Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER ANTIS
dabberblimp"



 

 :: Cosmopolis :: janha district Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid ~ [Meredith]

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 20:51

Tell me what's wrongand I'll tell you that you're fuckin stupid

BAM.
Tu soufflerais presque sur la fumée.
Du flingue que tu tiens dans la main.

« C'est le dernier. » Tu t'accroupis auprès de l'alien qui se tortillait de douleur. « T'as vraiment une sale gueule toi. » BAM. Tu lui tires à nouveau dans le bas ventre. Puis tu restes là, quasiment à sa portée, à regarder le sang colorer les vêtements. Puis rangeant ton flingue, tu sors un téléphone, et pianote rapidement dessus. « Ouai Agent Smoker. Demande assistance quartier Janha, adresse X. Groupe de criminels amochés à récupérer en attente d'interrogatoire. Blessures... » Tu jettes un coup d'oeil à celui qui agonise plus ou moins à tes pieds. « ... moindres. Je rendrais mon rapport dans les plus brefs délais. » Puis tu raccroches après confirmation. Tu n'as pas envie d'écrire un rapport. Tu jettes un regard à la blondinette qui t'accompagnait. Meredith Ohara, alias Agent Dynamite. Elle porte bien son pseudo. Une vrai bombe, mais pas dans le sens physique. Elle était pas mal ok, jolie même, mais étant donné la relation que tu entretenais avec elle, tu n'imaginais pas un instant aller plus loin que la simple relation entre collègues. Ouai, elle est Agent au M.I.B ouai. Ouai elle fait autant de bavures que toi. Ouai, c'est probablement pour ça que vous vous entendez bien. Bien comme chien et chat. Mais c'est plutôt amusant comme relation, tu ne dirais pas que c'est néfaste, ou chiant. OK elle est chiante. Mais pas au point à la chasse à coup de pelle dans le crâne. Tu l'aimes bien, elle te ressemble sur certains points. Notamment sur celui de ne respecter aucune règle de l'agence. Enfin très peu. Vous êtes un peu les moutons noirs  du groupe, mais vous ne vous en portez pas plus mal. Et justement, elle était avec toi sur cette affaire. Un gang de criminels de merde, qui foutait le bordel dans le quartier de Janha. Effectivement dès leur arrivée, ils n'avaient pas eu besoin de chercher. Le gang terrorisait la plupart des gens du district, et cassait, volait, brûlait. Du coup le duo de choc avait du agir.

Les corps gémissant à tes pieds le prouvaient. Le sang sur ton costume également. Tu prends tes lunettes en main, et les essuie rapidement sur ledit costume. « J'te paye un café ? » Pourquoi tu lui proposes un café. Tu lui as jamais proposé un café. Qu'est-ce qui ne va pas en ce moment. Tu le sais, ça fait des jours que ça dure. Il se passe que tu t'es toujours pas remis de l'histoire avec Drake. Cette journée mouvementée. Ce... problème épineux. De savoir ce que tu as ressenti à ce moment. De savoir pourquoi tu étais aussi énervé. Et surtout, pourquoi tu lui as fait ça. Ouai, lui sauter dessus en gueulant, puis l'embrasser de force avant de passer pour un putain de psychopathe incapable de gérer ses pulsions. Tu ne l'as même pas vu partir. Il n'a pas dit un mot. Tu ne l'as pas revu depuis. Quel abruti tu es. Tu te sens tout vide. L'espèce de joie ridicule que tu éprouvais en le taquinant, l'amusement d'observer ses réactions, tu n'as rien ressenti de tout ça depuis une semaine. Une semaine à broyer du noir, à ruminer la colère d'avoir agit si stupidement, des absences à répétitions, ton esprit se perdant dans les souvenirs. Et surtout, Elle se hantait. Toutes les nuits, comme toujours. Et pourtant, tu sentais son regard désapprobateur. "Pourquoi as-tu fais ça ? Pourquoi tu ne l'as pas rattrapé, rappelé ? Pourquoi es-tu si faible ? Pourquoi est-ce que tu m'oublies moi ?" Tu ne l'oubliais pas. Jamais. Jusqu'à ta mort. Mais le rouquin t'obnubilait tellement. Tu sentais que tous les gens autour paraissaient fades. Comme des robots (n'en voulait aux Tekms).

Décidément, tout ça t'avait beaucoup trop atteint, sans que tu le réalise vraiment. Tu soupires. Et remonte dans la voiture de fonction en soupirant. « Allez, on s'casse. » Tu lui jettes un regard, à la blondinette en costard. « Tu veux ce café ou pas ? »

Il allait probablement neiger.
En plein mois d'été.
Qu'avez-vous fait d'Ethan Fitzgerald ?

feat Meredith - la collègue de l'extrême.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Aoû - 0:08
Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid
Tu termines de menotter l’alien à qui tu venais gentiment de démolir la face en l’éclatant contre le mur. Le bougre n’avait sûrement pas mérité ce sort puisqu’il n’avait pas opposé beaucoup de résistance à la vue de tes blasters, mais il avait quand même tenté de faire le malin en disant « qu’une blondasse comme toi ne pouvait absolument rien contre un mec ». Ça ne t’a pas plus…
Une fois ta besogne accomplie, tu jettes un coup d’œil à ton coéquipier qui se chargeait de l’appel au bureau. Tes yeux tombent sur le gusse à ses pieds. Lui non plus n’avait sûrement pas mérité le second tir qu’il lui avait asséné. Mais tu ne dis rien, tu n’as rien à dire. Ethan et toi n’étiez pas connu pour faire dans la finesse et le raffinement. Tout le contraire en fait. Et ce n’était pas plus mal, ça mettait de l’ambiance lors des interventions ou autres. Et votre chère patronne était toujours là pour réparer les pots cassés, alors vous en profitiez.

« J’espères qu’il va pas claquer… » Le ton de ta voix est ultra neutre, comme si tu n’espérais rien du tout en vérité. En revanche, l’expression de ton visage se teinte de surprise à la proposition de ton coéquipier. Tu es presque tentée de demander ou son les caméras. Ce n’est pas comme si Ethan et toi étiez proches, vous vous entendiez bien sur certains sujet certes, mais vous passiez généralement le plus clair de votre à vous tirer dans les pattes. Alors l’idée de te faire payer un café par lui était étrange…
Tu le suis jusqu’à la voiture (c’est lui qui conduit, tu avais perdu à pierre, feuille, ciseau). A la réflexion, ce n’était pas sa proposition qui était étrange, mais Ethan lui même. Tu l’as remarqué depuis quelques jours. Il semble ailleurs, morose, plus irritable et il ne répond pas à tes piques avec la même vivacité que d’habitude. En pleine déprime en résumé.
Tu t’assois côté conducteur et croise les jambes sur la plages avant puis tu lui décoche un sourire que tu veux agaçant : « Puisque c’est si gentiment demandé… ». Ton sourire s’efface et tu redeviens un minimum sérieuse
« Comme ça tu pourras me dire ce qui ne va pas… Tu dois avoir l’habitude, mais quand même, t’as une sale tronche en ce moment. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Aoû - 16:40

Tell me what's wrongand I'll tell you that you're fuckin stupid

Tu regardes le cadavre remuant d'un air de dégoût.
Si tu espérais presque.
Qu'il crève.

« Je m'en branle qu'il crève. » Mais bon au fond, elle devait s'en foutre comme toi, puisque ce n'est pas la première fois qu'il se passait ça. Vous n'aviez aucune pitié envers les criminels, humain comme alien. Et ça se ressentait bien dans votre manière d'agir. Des Agents contre les règles. Des Agents contre les lois. Des électrons libres. Alors les méthodes rigoureuses d'action, c'était pas pour vous. Ni la compassion. Que tu crèves ou pas, à tes yeux Ethan, ça ne faisait aucune différence. Ca ferait un déchet de moins sur Terre. Et vu le nombre qui polluait la planète, tu n'allais pas t'arrêter de sitôt. Jamais ton USP Match n'arrêtera sa danse fumante. Jamais tu laisseras ce job qui te permettait de défouler cette rage envers tout le monde.

Envers toi même.

J'ai une sale tronche. Tu laisses tomber ta tête contre le volant de la voiture, jetant un coup d'oeil à la belle blonde capricieuse. Ignorant la pique, tu lui lance un regard à demi blasé, à demi curieux. Malgré son manque de délicatesse, aurait-elle perçu cette détresse qui te rongeait ? Était-ce la fameuse intuition féminine ? Tu étais persuadé qu'elle n'en possédait pas pourtant. Enfin, tu soupires et démarre la voiture. « Une sale tronche hein... Comme si je ne le savais pas. » Tu démarres en trombe, conduisant comme un taré dans les rues de Janha, un peu à l'ouest. Puis au bout d'un moment, tu finis par te garer à l'arrache sur une place de parking, serres le frein à main, et fouille dans tes poches, sortant un billet de 10 euros. Tu le tends à Meredith, en lui lançant un regard noir. « UN café. Je fume une clope, je te rejoins. » Tu attends qu'elle prenne le billet, et sors une clope made in Arthur. Tu l'allumes et la porte à tes lèvres, respirant à plein poumon le goudron et la nicotine chérie. Ton regard se perd dans la foule de touristes, d'habitants, d'aliens. Tu les observes sans vraiment les voir. Tes yeux accrochent un instant le cul d'une passante, mais tu t'en désintéresse aussitôt. Tu aimerais bien voir ses fesses à lui. Tu te demandes bien comment elles sont. Cette simple pensée te fait grincer des dents, et lever les yeux. « Putain. » Quelques minutes de déprime, et tu écrases ta clope, rentrant à ton tour dans le café. Tu repères la table de ta collègue, et passe au comptoir. « Un expresso serré. » Tu lorgnes un instant sur les pâtisseries. Son crumble est bien meilleur. Evidemment, tu l'avais mangé, la gorge nouée par la colère et la détresse. Et même si tu avais failli en chialer de bonheur de manger un truc si bon, ça t'avait sembler si fade. De le manger seul.

Tu finis par seulement prendre ton café, et te dirige vers la table de Meredith. Tu t'assois face à elle, en soupirant gravement.

feat Meredith - la collègue de l'extrême.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Aoû - 19:08
Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid
Tu ne le regardes même plus, ton attention est perdue au loin en attendant qu’il daigne démarrer.
Il ne nie même pas avoir une sale tête, ne réplique pas face à l’insulte et ne refuse pas de te parler de ce qu’il ne va pas… Décidément rien ne va plus, que c’est-il passé pour que ton charmant collègue devienne si peu amusant. Il te tarde de le savoir.
Il démarre enfin, et comme à son habitude, conduit comme un abruti fini et pas très concentré en plus…

« Tch… tu conduis vraiment mal, ça m’étonne beaucoup que tu n’ais encore buté personne… »
Tu lui déclares ça dans un français parfait, attendant une réaction de sa part. Ça t’amuses beaucoup de lui parler dans une langue qu’il ne comprend pas car ça avait le don de l’énerver.

Vous arrivez finalement sans incident sur le parking d’un petit café. Tu décroises les jambes de la plage avant en regardant le brun fouiller ses poches puis te tendre un billet. Tu t’en saisis en écoutant à peine ce qu’il dit et sors de la voiture en lui faisant un clin d’œil.
Entrée dans la boutique, tu te diriges au comptoir et commandes, non pas un café, mais un milkshake au citron (faisait beaucoup trop chaud pour un café !). Une fois servis, tes pas te diriges vers un petit coin isolé pour éviter que des oreilles indiscrètes n’écoute ce que vous direz.
Tu commences ta boisson sans attendre qu’Ethan te rejoigne, ce qu’il ne tarde pas à faire de toute façon après avoir commandé son café. Le métis s’assoit en face de toi en poussant un soupir à fendre l’âme.

« Bon, crache ta valda… il t’arrives quoi ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 13:27

Tell me what's wrongand I'll tell you that you're fuckin stupid

C'est étrange.
Elle semble presque réellement curieuse.
Sans vouloir se foutre de ta gueule.

Tu lui lances un regard en biais, tout en récupérant ta monnaie. Putain c'est quoi cette boisson de femme qu'elle a prise. Wah. Ca doit être ignoblement sucré. Un milkshake ? Sérieusement ? Il y a des gens qui acceptent réellement de mixer des fruits avec du lait ? Est-ce que ça vaut une place en enfer ça ? Tu étais presque sûr que oui. Dans une grimace de dégoût, tu bois une gorgée de ton café si serré qu'il aurait pu en mourir. Puis rabats ton regard dans celui de la chiante mais néanmoins jolie blonde. Et soupires. « J'ai fais l'con. Et... » T'as l'impression que rien ne veut sortir de ta gorge. « ... et putain ça me fait trop chier. » Tu gesticules d'énervement, et croises tes bras sur la table, fixant le fond de ton café. « Y a quelqu'un que j'trouve juste... Genre wah. Tu sais que j'adore baiser putain mais là... » Aaah... Comment t'allais pouvoir le dire ? Déjà que cette dernière phrase te fait passer pour un putain de Don Juan pervers et obscène, ce que tu es, mais là tu vas encore en rajouter. Tu grognes, râles, disjonctes. « J'ai juste qu'une envie c'est de le prendre violemment contre un mur, de le baiser jusqu'à le voir pleurer. » Tu te prends la tête dans tes mains, et fixes à nouveau Meredith en les laissant tomber bruyamment. « J'sais pas ce qu'il se passe putain. » Tu gesticules encore, manquant de faire tomber ta tasse. Puis tu la bois d'un coup sec, la pose durement sur la table, et appelle la serveuse d'une main. « Un whisky. » Tu soupires à nouveau. Encore. Tu voudrais fumer une clope, mais t'es à l'intérieur, alors tu te retiens. Et pourquoi tu lui parles de ça à elle là ? Vous êtes pas si proches pourtant, vous parlez cul mais jamais sans plus. Mais il semblerait que t'ais besoin de parler. Tu ne sais même pas pourquoi t'as besoin de parler, mais plus tu le dis à voix haute, et plus ça t'éclaircit l'esprit. Du moins ça dénoue peu à peu le brouillon dans ta tête.

« Pourquoi j'te dis ça. Tu vas juste te foutre d'moi. » Tu marmonnes. Grogne. Bois ton whisky. C'est marrant, il parait bien vide ce verre. Tu regardes à nouveau Meredith. Puis le verre. Et à nouveau Meredith. Et bois à nouveau le verre cul sec. « J'crois que ce job me rend juste taré. J'vois pas d'autre explication. » T'es pas foutu de te remettre en question Ethan. T'es pas foutu d'éclaircir ce que tu ressens. T'es un raté, dans tous les sens. Et un putain de pervers. T'es incapable de réfléchir quand il s'agit de toi. Tu sais pas fouiller pour chercher ce qui cloche. Tu n'aimes pas ça Ethan, parce que tu sais que tu es faible à l'intérieur. Tu sais que tu n'aimeras pas ce que tu trouveras là-dedans. Alors tu bloques tout. Tu te mens. Tu mets un voile de mensonge sur ton corps meurtri. Ton coeur brisé. Incapable de voir à travers ce voile que tu poses toi-même. C'est comme si tu tombais sans fin dans un trou sombre, et que tes mensonges étaient des prises illusoires. Ca te sauvera pas. Tu le sais mais tu ne veux pas le voir. Comme si au fond, tu ne voulais pas te sauver.

Être sauvé.
Comme si au fond,
Tu préférais te détruire à petit feu.

Une combustion lente, douloureuse. Plaisante. Comme si devenir ce déchet, ça te permettait d'oublier les problèmes. Ces problèmes qui attendent d'être réglés. Mais qui ne s'en iront pas si facilement.

feat Meredith - la collègue de l'extrême.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 16:10
Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid
Le menton posé sur tes mains croisées, tu écoutes attentivement ce que l’homme en face de toi raconte. Tu ne dis rien, observes, analyses minutieusement ce qu’il dit et fait. Il a fait le con, point à retenir, tu demanderas plus tard en quoi. Les mots sembles avoir du mal à sortir et il est agité, énervé. Cette histoire s’avère lui tenir à cœur, intéressant, lui qui semble se foutre de tout même de sa propre personne.

Puis les mots finissent par sortir clairement, tu n’es pas choquée par ces derniers, t’es bien assez au courant des mœurs débridées de ton collègues. Donc c’est un gars qui le met dans cet état là… Tu caches un sourire derrière tes mains, tu commences à cerner le problème… Sérieusement, il ne sait pas ce qu’il se passe ?

Tu le laisses ruminer encore un peu et commander son whisky, tu ne dis rien sur le fait qu’il boive pendant le service mais ton regard est assez éloquent. Puis tu décroises les mains et prends enfin la paroles, calmement, pour ne pas qu’il se braques et tape un scandale en plein café.

« J’pense que la question qu’il faut que tu te poses c’est est-ce que pour toi ce gars n’est qu’un potentiel plan cul comme tant d’autres, ou est-ce que t’aimerai que ce soit un peu plus ? A te voir et t’entendre, je dirai un peu plus, mais je peux me tromper… »

Un léger ricanement franchit tes lèvres et tu recroises tes mains sous ton menton : « C’est pas le job qui te rend taré. J’pense te connaître suffisamment pour dire que t’étais taré bien avant ce boulot. » Encore une fois tu reprends ton sérieux instantanément « En quoi t’as fait le con ? » Le savoir t'aideras peut-être à mieux le conseiller. Le monde à l'envers, toi qui aides quelqu'un, Ethan de surcroit... T'es vraiment trop gentille Meredith...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 23:00

Tell me what's wrongand I'll tell you that you're fuckin stupid

Tu la vois d'un oeil las.
Elle tente une approche douce.
Qu'est-ce qu'elle mijote ?

Et puis la question. Elle n'est pas bête, pas méchante. Elle est précise. Pas dérangeante. Parce que tu connais déjà la réponse, tu sais, c'est toi qui l'a décidé avant. Tu passes une main dans tes cheveux tombants, jouant d'un index sur le rebord de ton verre. « Il est... intéressant. Très intriguant. Je me lasse pas de le voir s'énerver. OK j'ai... probablement. Non. J'ai envie d'un plan cul avec lui, mais contrairement aux autres, je veux le garder pour moi. Je me lasse pas de le faire chier. » Ça tu le sais oui. Ça c'est clair dans ta tête. C'est ton jouet du moment, mais le genre de jouet que tu n'as jamais possédé avant. Comme un gosse devant sa première console. Un mec devant sa première bagnole. L'excitation de vouloir connaitre comment ça marche. Comment on l'utilise. Connaitre les commandes. En être le propriétaire.

Et son commentaire t'attire un léger sourire qui vient flotter sur tes lèvres. Ouai, t'as pas tort en fait. sourire qui disparaît a la seconde question. Comment t'as fais le con. C'est tres simple. T'as encore la scène qui repasse en boucle dans la tête. Comme les robots avec leur putain de "erreur. Erreur. Erreur." Ta gueule. Tu perds un instant tes yeux dans le vide, et fronces les sourcils. Et ta main s'agite, comme si elle cherchait a formuler des excuses seule. Comme si tu cherchais a te sauver. Mais tu n'y arriveras pas. Tes dents grincent, tes lèvres tremblent un instant. Elle va se foutre de toi, c'est certain. Pourtant elle semble sérieuse Meredith, bien plus que d'habitude. Il m'a parlé de son copain et... Ça m'a putain d'énervé. Je... l'ai plaqué contre un mur, j'avais qu'une envie c'était de lui faire payer ça. J-je voulais juste le détruire je crois. Alors je l'ai embrassé, et j'ai failli abuser de lui. J'aurais pu le faire. J'arrivais pas a me contrôler je. J'avais tellement envie de le baiser. A ce qu'il regrette tout. Son copain, d'être avec lui, de me renier moi. Putain. Tu te prends la tête dans les mains, soupirant. J'sais pas si t'arrives a comprendre. J'sais plus où j'en suis. Tout semblait si flou. Et maintenant il me déteste. Et j'me déteste. Il était si... hypnotisant ? Passionnant. Intéressant. Tu parles trop. Tu as soif. Tu commandes a nouveau un whisky. Marylin te pardonnera cet écart. Après tout, tu es un mouton noir.

Solitaire.
Rebut.
Déchet.

Même Lui devait être de cet avis. Après tout, tu ne l'as pas revu depuis. Peut-être aussi parce que tu as peur. D'affronter en face ce que tu as fais. Lâche. Couard. Tu n'es qu'un rat peureux se terrant dans son égout. Sale.

feat Meredith - la collègue de l'extrême.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Aoû - 13:57
Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid
Encore une fois tu l’écoute parler. C’est très bizarre, il te sembles que c’est la première fois que vous aviez une discussion sérieuse. C’est plutôt sympa, mais tu préfères quand même quand vous vous chamaillez. T’espères pouvoir régler cette affaire au plus vite pour retrouver ton collègue comme avant.
Donc, il veut se le faire, ça tu l’as comprit, mais il veut aussi « le garder pour soi ». Tu t’adosses un peu plus sur la banquette et commences à pianoter sur la table, ton regard se plante dans celui du brun et tu énonces toujours calmement une solution.

« Tu devrai coucher avec lui… après ça, peut-être que ta « fascination » disparaitra. J’veux dire, parfois quand t’as consommé quelque chose que tu voulais, tu te rend compte que c’était pas si bien… » C’est immonde ce que tu racontes, mais on parle des problèmes d’Ethan, leurs solution le sont forcément aussi…

Tu reprends une gorgée de ton milkshake et l’avale de travers en entendant ce que ton abruti de coéquipier a foiré avec son gars… « Mec tu t’aides pas là ! » Tu changes de position et croises les bras sur la table réfléchissant à nouveau « Faudrait que t’apprenne à maitriser tes pulsions… Et ta jalousie ». Le copain et l’agression, aves ces nouveaux paramètres en tête ça deviens compliquée cette histoire. Tu soupires, depuis quand tu joues les conseillères matrimoniales. L’amour c’est de l’arnaque et tu le sais très bien.

« Oublis ce que j’ai dis. S’il a un copain, j’vais pas t’aider à faire cocu un mec qui n’a rien demandé. Puis tu t’es grillé tout seul en l’agressant… ». Tu termines ton milkshake et zieutes la serveuse qui apporte un nouveau whisky au métis. T’en prendrai bien un aussi. Tu joues distraitement avec la paille entre tes dents : « Le mieux que tu puisse faires, c’est l’appeler, si t’as son numéro, pour t’excuser. Tu pourras au moins avoir un nouvel ami. »
Ce n’est sûrement pas ce qu’il a envie d’entendre, mais c’est la vérité. Tu ne va pas lui donner de faux espoirs alors qu’il a totalement foiré son coup.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Aoû - 21:51

Tell me what's wrongand I'll tell you that you're fuckin stupid

Elle réflechit.
On dirait qu'elle a sa petite idée.
Impatient.
Tu tapes du pied.

Écoutes. « Je demande que ça. » Tu soupires. Encore. Croises les bras et t'adosse au dossier de la banquette. « C'est lui qu'est pas consentant. » Quelques secondes de silence passent. Tu te mords la lèvre, perplexe. « Et c'est ça qui est amusant. » Petit sourire sur tes lèvres. Et tu balayes la fin d'explications de la blonde d'une main. « J'suis pas sûr que ça soit ça... Enfin ça s'rait dommage, il est vachement passionnant à regarder. J'peux pas m'en lasser. » C'est vrai. Des fois où tu l'as aperçu, de la fois où il est venu chez toi, tu le trouvais extrêmement attrayant. Imprévisible. C'est un mot plus juste. En fait, c'est comme si tu venais de mettre le doigt sur le mot que tu cherchais depuis le début. Tu claques ta main sur la table, l'air à la fois fier et sérieux : « Il est imprévisible Mere. C'est putain de ça que j'adore chez ce mec. On s'fait pas chier, alors pas moyen que j'le lâche comme ça. » T'es fier d'avoir trouvé ce que tu cherchais depuis le début. T'arrivais pas à trouver tes mots. Exprimer le réel fond de ta pensée. C'est chose faite. Un fin sourire s'étire. Drake, il est passionnant.

Mais il n'est pas à toi. Ton sourire se fane, tes dents grincent. Tu râles. « J'y peux rien. C'était plus fort que moi là. T'imagine pas comment il est. » Tu te penches sur la table, t'as encore la pensée de tout ce que tu aurais pu faire subir à ce superbe fessier. « Provoquant. Sexy. » Tu te recules ensuite, ton corps excité rien qu'à cette idée. Tu ne tiens pas en place quand on parle de Drake. Mais quand Meredith parle de laisser tomber son aide, tu te lèves d'un coup, vexé. « J'en ai rien à foutre qu'il soit en couple avec Machin ou Truc, j'compte pas laisser tomber. » Oh non tu comptais pas. Et pourtant, il était bien loin de toi maintenant. Bien loin. « Jamais de la vie j'lui envoie un message. Déjà j'suis pas une pute en manque, et j'ai pas envie qu'il soit mon pote. J'veux juste m'le taper. » Dernière phrase qui contrastait un peu avec la "pute en manque". Enfin en tout cas, tu ne voulais pas donner cette impression au rouquin. T'es agacé. Vexé. Comme si Meredith ne croyait pas en toi. Que tu pouvais l'avoir. Tu t'en moques de son avis après tout, Drake sera à toi. Mais tu sais pas comment faire. Tu sais pas comment rattraper ta boulette. Peut-être que tu devrais lui envoyer un sms, mais quoi ? un salut on baise ? jamais de la vie, t'étais con mais pas à ce point. Un coucou ça va ? Ridicule. Misérable. A en vomir. Tu te passes une main sur le visage dans un long soupir d'abandon. T'en as aucune putain d'idée. Tu sais même pas si le rouquin a envie de te revoir. Pourtant... Pourtant t'as pas envie de laisser tomber. Tu sens qu'il faut que tu t'accroches, mais comment. En y pensant un peu plus, tu sors ton téléphone, et le tripote jusqu'à arriver sur le numéro du rouquin. Tu tapotes sur les touches, tu hésites. C'est ridicule, tu te sens con. On dirait une nana. Puis finalement, tu te décides. Tu tapes ton message. Et l'envoie. Tu jettes un coup d'oeil à Meredith. « S'il m'envoie chier, j'te bute. »

Tu le sens venir.
Si gros.
Ce refus.

Tu la sens venir, cette poisse intersidérale. La moquerie de ta collègue. Waw, tu t'étais jamais senti aussi mal. Aussi nul. Aussi perdu.

Aussi peu toi-même.

feat Meredith - la collègue de l'extrême.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Aoû - 23:00
Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid
Tu t’adosses à nouveau au dossier de la banquette, jouant toujours avec la paille entre tes lèvres. Tu zieutes encore une fois le verre d’alcool de ton collègue. Oh et puis fuck la bonne conscience. Tu fais un signe à la serveuse de t’apporter la même chose.

« Ouais, en fait ce qui te fais triper, c’est qu’il te résistes… »

C’est sûr que ça devait lui faire tout drôle à l’animal de rencontrer un peu de résistance. Parce que, même si ça te faisait mal de l’avouer, il était très agréable à regarder Ethan, et tu le savais, il n’avait pas beaucoup de difficulté à mettre quelqu’un dans son pieu. Donc sa fascination pour ce gars pouvait s’expliquer par le fait que, pour une fois, il avait un vrai challenge à relever.
Mais challenge ou pas, qu’il soit imprévisible, sexy provoquant ou autre, il avait un copain, et le brun l’avait violenté, donc c’était très mal barré. Un sourire retrousse tes lèvres, par un élan de sadisme tu ne te gène pas pour lui rappeler ce fait.

« Puis tu pourras triper longtemps, parce que te résister c’est la seule chose qu’il va te faire, puisqu’il a un copain… »

Ta boisson arrives finalement au moment où il décide de faire son scandale. Tu l’as vexé apparemment. La serveuse lui jette un regard de travers ce qui ne fait qu’agrandir ton sourire. Puis finalement tu éclates de rire, parce qu’il suit ton conseil, de lui envoyer un message. On a viré comédie romantique pour ado.

« T’es trop mignonne, on dirait une ado ! T’inquiète ma chérie, un de perdu, dix de retrouvés… »

Tu ris encore en le regardant pianoter sur son téléphone et lui offre joliment ton majeur en réponse à sa menace. « Tu lui as envoyé quoi ? T’as pas oublié les smiley j’espères ? ». Sachant pertinemment qu’il ne te dira pas ce qu’il a écrit, tu profites d’un micro moment d’inattention de sa part pour lui subtiliser son portable. Tu lis rapidement le message, juges qu’il aurait pu faire mieux, puis tu regardes le destinataire… « Red Head », ça te dit un truc…

« Red Head… c’est pas le surnom que t’as donné à Drake ?»

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Aoû - 23:17

Tell me what's wrongand I'll tell you that you're fuckin stupid

Elle commande un verre.
Tu en profites pour commander.
Un nouveau verre de drogue.

« Ouai c'est kiffant d'jouer avec lui. » Tu fais tourner ton téléphone dans ta main. Tu ne souhaites pas parler pour l'instant de l'échange que tu entretiens avec le rouquin. C'est mal parti, très mal. Tu soupires. Tu en étais sûr, comment tu pourrais jouer avec lui, qui semble si distant. Ton ennui n'est pas prêt de s'envoler. Tu n'es pas prêt d'avancer. Et le fait que la blonde pointe sans arrêt le problème dans l'histoire, ça te faisait bien enrager. Davantage. Rajoutant un problème sur des problèmes. « C'est bon t'as finis ? J'vais agir, copain ou pas. J'y crois pas... non, j'veux pas y croire juste une seconde. Que ce gars puisse être en couple. » Tu râles, gigotes. Tu râles, gesticules. Grognes. « Ca s'rait beaucoup trop chiant. » Tu désires un jouet qui semble appartenir à quelqu'un d'autre. Petit, tu prenais ledit jouet, quitte à faire pleurer l'autre en face. Tu n'allais pas te gêner pour faire pareil ici. Pour Drake. Pas moyen de le laisser s'évanouir dans la nature. Si tu devais aller traquer le copain en question pour malencontreusement le battre à mort, tu le ferais. Un accident serait si vite arrivé. Enfin bon, tu préférais évidemment éviter l'idée du meurtre, ça ferait peu pro. « J'veux juste qu'il soit à moi. »

Les yeux absents. Le menton contre ton poing. Tu réfléchis à une attaque. Meredith ne semble vraiment pas enclin à t'aider, mais alors pas du tout. Donc tu vas devoir te débrouiller seul. Mais quand tu continues à texter, jusqu'à arriver à un refus catégorique, et que ta collègue décide de se foutre de ta gueule, c'est l'eau qui déborde du vase. Tu te lèves d'un coup, et l'attrapes par le col. Silencieux. Beaucoup trop. Puis tu la relâches simplement en haussant les épaules. « T'as un truc dans les dents. » Zen. Reste calme. Elle le paiera bien à un moment. Tu regardes l'écran, tâchant d'oublier le véritable petit bout noir dans les dents de Meredith, gravé dans ton esprit à cause de ta vision beaucoup trop précise. Ce petit bout qui t'as tellement dégouté que ta colère s'est dissipée en un instant. Remplacée par le dégoût et abattement. « Moi qui croyais vraiment qu'tu pouvais être utile... » Tu marmonnes dans une barbe imaginaire, déçu. Reçois ton verre de whisky d'un air distrait, perdu dans des rêves irréalisables. Tu lui offres alors ton majeur à ton tour, en réponse à sa moquerie incessante.

Puis là, tu sens les choses t'échapper. Ton téléphone portable en l'occurrence. « Rends-moi ça putain d'merde ! » Elle a lu, tout. Elle donne même une déduction précise du pseudo "Red Head" qui orne le nom du contact. Tu le reprends aussi vite que tu peux, rouge de colère. Mais trop tard. « Retouche à ça et j't'égorge salope ! » On ne touche pas à tes affaires. On ne s'immisce pas dans ta vie privée. Tu ne donnes comme information que ce que tu veux donner. Ca t'es insupportable que des gens comme elle puisse s'immiscer dans tes affaires de leur plein gré, avec pour seul but de se foutre de ta gueule. Tu ne plaisantes absolument plus. T'es vraiment, vraiment en colère. Tu finis ton verre d'une traite, le posant violemment contre la table. Tu jettes un coup d'oeil sombre à la serveuse réprobatrice. Tu fusilles Meredith du regard. « Qui c'est, ça t'regarde pas. Et si c'est Drake, qu'est-c'que ça peut t'foutre. Fais encore ça une fois et j'te colle une balle. » Sous la colère, une de tes mains tressaille, devenant pendant une à deux secondes complètement translucides. Nerveux, tu sors d'un pas rapide, venant te poser en dehors du bar/restaurant, et allumant avec difficulté une clope. Tu sens ton téléphone dans ta poche, il te semble si chaud. Tes doigts sont si froids. Voilà ce que tu récoltais, à raconter tes problèmes aux gens. Y a qu'une solution, ils s'foutent toujours de toi. A croire que rien est à prendre au sérieux. A croire que ta vie n'est qu'une vaste blague dont on peut aisément se moquer. Ca t'fait chier. Tu fous ta vie en l'air, mais c'est pas une raison pour que les autres se mettent à la foutre en l'air eux aussi, ta vie. Tu ne permettrais à personne de venir foutre la merde dans ta propre vie. Déjà qu'elle tient à peine debout. Tu restes là deux minutes. Dix minutes. Tu es plus calme. Tu regardes Meredith à travers la vitre. Tu lui adresses un doigt.

Elle le mérite.
Sale conne.
Mais bon.

Tu lui aurais fais pareil.

feat Meredith - la collègue de l'extrême.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Aoû - 13:17
Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid
Tu riais, ça t’amusais énormément. Une fois n’est pas coutume, tu avais le dessus sur Ethan donc comment ne pas être contente ? Mais ça dérape, tu es allée trop loin dans le jeu cette fois.
Ça avait commencé à déraper quand il t’as saisi par le col, dans l’intention certaine de t’en coller une. Echanges de regards noirs et ça c’était finalement calmé. Ensuite toi même tu as commencé à t’agacer, même si tu n’en montrais rien. « Être utile », fallait qu’il veille à ne pas te prendre pour sa boniche. Ce n’était certainement pas à toi de régler ses histoires de cœur ou de cul, qu’importe.

Puis la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Tu lui voles son portable.

Lui s’énerve franchement, te menaçant de te tuer (paroles que tu ne prends pas au sérieux) et sort finalement dehors fumer pour se calmer.
Toi tu perds toutes traces d’amusement. C’est de Drake dont il parlait depuis le début, tu en étais sûr même s’il ne l’avait pas confirmé. Il n’y a pas cent milles personne qu’Ethan appelait Red Head.
Tu restes assise là sans réagir au début, attendant la colère. Tu devais t’énerver, tu le savais, ton côté protecteur devait te pousser à casser la gueule de l’idiot qui fumait dehors. Mais rien… juste contrariée…

Ta langue émet un claquement agacé. T’en profites pour faire disparaître ce que t’avais entre les dents (connard, il aurait pu te le dire plus tôt !), payes les consommations et sors du bar en lançant un regard noir à la serveuse qui te lorgnait, indignée.
Puis tu rejoins ton collègue. Tu te postes à côté de lui, à une certaine distance de sécurité tout de même (il semble plus calme mais sait on jamais) et t’allumes également une clope. « Tu me dois trois whisky… » tu voulais dire ça sur un ton détaché, mais il est en réalité très froid. Finalement ton animosité envers le brun est bien présente. Mais tu ne t’en formalises pas, expires un volute de fumée et continues sur ta lancée, fixant le profil du métis :

« Et t’es très con de penser que je ne peux pas t’être utile, parce que, contrairement à toi, je peux encore parler à Drake… mais je sais pas si je dois le faire… »
Evidemment que tu vas le faire. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu as la conviction que tu vas le faire. Et tu te trouves complètement conne, parce qu’Ethan ne mérites pas Drake, et toi tu as cette horribles impression de trahir un ami, et de faire le contraire de ce que tu pensais plus tôt. « Et y’a de fortes chances qu’il ne m’écoute pas… » ça, tu le dis plus pour toi que pour lui.
Ton portable passe de ta poche à ta main, tu fixes l’écran verrouillé, puis Ethan, attendant un feu vert…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Aoû - 13:21

Tell me what's wrongand I'll tell you that you're fuckin stupid

Elle sort.
Se contient.
Tu peux le lire dans ses yeux.

Comme dans les tiens. C'est électrique, comme ça l'est toujours. Tu peux le dire à sa manière de parler. Cette pique ratée. Elle est énervée. Comme tu l'es aussi. Ca semble être le sujet sensible. « Si t'arrêtes de fouiller dans ma vie comme une fouine, ouai. » tu voulais ça sur un ton détaché. Raté. C'est une corde sensible. Aussi. Ta vie privée. C'est privé justement. Tu as horreur qu'elle s'infiltre. Tu as horreur qu'on s'infiltre. Qu'on creuse, fouille, découvre. Tu as pour principe de ne pas s'infiltrer dans celle des autres. Alors qu'on respecte la tienne. Même si elle, elle est loin d'être respectable. Ta vie. Bien morne. Et le seul petit rayon de chaleur, tu l'as même fait fuir. La blonde souffle, chante. Elle essaye de t'appâter, tu le sais. Elle essaie de te garder dans sa poche. D'attacher ton intérêt envers ce rouquin à sa petite personne. C'est ça que tu détestes. Qu'on te prenne pour un con. Une pucelle idiote. Tu écrases ta cigarette, avant d'en allumer une nouvelle. Elle a toujours ce vieux goût de menthe. Arthur est un idiot.

« Tu peux pas m'avoir comme ça. J'suis pas du genre à avoir besoin d'quelqu'un pour mes affaires. Encore moins face à du chantage. » Tu souffles de la fumée vers le ciel. Elle te semble presque verdâtre. « Fais c'que tu veux. » Tu vois qu'elle attend un truc. Ton accord ? Foutaise, elle te fait clairement comprendre qu'elle n'aime pas te savoir intéressé par lui. Elle sait qu'elle ne doit pas le faire, alors pourquoi elle le fait. Pour t'aider ? T'y crois à peine. La blonde n'aide pas. La blonde n'aime pas. Toi. Elle ne t'aime pas. Pas quand il s'agit de ça. Après tout, tu n'es que son collègue. Tu n'es pas ami avec elle. Elle est comme toi, et pourtant, tu ne voudrais jamais la voir davantage. C'est une collègue. Tu ne veux pas t'immiscer dans sa vie. Tu ne la veux pas dans la tienne. Vous êtes chien et chat. Au boulot. La vraie vie, vous n'êtes rien. Alors pourquoi elle propose de t'aider. Pourquoi elle propose de calmer Drake. Tu n'en sais rien. « Pourquoi tu fais ça. T'as pas l'air partante. J'veux pas d'ta pitié. » Ca serait le pire. Qu'elle le fasse parce qu'elle voit que ça te touche. Une pauvre compassion mal placée. Ironique. Malsain. Tu craches sur la pitié, tu n'en as pas besoin.

« Fais c'que tu veux. » Tu répètes. D'un geste de la main. « J'me débrouillerais seul si tu l'fais pas. » Si elle ne lui envoie pas un message. Tu ne lui as rien demandé. Tu voulais juste une oreille attentive. Un conseil. Et voilà qu'elle te proposait de jouer l'entremetteuse. Entre un ami, et un collègue lointain. A quoi pense-t-elle ? Est-elle rusée ? Ou désespérément stupide ? A quel moment favorise-tu ton collègue pour ton ami ? Et pourtant, tu as désespérément envie de l'utiliser, la blonde. Meredith connait bien Drake, Meredith connaît le rouquin. Meredith pourrait le calmer. L'amadouer. Le chien sauvage. Ca sonne doux à tes tympans. Comme une berceuse. « OK fais-le. » Tu cèdes si vite. Tu cèdes car le roux t'attire. Comme une petite lumière rougeâtre. Toi le papillon stupide, tu n'as pas peur de te brûler les ailes. Ou plutôt, tu sembles pas en avoir conscience. Tu pourrais te brûler tout entier pour ressentir ne serait-ce qu'un instant cette chaleur qui t'est inconnue.

Peut-être que tu feras plus que brûler.
Peut-être qu'à défaut de le briser.
C'est lui qui te brisera.

Et alors, tout sera bouclé.

feat Meredith - la collègue de l'extrême.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Aoû - 14:34
Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid
La méfiance. Ça ne te surprend pas, c’est même légitime. Mais pour le coup, tu n’as strictement aucunes arrières pensées. Toi-même ça te surprend. Tu réfléchiras au pourquoi du comment plus tard.

« Réfléchis deux secondes, même si je sais que c’est dur pour toi, en quoi c’est du chantage ? J’ai rien à y gagner dans votre histoire. C’est juste de l’aide, ça te surprend, mais je peux être sympa… »

Sympa mais pas trop, tu ne peux t’empêcher de lancer une pique, ça gâche un peu ta tentative de le rassurer, mais ça fonctionnait comme ça entre vous. Tu ne pouvais pas changer des habitudes bien ancrées.

Ethan a beau faire le grand méfiant, qui ne veut pas de ton aide, il t’autorise quand même à envoyer ce foutu sms, en donnant l’air de ne pas y toucher, que ça ne l’atteint pas, mais ça ne prend pas avec toi. Tu l’as bien vu et entendu, il est désespéré, donc de l’aide, qu’elle vienne de toi ou pas, il en a besoin.
Tu déverrouilles ton téléphone et commences à fouiller dans tes contacts pendant que le brun continu à ruminer sa méfiance : « Tss, c’est pas de la pitié, ou peut être que si, j’en sais rien. Et non je ne suis pas partante, mais je le fais quand même donc ferme la et profites… »

En réalité, tu commences à comprendre pourquoi tu fais ça. Dans le passé, il y a une personne que tu n’as pas su aider, et ça c’est très mal terminé. Même si vous ne vous entendiez pas énormément, Ethan restait un de tes proches, donc ça te ferai chier que ça se termine mal avec lui aussi. Mais ça il ne le sait pas et ne le saura jamais.

Tu finis par trouver le contact que tu cherchais. Va falloir être subtile. Amener Drake à se confier comme Ethan l’avait fait. Sans qu’il ne se braque, et ça ce n’était pas vraiment chose aisée avec le rouquin. Même si c’était toi qui lui parlais.
Tu tapes rapidement un message et une fois fait tu ranges ton portable à sa place initiale, à savoir la poche intérieur de ta veste. « Je te tiendrai au courant…. »
Tu termines ta clope avant de lui faire face, ton regard et ta voix se font plus froids encore, et ton ton devient menaçant, juste le temps de proférer cette avertissement : «Mais je te préviens Fitzgerald, si plus tard j'apprends que tu lui as fait du mal de quelque manière que ce soit, je te promets que je te ferai regretter d'être né...» puis tu retournes vers la voiture comme si de rien était.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Aoû - 14:17

Tell me what's wrongand I'll tell you that you're fuckin stupid

C'est ainsi.
La méfiance.
Elle fait partie de toi.

Tu ne sais agir que par ça. Tu ne connais pas la confiance. Tu ne connais pas ce sentiment. C'est impossible pour toi de saisir le fait que des gens puissent agir par simple gentillesse. Les gens n'agissent que par cupidité, avidité, envie. Tout comme toi. La gentillesse, c'est des foutaises. Personne ne rend service sans avoir quelque chose en retour. C'est ainsi. C'est comme ça que l'humanité fonctionne. « T'es une femme fourbe. Qui sait c'que tu caches ? » Tu dis ça dans un rictus, comme une blague. Mais au fond, tu le penses réellement. Que peut-elle gagner à te réconcilier avec le rouquin ? Est-ce simplement cette gentillesse qui parle ? Impossible. Foutaises. Mensonges. Mais tu ne dis rien. Tu t'agites seulement. Malaxes un peu trop ta cigarette. L'odeur de menthe colle à tes doigts. « Qui es-tu et qu'à tu fais de Meredith Ohara ? » Tu ricanes, portes ta clope à tes lèvres. « Est-ce qu'ils ont prévu une fin du monde à la météo c'matin ? » Tu souffles la fumée blanchâtre. Au fond, tu la remercies quand même de faire ça. D'envoyer ce sms. Même si ce mot si dur ne sortira jamais de tes lèvres. Alors tu la remercies à ta manière, sous couvert de plaisanteries. Taquineries. Moqueries. Tant d'artifices pour cacher ta faiblesse à cet instant, cette sensation d'être un véritable assisté.

Et les doigts courent sur le clavier, attirent ton attention. Tu les regardes avancer comme si ton destin se jouait dans cette si petite surface. Une partie de toi est déconnectée. Il n'est pas nécessaire de s'impliquer dans tout ça. Ce n'est qu'un homme. Il y a tant d'autres gens dans cette ville, cette terre. Depuis quand lui portes-tu cette attention désagréable ? Tu aimerais qu'elle ait raison. Que ce soit ta seule vraie pensée. Mais il y a l'autre voix. Il est si particulier, imprévisible dans sa manière d'être, si différent de ces moutons qui s'agitent dans le vide dans l'espoir d'une vie moins merdique que celles des autres. Il semble si... vivant. Contrairement à toi. Contrairement aux autres. La fameuse petite flamme. Tu as juste envie de la protéger cette petite flamme, au creux de ta main, qu'elle ne s'éteigne pas à cause du vent ou de la pluie. Quitte à te blesser. Il semble être cher pour toi. Tu ne sais pas. Tout est flou. Mais tu sais une chose, si quelqu'un le touche, lui fais du mal, tu seras la pour le détruire. Car tu seras le seul. Le seul à le tenir brisé entre tes mains. Le seul qui l'écrasera entre tes doigts quand le temps sera venu. Et ni Meredith, ni un autre ne pourra se mettre en travers de cette idée.

Alors tu souris à la jeune blonde. Un sourire hypocrite. « Avec tant de menaces, j'ai du souci à me faire. Ne t'en fais pas, je ne compte absolument pas lui faire de mal. » Tu lui emboîtes le pas, vers la voiture. Écrasant ta cigarette dans un pas rapide, puissant. Tripotant ton flingue dans ta veste. « Après tout, je ne suis pas un monstre. »

Ce soir, c'est bordel.

feat Meredith - la collègue de l'extrême.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Tell me what's wrong & I'll tell you that you're fuckin stupid ~ [Meredith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: janha district-
Sauter vers: