ANNÉE 1983, DAVID, DERRICK ET DUSTIN, PASSIONNÉS PAR LA SCIENCE-FICTION ET LA POP CULTURE, DÉCIDENT D'ENVOYER UN MESSAGE DANS L'ESPACE GRÂCE À UN ORDINATEUR SOPHISTIQUÉ DEPUIS LEUR PETIT GARAGE À COSMOPOLIS, DANS LE CONNECTICUT. PUIS C'EST PARTI EN COUILLE.PLUS DE TRENTE ANS APRÈS, GRÂCE AUX EXPLOITS INFORMATIQUES DES "3D" (POUR "THREE DICKS"), LES ALIENS FOULENT ENFIN LE SOL TERRESTRE ! MAIS À QUEL PRIX ? C'ÉTAIT À L'ÉPOQUE UNE SIMPLE PASSION. NI FEMME, NI EMPLOI, DAVID, DERRICK ET DUSTIN ONT PASSÉ LE PLUS CLAIR DE LEUR TEMPS (ET LEUR VIE) À ÉTUDIER L'ESPACE ET LA POSSIBILITÉ DE LA VIE AILLEURS QUE SUR NOTRE BELLE PLANÈTE. SANS DIPLÔMES OU CERTIFICATS, ILS SE CONTENTENT DE CONCEVOIR DES ORDINATEURS ET AUTRES SOFTWARES CHEZ EUX DANS LE SEUL INTÉRÊT D'ENVOYER UN MESSAGE AU-DELÀ DE LA SURFACE TERRESTRE. ILS L'ONT APPELÉ CODE COSMO EN HOMMAGE À LEUR VILLE CHÉRIE (C'EST FAUX, ILS N'ONT JUSTE AUCUNE IMAGINATION), COSMOPOLIS.
EN COURS D'AFFICHAGE (WADE ET LE CODE SE BATTENT)

Les visiter en attendant : CLICK !
dabberblimp"




 

Partagez

(tw) ma voix devra crier mon deuil -- drake & hyacinth

*
Styx
Crédits : 0

Mar 28 Aoû - 16:30
on voyait la nuit venir et flétrir le demi-jour, enrayer la vie d'une ombre sentencieuse où rien ne fleurit
c'était l'écho des vêpres qui teintait le soir d'un sombre carnage.
oh styx se sentait si dramatique ! couronnée des astres elle frémissait déjà à l'idée de mettre fin à une valse qui avait bien trop duré (elle n'aimait pas jouer avec la nourriture : les humains ne comprenaient rien à la tragédie).

j'ai tant attendu ce moment !
hyacinth à ses côtés devait entendre battre son coeur. comme il était charmant à la lumière de la lune ! un enfant d'hécate aux éclats d'argent, styx voudrait tant le voir baigné de rouge ; carmin comme leur crime. ce serait une scène grandiose déroulée à la lueur ténue de la ville, un actéon pitoyable aux lèvres closes de supplications sous les néons électriques :
voilà la beauté des hécatombes.

sa proie est là à la merci de la nuit, baigné de cette aura élégiaque de ceux qui ignorent la mort. drake trouverait dans les bras du styx son tombeau, noyé d'une vengeance au goût acre de sang.
elle écrira sur sa peau des symphonies qui résonnent d'os brisés car les proies n'ont pas le droit à sa miséricorde. les jambes brisées, il cessera de courir entre ses doigts apathiques pour enfin se livrer aux crocs du chasseur.

le voilà, es-tu prêt ?

elle sort de la voiture mais le moteur tourne encore.
Voir le profil de l'utilisateur
*
Hyacinth
Crédits : 0

Mer 29 Aoû - 3:47
nous n'avons rien à faire rien que d'être heureux
tapis dans cette voiture à l'odeur neutre, les voilà chasseurs épiant leur biche effarouchée - ils n'attendent qu'elle pour commencer la fête.
pourtant styx était déjà vêtue de sa plus belle robe d'impatience et elle semblait s'être faite belle pour l'occasion.
ou était-ce la soif de vengeance qui la rendait resplendissante ? son sourire faisait naître le sien.

il n'avait jamais vu en elle une beauté à saisir et s'emparer, il aimait juste la contempler dans ses plus beaux accoutrements : de la voracité aux drames cornéliens, tout se sied si bien sur son minois olympien.

je le comprends. c'est bientôt ton heure.

on ne rit pas avec l'honneur de ces dames aux grandes ambitions car on s'y retrouve bientôt à devoir se plier face à elles et leurs vassaux. cela ne dérangeait pas plus que cela le titan de servir une reine.

et les dieux de là-haut font refléter joliment leurs contrastes par la lueur, il n'y'a que les lampadaires pour rendre la lueur ambiante austère : entre eux, grâce au goût du sang, règne une complicité remarquable.
sans arrêter de faire vrombir le moteur bien silencieux (après tout ils s'arment des nouvelles technologies s'ils le peuvent), il sort pour se reposer sur le béton. ses deux pieds ancrés dans la ruelle, il opine vaguement du bout du nez.

oui, je le suis. je fais le guet.

sa voix est basse et il est armé du bâillon et des menottes à sa ceinture : il y'avait un plaisir exquis de ne pas l’assommer, d'enfermer l'insecte paniqué dans un verre aux parois rondes.
ils pourront contempler la détresse dans son regard, à l'arrière et s'il se fait trop rebelle, la madone à ses côtés se fera sûrement un plaisir de le rappeler à l'ordre par ses douces mains aimantes.
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
*
Drake K. Calvelli
Crédits : 0

Mer 29 Aoû - 14:12




On suicide un silence en accouchant d'un cri

ϟϟϟ
« J'habite un désastre sous la colère des Dieux 
Où le monde doit s'éteindre pour qu'on ouvre les yeux 
Et le vin à la bouche, et le coeur sous le pieu 
On fera voeu de renaître de quelques cendres de feu. »


C'est un vent froid. Qui glace le sang. S'accrochant à la peau. Laissant entrevoir les prémisses d'une fin tragique. Laissant flotter l'odeur d'une mort prochaine. D'un chaos nécrosant la chair. Tu n'y prends pas garde, Drake. À cette atmosphère nauséabonde qui chatouille tes narines dilatées. À cette ambiance nivéale qui s'étend. Ici, il n'y a que la misère et la décadence. Les déchets de l'humanité. Insectes rampants qui mendient de l'attention. Violente ou amicale. Tu vois les visages pathétiques fixer tes traits tirés. Fatigués. Éreintés. Des orbes emprises de drogues douces. Tu passes une main désabusée dans cette crinière rouillée. Plaquant la transpiration vers l'arrière. Levant les yeux vers le ciel. Il n'est pas étoilé ce soir. Seulement voilé d'un épais brouillard charbonneux. Et tu te perds à le contempler.

Un peu de vent sur la peau.

Il y a les lumières. Des voitures qui passent sans s'arrêter. Qui illumine la nuit pour disparaître. Ton regard suit, mais fuit. Retournant à sa vie. Déconnecté du monde qui t'entoure, tu erres. L'esprit vide et embrumé, tes pieds te guident. Vers cet appartement misérable, délabré. Cette antre que tu nommes chez toi. Pendant un court instant, en remarquant une grande silhouette au loin, tu penses à lui. À eux. Et tu en saisis ton téléphone. Pour lui envoyer un message. Tu ne sais pas bien pourquoi. Un simple « J'ai fini pour aujourd'hui. Si tu veux qu'on se voie dans la semaine... » comme pour laisser penser que tu voudrais le croiser. C'est le cas. Tu affiches un sourire. Sourire sarcastique aux allures de moqueries. Il se retourne contre toi-même. Contre cette faiblesse qui crève le cœur. Qui obnubile au point de ne pas prendre garde. Aux monstres qui rôdent dans les ruelles sombres. Qui patientent et guettent. Attendant le moment propice pour t'achever. Pour t'étaler sur le sol putride de cette ville. À l'instar de regarder par-dessus ton épaule, tu marches. Fixant l'écran qui illumine ce visage impassible. Presque serein.

Ce soir, tu te sens bien.

L'univers qui borde tes horizons a changé. Il s'est marqué de visages. De souvenirs. De ceux que tu aimerais revoir. De ceux à qui tu dois présenter des excuses. Lentement, ta vision de ton monde se métamorphose.

Oubliant qu'il n'existe jamais de paix.
Il n'y a que des temps morts.
Pour laisser découvrir un nouveau monde.
Qui finalement, n'est qu'une illusion dérisoire.


ft Styx & Hya
It's time to die.
vous êtes la perfection.
lov u.
©️ SIAL ; icon tumblr





DrakeKeo
Voir le profil de l'utilisateur
*
Styx
Crédits : 0

Mer 29 Aoû - 15:00
oh en effet il était l'heure ; il n'était pas minuit mais pour les monstres au coeur bétonné il était toujours le temps du crime. quand le glas résonnait des vengeances mutines styx se hisserait sur des montagnes de corps : à ses pieds étaient tombés bien des ulysses misérables.

bien. s'il essaye de fuir, je lui casserai les jambes.

ça se briserait comme du verre entre ses doigts de plomb. clac ! rien qu'un coup et voilà la mort qui gangrène l'air et teint le goudron d'un bordeaux délavé

mais je sais qu'apex le préférerait en forme.

elle abandonne son gardien à la paix gargantuesque, un beau cerbère qui ce soir ne dessinera pas d'ecchymoses. styx s'avance et la voilà conquérante aux mains qui arracheraient toutes les couronnes
la traque avait trop duré, il était temps que s'effondrent les certitudes sous le clignotement frénétique des lumières de la ville
elle assène le premier coup à lui en crever les tripes ; qu'elle est douce, elle ne sort pas les griffes (elle lui aurait broyé le crâne).
qu'il s'agenouille devant son dieu aux yeux embrasés : elle en serait moins barbare.
Voir le profil de l'utilisateur
*
Drake K. Calvelli
Crédits : 0

Mer 29 Aoû - 18:39




On suicide un silence en accouchant d'un cri

ϟϟϟ

« Ils comprennent rien les soumis, les idiots, les vulgaires 
A la tristesse de l'Eden, aux clartés de l'Enfer 
Il faut goûter son sang car le sang est esprit. »


Le goût du sang. Acre et métallique. Qui repeint les parois de cette cavité buccale si désobligeante. Tu ne faisais rien, Drake. Rien de plus qu'errer comme la minute précédente. Songeant à écrire à Meredith cette fois. Tu avais commencé une phrase qui jamais n'aboutira. Car à présent, tu poses genoux à terre. À moitié vaincu. Crachant un cri dans un silence agonisant. Tu vois les pieds de ton assaillant. Relevant des yeux acides sur lui. Lentement. Découvrant des vêtements plus féminin que tu ne le croyais. Ce n'est pas un de ces déchets qui errent dans le coin. Ceux qui attendent une proie à dépouiller de son humanité. Non, c'est... bien plus grave que cela. Des longs cheveux flamboyants. Des yeux embrasés. Ce n'est pas une rencontre. Ce sont des retrouvailles. Dont le monde se serait bien passé. « Qu'est-ce que.... tu fous là toi ?.... » au fond des orbes claires, on y ressent le dégoût. À son égard. Cette force surhumaine. Elle est de ceux qui ont envahi ce monde. Qui y ont insufflé un poison lent.

Un poison qui coule dans les veines.

Cancer. Insidieux. Vil. Insatiable. Il dévore. Elle te dévore. Petit à petit. Et tu regardes autour de toi. Est-elle venue en solitaire jusqu'ici ? Est-ce qu'elle compte achever cette vie minable qu'est la tienne ? Ici ? Au milieu de rien. Du néant. Du vide. De ce gouffre de solitude qui règne dans ces ruelles sombres et oubliées ? Tu arraches un sourire sarcastique à cette mine qui succombe. Remettant pied à terre. Parce que tu refuses de courber l'échine. Face au démon qui se dresse devant ton regard disgracieux. Impropre. Contestataire. Une main perdue sur la douleur, tu l'observes. Longuement. Évaluant le peu de chances qu'il te reste encore. Pour fuir. Jamais un sans deux. Ce n'est pas ce que la coutume dit, mais elle commence par là. « Tu m'veux quoi encore ?... C'était pas assez que j'te frappe la dernière fois ? T'es tellement pathétique que tu trouves rien d'mieux à bouffer ? » une voix si agaçante. Si violente. Si tranchante. Tu creuses une tombe, Drake. Elle n'a ni fond, ni fin. Elle s'enterre un peu plus à chaque seconde.

Par cette aura arrogante qui s'échappe.

Dans un endroit à l’abri des regards, tu armes un poing. Qui blanchit les jointures de tes mains. Parce qu'un humain emplit de fierté ne sait jamais quand s'arrêter. Quand se rendre. Et tu connais trop bien la douleur pour la craindre. C'est ce que tu crois. Quand tu lui balances tes phalanges.

« De mauvaises herbes insoumises 
lézardent les trottoirs. »
Tu les connais bien
Parce que tu en fais partie.


ft Styx & Hya
It's time to die.
vous êtes la perfection.
lov u.
©️ SIAL ; icon tumblr





DrakeKeo
Voir le profil de l'utilisateur
*
Hyacinth
Crédits : 0

Ven 31 Aoû - 0:01
nous n'avons rien à faire rien que d'être heureux
styx danse si bien.
elle n'hésite pas et son coup est net, déchire et transcende : ah s'il se relève de ça !
il est persuadé qu'elle n'aura pas besoin de plus pour qu'il s'incline, après tout elle a presque deux siècles d'expérience. un humain, aussi preste soit-il ne peut que goûter la poussière face à une drôle de dame comme celles de l'unité. ce sont des êtres cruels mais gracieux en toutes circonstances.

quelle erreur.

parce qu'après ça elle se relève la vermine, et elle parle elle beugle, il fronce un peu des sourires en s'approchant, main aux poches.
à quoi ressemble-t-il, dis, vu du bas ? avec ses grandes jambes, sa hauteur - est-ce qu'il semble toucher le ciel depuis le goudron ?

bruyant.

il a les mains à sa ceinture, prêt à s'armer des outils du silence.
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
*
Styx
Crédits : 0

Lun 3 Sep - 0:20
les cris peignent de rouge la nuit étouffante, il n'y a que hyacinth comme un ange qu'elle ne pourrait souiller
elle lisait dans les yeux de drake le mépris d'un fléau divin qu'il ne pourrait comprendre, déjà plus bas que terre dans le purgatoire auquel il appartenait quand styx était de ces déesses sans merci qui s'abreuvent d'effroi.
elle se retourne vers hyacinth, son complice dans le péché.

plus pour très longtemps.

elle a cette pitié comme un haut-le-coeur quand il se relève, oh jamais elle ne voudrait dévorer les vauriens
ça la rendrait malade.
et s'il refusait de courber l'échine elle lui brisera la colonne vertébrale : dans les royaumes engloutis du soir il n'était pas de place pour les orgueilleux. elle ne se laissera pas toucher une deuxième fois par un humain si impur alors elle casse un genoux,
premier fracas d'os dans le soir brûlant.

c'est comme les chiens, ça aboie fort mais ça ne mord pas. emmenons-le.

c'est qu'on se lasse vite des babioles éreintées.
Voir le profil de l'utilisateur
*
Drake K. Calvelli
Crédits : 0

Lun 3 Sep - 1:39




On suicide un silence en accouchant d'un cri

ϟϟϟ

« Dans une timbale en fer
Une timbale en fer
Un poison tout fade avec l'odeur du fer. »


D'un regard égaré, tu le vois. Ce deuxième visage qui erre dans la ruelle assombrit par les ténèbres. Il attend patiemment que l'épée de Damoclès s'abatte brutalement. Qu'elle fende en deux les résistances qu'il te reste encore. Debout minablement après un coup porté en plein dans l'estomac, tu jauges. La situation critique dans laquelle tu patauges. « Qu'est-ce que vous voulez.... ? » un vague murmure qui se meurt soudainement. Crac. L'impact d'une violence extrême. Il n'a pas su s'échapper. Il n'a pas su affronter la collision. Il s'est brisé si simplement. D'un claquement de doigt.

Il s'est fracassé.

Un cri d'agonie. Qui fend le silence lourd de cette scène. Tu tombes à genoux, Drake. Sur le flanc ensuite. Aux pieds de la reine. Tu la fixes d'un regard noir teinté d'une douleur inouïe. Sans fin. Tu as pris l'habitude. D'encaisser les coups. D'endurer les batailles. Mais perdre un appui, c'est perdre la guerre. Tu sens le souffle se bloquer dans la trachée. Un mal grandissant qui ravage l'échine. Qui fait remonter l'estomac au bord des lèvres. Tu vas vomir. À la place, ce n'est pas la bille qui sort. C'est une plainte gémissante. Tu te mords la lèvre. Jusqu'au sang et le goût de fer se répand. Entre tes lippes scellées à présent.

Ça fait mal.

Tu agonises alors que tu tentes vaguement de garder le cap. De garder les yeux ouverts. À deux mains, tu le tiens. Ce genou qui te manque maintenant. Et tu le sens que tout ton corps tremble.

Une douleur qui galope.
Du pied jusqu'à l'échine.
Qui bloque sans trouver une échappatoire.
Pour se dissiper.


ft Styx & Hya
It's time to die.
vous êtes la perfection.
lov u.
©️ SIAL ; icon tumblr





DrakeKeo
Voir le profil de l'utilisateur
*
Hyacinth
Crédits : 0

Lun 3 Sep - 22:08
nous n'avons rien à faire rien que d'être heureux
qu'est-ce qu'ils veulent ? ah si tu savais, tu en pleurerais.
ils ont l'agilité des araignées, ils entourent leur proie minutieusement avec leurs longues pattes cruelles - toute prête à être dévorée, la bestiole.
il n'est toutefois pas question d'un festin car il faut que ce joli papillon ait ses ailes intactes au moment où la reine au cœur de fer découvrira son offrande.

c'est une bien jolie trouvaille, oui.

il constate cette boule d'humanité, nerveuse et crépitante dans la rue : cela ferait un joli cliché s'ils s'éloignaient un peu, à constater ce ramassis de souffrance dans l'inertie citadine.
il s'arme des menottes dans un cliquetis brûlant d'impatience et vient appuyer d'un pied formel dans ton dos, te demande silencieusement de te faire petit si tu ne veux pas souffrir davantage. toutefois ! toutefois il sent que sous sa semelle il reste de la vie et qu'il doit être immobile pour pouvoir l'attacher.
doucement, avec un peu de tendresse paternelle mais de manière franche, hyacinth vient appuyer sur l'arrière du genou brisé : faites donc taire l'accusé.

une fois que l'humain a imprimé la leçon, il se penche aisément en tirant ses bras en arrière pour attacher les poignets l'un à l'autre.

le voilà définitivement prisonnier.

il reste un instant devant ce morceau de piano joué à quatre mains, aux notes effacées puisque maintenant il n'entend même plus s'il crie ou non - et il va le faire taire.
il s'abaisse à nouveau pour le bâillonner et ne surtout plus l'entendre.

ça ne te dérange pas de le porter ?

il est déjà en train de se retourner vers la voiture pour entrer à la place conducteur : il n'y'a pas besoin d'exiger et de formuler oralement de se presser car c'est une évidence dans votre manière de fonctionner.
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
*
Styx
Crédits : 0

Lun 3 Sep - 22:55
avec hyacinth elle partagerait toutes les valses, tendres ou macabres ils avaient l'habitude de ces danses qui s'en finissaient plus, qui résonnaient au rythme de la ville et au rythme de leurs coups
oh styx n'avait besoin de réfréner ses passions bouillonnantes quand il était là pour réparer les chairs et soigner les maux des misérables.
car apex les voulait immaculés entre ses doigts de métal : elle n'avait que faire de ceux qu'on avait déjà morcelés.

le voilà attaché, pris au piège des prédateurs ; il sera gentil sous la menace du sang qu'elle ferait jaillir.

non, évidemment.

dans ses bras maternels elle l'enserre, si pitoyable : son contact est celui de la mort. sous la nuit qui tournait dans ses yeux il était trop tard pour se débattre, l'heure était celle du deuil d'une ancienne vie à la foi abattue.
dans un brasier morbide ils jetteraient tous les dogmes !

sans violence ni douceur elle dépose drake dans le coffre.

à tout à l'heure.

elle le ferme comme un cercueil.
lorsqu'elle remonte dans la voiture styx a le coeur à l'euphorie, gonflé de la gloire d'une vengeance qui trouvait enfin son apothéose. c'était pourtant seulement le début des liturgies, et elle s'en délectait.
Voir le profil de l'utilisateur
*
Drake K. Calvelli
Crédits : 0

Ven 28 Sep - 15:14




On suicide un silence en accouchant d'un cri

ϟϟϟ

Ouais je me sens honteux.
Embarrassé avec de la rage.
Donc je tâche de sang la pluie sur ta pathétique parade.


Dans une douceur anormale, il vient écraser les restes de dignités. D'un pied trop lourd à l'arrière d'un genou brisé. Tu laisses un cri s'aventurer hors de tes lèvres gercées. Et dans une douleur implacable, tu laisses ton destin t'échapper. Des mains prisonnières, les bourreaux s'activent pour sceller ton futur. Tu perds la voix d'abord. Étouffant les hurlements abîmés. Souillés. Tu perds le droit de décider. Où aller. Où rentrer. Parce que déjà la reine te pose dans ton funeste cercueil.

Il ne reste plus que le néant.

Tu sens la route défiler sous toi. Sans savoir où ils te mènent. Sans savoir dans quelles mains tu vas tomber. Sans savoir ce qu'ils feront de ce corps déjà amochés. Où ton chemin va s'arrêter, Drake ? Dans quelle contrée froide et reculée ? Sur quel amas de goudron, ta vie s'achèvera . C'est de la peur qui enraille le disque rayé. Alors pris de folie, tu donnes un coup de pied dans le fond du coffre. Vain. Et dans une douleur lancinante, tu mords le bâillon. Le goût du fer. Encore. Il se répand si vilement. Est-ce que tu t'es pété une dent à trop mâchouiller comme un enfant ? Sûrement. Tu clignes des yeux. À la lisière du désespoir. C'est une fin si banale. Si cruelle. Si bête.

Tu as brûlé tes ailes.

Et tu sens la machine de fer s'arrêter. En oubliant de mémoriser le chemin pour rentrer. Parce que tu n'as pas espoir d'y arriver. À retourner chez toi. Dans ton antre misérable où t'attends sûrement le grand brun. Tu frappes à nouveau, Drake. D'un coup de pied plus fort. À t'en déchiré un muscle. C'est terminer lorsque la lumière revient. Qu'elle t’éblouie enfin.
La Reine et l'Ombre sont de retour.

Et d'une main dominante.
Elle viendra écraser les moins que rien.
Jusqu'à les exterminer.


ft Styx & Hya
It's time to die.
vous êtes la perfection.
lov u.
©️ SIAL ; icon tumblr





DrakeKeo
Voir le profil de l'utilisateur
*
Contenu sponsorisé

(tw) ma voix devra crier mon deuil -- drake & hyacinth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tric trac en deuil
» [AIDE] HTC allumé sans crier garde puis batterie se déchargeant, le tout à mon insu
» Une voix ténébreuse
» Tabitha King (et Michael McDowell) Calliope, la voix des flammes
» RaoulDuke: Ici pour doubler un jeu vidéo, mais aussi pour prêter sa voix à qui l'entendra avec plaisir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: centre-
Sauter vers: