Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER ANTIS
dabberblimp"



 

 :: Cosmopolis :: district 12 :: maison close Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

It's not for the lord that I get on my knees ft. Hyacinth

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Aoû - 3:45
That's weird but I like weird
Hyacinth
Le néon rouge à l'extérieur clignotait de façon irrégulière, probablement en fin de vie, mais personne ne semblait s'en préoccuper. Les gens n'entraient pas ici par hasard, ils savaient pourquoi ils venaient, et ce qu'il cherchait. Les lumières à l'extérieur, c'était bien plus pour l'aesthetic qu'autre chose. 

Il rit pour aucune raison. Ce devait être le joint qu'il tenait entre les doigts qui commençait à faire effet. Niels, qu'il accompagnait, rigolait plus fort encore. Mais il fallait dire aussi qu'il était particulièrement excité par la perspective de la nuit. 

Pour Jamie venir ici n'avait rien d'extraordinaire. Pas qu'il venait souvent aux putes, il n'avait pas besoin de payer pour obtenir des faveurs, et puis avec son orientation, il ne pouvait pas voir n'importe qui de toute façon... Mais c'était un endroit facile d'accès pour s'entretenir avec des clients.

Et par clients, non, Jamie ne se prostitue toujours pas, on parle bien là d'acheteurs d'organes. 
Il ne leur donne pas la marchandise ici même, il ne vient là que pour discuter. C'est pour ça qu'il ne vient pas seul, ce serait trop suspect. 

Alors que Niels est présenté à différentes filles, il va directement voir Jenny. Une petite blonde, les cheveux aux carrés, toujours en talons aiguilles et jupe crayon. Elle gère les allées et venue de marchandise dans le coin. Officiellement, c'est juste par rapport à ce qu'il y a dans le bar, officieusement, c'est elle qui rencontre les dealers... Et Jamie.

Il aime bien Jenny, avec son caractère fort et son sourire blanc. Elle est drôle mais professionnelle, c'est vraiment requis dans un job comme le siens, mais il a beaucoup d'admiration pour elle. Et puis surtout, il peut lui faire confiance. 

Ils vont à l'abris des regards pour discuter. Ils y restent un moment. Ils ont presque fini quand le patron vient les interrompre. 

Lui, Jamie ne l'aime pas. Il est grassouillet, et c'est un pervers. En plus il n'est pas drôle. En bref, vraiment pas le genre de Jamie. Surtout parce qu'il est moche en fait.

Le problème c'est que le patron à des vues sur Jamie. Et que Jamie doit rester poli avec le patron. Gé-nial. Toujours un plaisir. 

Tu ferais un malheur ici, qu'il lui dit. 

Le jeune Erog en vient à regretter d'avoir mit un shorts court et moulant. Il voulait le porter pour être dans l'ambiance, mais maintenant il se rend compte qu'il ne fait qu'attirer le regard vicelard du vieux schnock. 

Je sais. Je suis pas intéressé.

Et là dessus, Jamie quitte la pièce. Il repart dans la salle principale, non sans lever un majeur en direction du patron.

Le mec lui a totalement gâché son mood. Il a besoin de se détendre. Il prendra n'importe quoi, n'importe qui.

Alors Jamie va se perdre dans la foule, prêt à accepter les propositions les plus indécentes pour se remettre les idées en place.
summer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Aoû - 6:02
◥◤ hyacinth, malgré sa blancheur albâtre, n'a jamais eu la pudeur des angelots : il déambule bien volontiers dans ces bordels grouillants de vie.
ses yeux tapissent sans honte, déshabillent chirurgicalement les silhouettes pour feindre l'intérêt des a(i)mants en manque. il n'y'a toutefois aucune tendresse dans cet entrain.

il lui suffit d'une oeillade vers son portable pour se rappeler de chaque critère demandé par apex - une métissée lyme rose, une trentaine d'années, vivante, sans plaies récentes et des activités sexuelles régulières.
mais il n'avait pas eu besoin de plus d'une trentaine de minutes pour trouver une cible languissante (et sûrement agonisante demain) ! il lui avait suffi de lui promettre un peu d'argent (il fait si propre) et une rencontre pour le lendemain.
c'en était presque trop simple comme procédé.

alors ce roi-neige s'ennuie bien dans ce trône de velours. cette belle-de-nuit attend un être aimé et continue son manège inlassable de disséquer d'un entrechoc entre deux iris - et souvent cet enfant-caprice relâche la liaison en quelques secondes car il ne reconnaît pas sa poupée d'autrefois.

comment peut-il espérer retrouver un peu de son poupon dans cette entraille trépignante ? un peu de son aimée dans les êtres sans charmes et démesurés par la luxure ?

il trouve, conditionné, qu'il n'y'a rien de divin dans cet abandon à bacchus.

mais dans sa folie ce soldat de plomb décide de rester, immuable. et puis il y'a toi aussi, dans ta jeunesse exaltante (tu as son âge) qui lui rappelle à quel point le temps est bon : il ne doit pas l'oublier.
il se lève mécanique quand tu avances, pour t'intercepter et peut-être te faire danser. mais à cet instant il n'est pas question d'une valse mais de savoir si tu l'acceptes volontiers.

inquisiteur dans sa grandeur, il pose une main délicate mais ferme sur ton épaule - son amour n'est plus effréné ni sauvage. il est grandi.

il sourit là dans les recoins de son minois de lin.

tu cherches quelque chose ? je t'ai vu rentrer tout à l'heure, tu n'as pas trouvé ce que tu voulais ?

le ton est courtois car hyacinth est un homme bon après tout, dans son indécence faite de blanc.
il est bien aimable avec ces gens qui ont la même ombre que celle qu'il a chéri, il trouve la substitution bien satisfaisante maintenant qu'il n'a plus rien.

-- ce fut comme un séisme qui rase tout ah oui du grand banditisme tout a tremblé chez nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Aoû - 16:08
That's weird but I like weird
Hyacinth
Dans la foule, c'est difficile de distinguer des gens intéressants. Il ne retrouve même pas Niels. Qui doit être dans une chambre avec une pute. Il y en a quelques uns qui sortent du lot, mais ils sont encore trop laids.

La vérité : il y a rarement de belles personnes dans une maison close, ou alors il faut les payer. Et Jamie a d'autre chose à faire que de dépenser son argent là dedans. Il doit en garder pour Fly, qui va encore se plaindre qu'il n'a pas assez ou acheter cette super veste qu'il a vu dans une vitrine et qu'il lui faut absolument.

Il est prêt à sortir son téléphone. Appeler Ludlow ou Ethan. Plutôt Ethan, d'ailleurs.

Sauf que c'est le moment que choisit un inconnu pour venir lui faire causette. En lui touchant l'épaule. Ce n'est oas inhabituel qu'il se fasse toucher. Mais dans sa tenue actuelle, c'est plutôt le cul. Ca ne le dérange pas. Sauf quand c'est des gens moches, dans ce cas là ils leur broient la main. Pas trop méchamment pour pas s'attirer d'ennuis et se faire trop remarquer. Juste assez pour les éloigner.

Sauf que là. Le type est beau? Genre grave beau. Tout blanc. Un bijou d'innocence. Plus grand que lui. Bien que la taille ne pose pas de problème à Jamie en règle générale. Après tout il sait très bien s’adapter.

Il sourit, se met sur la pointe des pieds, et susurre à l'oreille du nouveau venu.

"Je viens de trouver exactement ce que je cherchais..."

Subtilement, Jamie respire l'odeur de l'homme face à lui : il sent bon. Une bonne odeur de Lyme, soit les plus délectables aliens de la ville. Il le mangerait tout cru s'il le pouvait, mais pas sans faire quelques recherches sur lui auparavant. Pour le moment, il ne devait pas se mouiller, et puis il avait d'autres envies pour la soirée.

Une autre façon de se délecter d'autrui.

Il caresse le visage de l'homme du bout du doigt, et le regarde dans les yeux. Il a son petit sourire en coin. Le sourire racoleur. Celui qui dit qu'il ne va finir la nuit seul...

"Je n'ai rien contre les voyeurs mais... On va dans un endroit plus discret ?"


summer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Sep - 17:54
◥◤ ce fut bien plus facile qu'il ne l'avait imaginé - après tout les habitants nocturnes de ce lieu venait rarement pour autre chose. ce grand enfant est fébrile à ton toucher charmeur, il se demande comment font les apollon de ta veine pour ne jamais trembler.

hyacinth n'est pas une aubaine mais il peut bien croire qu'il est la bienvenue dans tes bras pour un soir, pour quelques instants à deux sans que personne d'autres se soucient de vous. il veut bien être ton partenaire de l'égotrip des bien-baisés, là où il n'y'a plus de limites et que la barrière de la lippe disparaît.

il approuve d'un hochement de crâne et vient déposer une main délicate dans le creux de ton dos pour te guider avec lui. les règles sont simples : si la porte est ouverte, la chambre est vide.

hyacinth prend les devants pour te guider en ouvrant en grand une porte, il est toujours d'une mièvrerie mécanique quand il s'agit d'agir.
il constate les draps défaits d'ébats sûrement précédents, froissés et des fauteuils au velours un peu cheap.

je peux t'appeler comment ? moi c'est hyacinth.

simples formalités ; la seule chose sur lequel sont rivés ses yeux quand il referme la porte derrière vous est tes lèvres.
-- ce fut comme un séisme qui rase tout ah oui du grand banditisme tout a tremblé chez nous



un été sans fin se cachait dans ses mains et là sur ma peau il faisait beau
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
It's not for the lord that I get on my knees ft. Hyacinth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: district 12 :: maison close-
Sauter vers: