Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER ANTIS
dabberblimp"



 

 :: Cosmopolis :: district 12 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

knock-on effect •• Arsène, Jaemin & Leif

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Sep - 23:00

Knock-on effect.

c'est si gay jpp

Ah. Tu avais oublié qu'il était blessé. Quel professionnalisme, franchement, laisser un civil se vider de son sang sous tes yeux. Il faut dire que le civil en question n'avait pas l'air de s'en préoccuper lorsqu'il s'agissait de faire les poches de ton partenaire pour lui dérober son téléphone – une prouesse que tu ne vas certainement pas lui reprocher.

L'exaspération que suscite chez toi la dernière réplique de Leif est vite remplacée par la satisfaction de le voir se fondre dans l'obscurité. Tu irais presque jusqu'à espérer qu'il fasse une mauvaise rencontre et disparaisse à jamais, mais tu as encore besoin de lui pour nettoyer la rue ; et puis c'est mal de souhaiter la mort de tes collègues, Jaemin. Même lorsque leur but dans la vie semble être de pourrir la tienne.

Tu tournes à nouveau ton attention vers Robin, ou plutôt vers la coupure de son bras gauche. Rien d'alarmant, et heureusement, car tes connaissances en matière de premiers secours sont des plus basiques.

— Enlève ta veste, roule-la en boule et sers t'en pour appuyer sur la plaie. Ça devrait arrêter le saignement.

Ce sera bien suffisant le temps que ton idiot de collègue revienne. Ce qui te laisse le temps de poser quelques questions à ton interlocuteur, non pour remplir ton rapport (tu attendras d'être au QG pour ça) mais plutôt par… curiosité personnelle, disons.

Tu le laisses se débrouiller avec sa blessure – s'il ne suit pas tes conseils, tant pis pour lui – et tu lèves la tête pour le regarder dans les yeux, non sans remarquer à nouveau les nombreux centimètres qui vous séparent. Bon sang, c'est un géant ce type.

— Où est-ce que t'as appris à te battre comme ça ?

Par 'comme ça', tu entends 'aussi bien'. Tout le monde n'est pas capable de tenir tête à plusieurs erogs à mains nues, encore moins quand ceux-ci sont armés. L'armée, peut-être ? Ce n'est pas l'impression qu'il te donne. Il a plus l'allure d'un motard que d'un militaire, mais ce n'est pas une raison suffisante pour écarter l'hypothèse. En fait, la seule chose que tu peux conclure avec certitude en l'observant de plus près, c'est qu'il est loin d'être désagréable à regarder. Ce qui ne t'aide pas du tout – ce serait même plutôt le contraire, à vrai dire.

Une fois n'est pas coutume, ce soir, tu commences à regretter de ne pas être rentré chez toi au lieu de faire des heures supp'.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arsène R. Walker
BOSS DE BOOM - ACE
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Sep - 19:07

It's okay
To be gay

it's cold tonight isn't it?

Un certain soulagement mêlé de satisfaction (et avec une touche de fatigue) se fait sentir lorsque la tête blonde disparaît dans les rues du 12. Affaire classée… Probablement. Il ne relève pas de suite la dernière remarque de Calamar, mais c'était une bonne idée. Voyons ce que l'agent Minmin a à lui proposer de mieux - quelque chose d'utile, on espère.

"…" Plissement d'yeux, léger froncement de sourcils après les quelques paroles du brun. "Pas de bisou magique ? Je suis déçu." Et ça sonne comme un "Merci, tu ne m'apprends rien." Rien qu'il n'aurait pas déjà fait s'il n'avait pas envie d'au moins essayer de sauver ce qui reste de sa veste - du cuir, ça coûte un bras mais c'est vraiment beau. Moins quand c'est déchiré et plein de sang sur un bras, mais Arsène essaie de se persuader que c'est récupérable.

Donc non, il ne se servira pas de sa veste comme compresse. L'agent Minmin ne semble pas coopératif pour lui prêter la sienne, malgré l'insistance avec laquelle il le regarde. On admet qu'il ressemble à un morceau de viande avec le sang qui dégouline, mais tout de même. Soupir. Une seule solution.

Tout naturellement, il commence par ôter sa belle veste. Lentement, il agrippe le bas de son T-shirt - blanc, un motif sur le haut, rien de bien original. Méthodiquement, ses mains de bricoleur le soulèvent et en débarrassent son torse à présent nu. Vraiment, c'est une moins grosse perte que celle de la veste. Évidemment, l'air frais de la nuit vient caresser ses abdos taillés par la baston et les opérations clandestines tandis que le T-shirt se retrouve plié et appuyé avec force sur la plaie. Finalement, le blanc se fait aussi rouge que ses cheveux et sa veste se retrouve pendue à une de ses épaules. Ça fera l'affaire.

Son petit manège terminé, il baisse les yeux pour observer la réaction de l'agent dont il ne perdrait pas une miette. Un léger sourire ne quitte plus le coin de son visage alors qu'il répond calmement à la question posée quelques instants avant. "Ici. Dans le 12, si tu sais pas te battre, tu crèves. Ça aurait pu être mon cas ce soir. C'est comme ça." On a envie d'en savoir plus sur moi, peut-être ? Arsène ne compte pourtant pas donner plus de précisions. Ce serait fâcheux. Et ce ne serait pas amusant.

On ne va pas s'arrêter sur une telle lancée de divertissement, n'est-ce pas ?
@Jaemin Lee @Leif Callaghan
qu'est-ce que j'ai fait


hrp (pour toi public):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Sep - 19:51

Knock-on effect.

aled je sais pas ce que j'ai écrit

Tu laisses filer la remarque sur le bisou magique. La lassitude est plus forte que l'irritation, et ton sens de la répartie n'est pas au top de sa forme ce soir. Le fait que tu ne te sois pas reposé depuis plus d'une vingtaine d'heures y est peut-être pour quelque chose.

D'ailleurs, la fatigue doit te jouer des tours, parce que tu jurerais que le rouquin, au lieu d'utiliser sa veste comme tu lui as conseillé, vient d'enlever son t-shirt. Il y a un moment de flottement, pendant lequel tu n'es certainement pas en train de le fixer. Bon, d'accord, c'est exactement ce que tu fais, mais il ne te faut que quelques instants pour te ressaisir et t'arracher à la contemplation de sa musculature finement dessinée – beaucoup trop finement pour que tu sois en train de rêver éveillé. En d'autres circonstances, tu ne te serais pas gêné pour profiter de la vue. Sauf que là, tu bosses. Il n'y a peut-être que vous dans cette ruelle, et rien à faire en attendant que ton partenaire revienne, mais ce n'est pas une raison pour relâcher ton attention. On ne sait jamais ce qui pourrait arriver ; surtout dans le district 12, comme vient de le souligner fort inutilement ton interlocuteur tout en esquivant ta question par la même occasion.

Tu ignores le mal de crâne qui pointe le bout de son nez et repousse une envie soudaine de t'asseoir, (ou mieux, de t'allonger) et de fermer les yeux. À la place, tu de détournes le regard pour le poser une fois de plus sur les corps qui jonchent le sol aux alentours, dont les deux que Robin a descendu. Tu doutes fortement que n'importe qui dans le quartier puisse en faire autant, mais le faire remarquer serait certainement inutile ; il est clair qu'il n'a pas envie de te répondre.

Tu ne peux t'empêcher de laisser filer un léger soupir avant de parler à nouveau.

— Peut-être. Mais ça vaut pas seulement pour le 12.

Tu n'avais pas exactement prévu de dire ça. Ça t'a échappé, comme le souffle fatigué qui a quitté tes lèvres juste avant.

Oh, well. Tant pis. C'est pas comme si tu venais de lui raconter l'histoire de ta vie. Malgré tout, c'est la phrase la plus sincère et spontanée que tu aies prononcée depuis le début de la soirée, voire même avant. Tu n'es pas tout à fait à l'aise, tout à coup. Il faut vraiment que je dorme, putain. Mais c'est impossible pour l'instant. Alors tu te contentes de réitérer le même geste qu'un peu plus tôt, sortant de ta poche une nouvelle clope – c'est bien la seule chose qui puisse arranger cette soirée pourrie.

— Passe-moi ton briquet, exiges-tu plus que tu ne demandes.

Tu doutes qu'il te refasse le même coup que tout à l'heure, mais on ne sait jamais. Quant à la politesse, le peu que tu conservais a disparu en même temps que ta dignité, quelque part entre l'arrivée et le départ de Leif.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arsène R. Walker
BOSS DE BOOM - ACE
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Oct - 0:32

It's okay
To be gay

je sais plus quoi écrire ici

Oh. C'est qu'il en viendrait presque à rire, Arsène. Allez savoir pourquoi il s'amuse autant du simple effet qu'il fait à un autre homme, à cet agent Minmin qu'il ne recroisera probablement jamais - et avec qui il n'a pas l'intention de conclure. Sa raison lui crie de rentrer essayer de trouver un sommeil qui ne viendra pas ; sa témérité lui intime de rester rire encore un peu de ce petit brun qui le fixe comme un mirage.

Ça ne vaut pas seulement pour le 12, mais on ne va pas me dire qu'un gosse de riches de Dortamm doit apprendre à se battre pour se faire une place. Pas besoin de rétorquer, son but n'était que d'éviter d'une pirouette une question trop personnelle. Ça en fait combien, d'ailleurs ? Il est si intéressant que ça, le terroriste ? Mince, alors.

Ah, mais le malaise est palpable. Il s'en délecte, sortant ledit objet de sa poche en raillant : "Quoi, ça ne t'a pas plu, tout à l'heure ?" Une pique pour cacher la douleur du bras rougi, ça devient lourd ces conneries. Surtout quand la blessure commence à refroidir, l'air glacial de la nuit s'insinuant dans son bras par cette ouverture à peine couverte.

Un soupir, il commence à en avoir marre de tout ce bordel. Ça aurait presque été plus simple que ces enfoirés me bouffent. "Et si j'ai pas envie ?" Clairement, il a pas vraiment apprécié le ton avec lequel l'autre lui a parlé. Le briquet vole entre ses doigts, lancé et relancé légèrement, nonchalamment. "Viens donc le chercher, si tu le veux à ce point."

Nouveau sourire sur ses lèvres fatiguées. La nuit s'annonce longue.
@Jaemin Lee @Leif Callaghan
ça devient n'imp ptn
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
knock-on effect •• Arsène, Jaemin & Leif
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: district 12-
Sauter vers: