt les deux courtisanes de ton acolyte, assises un peu plus loin : Pourquoi coucher avec des vieilles ?


coded by blair of shine & ooc






les cadeauuuux <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
sortie éducative / peter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Alentours :: banlieue-
Sauter vers: