ANNÉE 1983, DAVID, DERRICK ET DUSTIN, PASSIONNÉS PAR LA SCIENCE-FICTION ET LA POP CULTURE, DÉCIDENT D'ENVOYER UN MESSAGE DANS L'ESPACE GRÂCE À UN ORDINATEUR SOPHISTIQUÉ DEPUIS LEUR PETIT GARAGE À COSMOPOLIS, DANS LE CONNECTICUT. PUIS C'EST PARTI EN COUILLE.PLUS DE TRENTE ANS APRÈS, GRÂCE AUX EXPLOITS INFORMATIQUES DES "3D" (POUR "THREE DICKS"), LES ALIENS FOULENT ENFIN LE SOL TERRESTRE ! MAIS À QUEL PRIX ? C'ÉTAIT À L'ÉPOQUE UNE SIMPLE PASSION. NI FEMME, NI EMPLOI, DAVID, DERRICK ET DUSTIN ONT PASSÉ LE PLUS CLAIR DE LEUR TEMPS (ET LEUR VIE) À ÉTUDIER L'ESPACE ET LA POSSIBILITÉ DE LA VIE AILLEURS QUE SUR NOTRE BELLE PLANÈTE. SANS DIPLÔMES OU CERTIFICATS, ILS SE CONTENTENT DE CONCEVOIR DES ORDINATEURS ET AUTRES SOFTWARES CHEZ EUX DANS LE SEUL INTÉRÊT D'ENVOYER UN MESSAGE AU-DELÀ DE LA SURFACE TERRESTRE. ILS L'ONT APPELÉ CODE COSMO EN HOMMAGE À LEUR VILLE CHÉRIE (C'EST FAUX, ILS N'ONT JUSTE AUCUNE IMAGINATION), COSMOPOLIS.
EN COURS D'AFFICHAGE (WADE ET LE CODE SE BATTENT)

Les visiter en attendant : CLICK !
dabberblimp"




 

Partagez

Say hi to daddy for me _ avec Madoxx

*
BLAST
Ludlow Moore
Crédits : 2

Dim 2 Sep - 13:09

Surprise bitch your son has a come-back

Ludlow avisa l’heure : dix-neuf heures quarante deux. Il leur restait encore vingt minutes avant le début du gala, et trois quarts d’heures avant leur intervention. Ils étaient dans les temps. Largement même. Ludlow jeta un coup d’oeil à Madoxx qui, fidèle à lui-même avait une expression faciale détestable. Mais il s’en foutait. Il s’entendait moins mal avec lui que d’autres, justement parce que ses manières peu avenantes ne le dérangeaient pas. Ludlow se fichait pas mal du caractère de Madoxx, en réalité, ce qui l’intéressait, c’était ce qu’ils pouvaient faire ensemble. Et en le retrouvant à la Boom, Ludlow s’était rendu compte qu’ils pouvaient faire beaucoup de choses.

La première fois qu’il avait rencontré Madoxx, il avait seize ans, il était mal dans sa peau, il commençait à envoyer chier son père mais était encore obligé de se rendre à des galas de MooreCorp qui lui cassaient les pieds pour faire bonne impression, d’après sa mère. Il ne le faisait que pour sa mère en réalité.
Six ans plus tard, il était dans la voiture de Madoxx, une magnifique bagnole soit dit en passant, mais Ludlow n’avait pas conscience de ce genre de choses, et ils attendaient le début du discours de monsieur Thomas Moore Senior, grâce à la radio qui captait avec quelques grésillements la retransmission du gala qui avait lieu dans le bâtiment à côté duquel ils étaient garés, quelques cents mètres derrière l’entrée de service.

Ludlow reprend leur plan une dernière fois, juste pour être clair avec Madoxx avant de se lancer. “Ok donc on entre, on fait sauter le buffet, on gueule “Tu payeras pour ça Moore.” et on repart. C’est ça ? Je suis pas trop convaincu par le “Tu payeras pour ça.” mais ok.

Quand Madoxx lui avait proposé d’aller emmerder son père, Ludlow n’avait pas pu dire non. Il ne rêvait que de ça, et cela faisait un an qu’il ne lui avait pas adressé la parole. Alors foutre en l’air son gala de début d’année, pour la rentrée des investisseurs ? Un must. Avec un peu de chance, on prendrait peur et les actions en bourse de MooreCorp connaîtraient une dégringolade - Ludlow espérait, mais il ne s’y connaissait pas assez bien en finances pour en être sûr.

Ludlow regarda l’heure une nouvelle fois sur le tableau de bord de la belle voiture hors de prix : dix-neuf heures cinquante-cinq. Il était temps. Ludlow prit le masque -ridicule- que Madoxx avait acheté et l’enfila. Il avait désormais une tête de cheval, mais au moins il n’était pas reconnaissable. Ses gants enfilés, le reste de sa tenue protégeant tout son corps, il était prêt à casser du paternel. La radio grésilla : le discours commençait. Pile à l’heure. Ludlow sortit de la voiture et se dirigea vers l’entrée de service de la salle avec sur lui rien d’autre que ce masque ridicule. Pas d’armes. C’était son corps, l’arme.



Say hi to daddy for me
Voir le profil de l'utilisateur
*
Madoxx
Crédits : 0

Lun 22 Oct - 7:03

Demon
mode

this isnt fire, its a nuke

musique Il avait été franchement silencieux au milieu des parfums nauséabonds de bonshommes bedonnants et coincés dans des habits trop serrés. En tant qu’héritier direct de la fortune de son père, bientôt maitre d'une société d'armement à la fine pointe de la technologie, on requérait sa présence à ces incessants meetings où il ne faisait que swipe à droite sur les beaux gosses sur grindr. Il savait que l'homme debout, son prestige, ses cheveux poivre et sel et son calme confiant n'avait rien à foutre de son punk kid et de son désintérêt. Madoxx prenait des selfies, langue sortie, la casquette à l'envers et un regard brulant, si bien que la réunion lui échappait totalement.

« … n'oubliez pas la soirée avec Moore ce samedi, nous tenterons de faire l'acquisition du nouveau...  » Ses yeux rouges avaient jeté un regard intrigué du haut de ses verres fumés noirs. « Huh, quelle soirée? » Un soupir et un grognement irrité. « Le gala de charité avec la firme MooreCorp. Madoxx, essaye d'écouter quand je parle merde. D'ailleurs, je te conseille fortement d'être là, tu n'es pas ami avec son fils? Ludlow ou un truc du genre. Enfin bref, tu t'en occuperas. » Le président lui lança un regard entendu. Il attendait de son fils qu'il séduise l'héritier de Moore. Et ce ne serait pas la première fois. Le blond eut un sourire diabolique et il hocha la tête, comme un gosse bien dressé.

Ce que son père ne savait pas, c'est que Ludlow non seulement était avec Boom, mais en plus, il ne parlait pas à son père. Madoxx avait vu une occasion en or de faire du bruit, son activité préférée après se faire enculer proprement. Il avait informé son ancien ami de son petit plan et les deux terroristes s'était texté pendant des heures, partagent le même désir puéril de faire sauter la baraque. Et maintenant les deux étaient dans sa LP570 TWIN TURBO, révisant les derniers détails, le nez poudré de la meilleure cocaïne à Cosmo.

L'heure sonna et il enfila son masque de cheval, un truc pour bien rigolé, et sorti son fusil. Il avait bien graissé la patte (et abuser de son pouvoir, disons-le) à un des hommes qui gardait une porte vers le gala si bien que le passage était libre et les deux jeunes hommes entrèrent sans bruit. Lud lui avait gentiment pointé qu'il n'avait pas besoin de s'armer – son feu suffisait – et Madoxx n'avait pas insisté (malgré que clairement, le gars s'était cramé la moitié du visage) Il avait des souvenirs distincts de lui et Lud en mode rebelle à une de ses stupides soirées où ils fumaient d'la came en cachette. Il admirait le fils aîné, celui qui ne se souciait de rien, qui disait tout ce qui lui passait par la tête et qu'il lui refilait des cigarettes à moitié écrasées. Un modèle qu'il avait décidé de suivre. Et maintenant les voilà réunis, les enfants richissimes du chaos.

Il navigua dans les couloirs qu'il avait familiarisé avant le jour F (le jour feu dans vos gueules). Lud le suivait de près et Mad pouvait presque sentir l'air devenir brûlant. Ce genre d'exercice à haute tension était la raison même pourquoi il avait joint les terroristes, malgré son statut qui ne n'allait pas avec les principes de la Boom. Il était excité, lèvres étirées dans un sourire carnassier. Ils s'étaient faufilés avec succès dans la soirée, toute l'attention centrée vers le PDG. Madoxx se délesta de son masque ridicule et lança un clin d'oeil à Lud. Burn baby burn.
@feat lulu trois ans plus tard mdr
Awful
Voir le profil de l'utilisateur
*
BLAST
Ludlow Moore
Crédits : 2

Lun 12 Nov - 21:44

Surprise bitch your son has a come-back


Ce que Ludlow aimait chez Madoxx, c’était son regard rouge flamboyant qui semblait prêt à arracher le coeur du premier qui viendrait le déranger. Madoxx avait un charisme qu’il n’était pas possible de nier et une prestance que Ludlow aurait pu envier s’il avait ne serait-ce que prêté attention à ce genre de chose. Mais Ludlow s’en fichait pas mal, que ce soit des excès de conduite du jeune homme qui n’a pas vraiment fini sa crise d’adolescence, comme il se fichait de ses raisons, comme il se fichait de sa richesse. Ludlow ne faisait pas attention aux “on dit”, il ne s’intéressait pas aux réputations. Tout ce qui l’importait, c’était ce que Madoxx faisait là, avec lui, ce soir, et ce pourquoi ils avaient décidé d’unir leurs forces. Ludlow avait juste envie de s’amuser, d’emmerder le monde, et Madoxx se trouvait être le compagnon idéal pour cela.

Et puis il était plutôt beau gosse et Ludlow aurait menti en disant qu’il ne l’avait pas déjà observé avec insistance lors d’une réunion au QG de Boom, quand Arsène leur édictait les plans du prochain attentat et qu’il parlait essentiellement tout seul car personne n’était capable de se concentrer plus de dix minutes dans cette organisation. (Ludlow se plaisait bien à la Boom.)
Et Ludlow avait déjà fait sa fixette sur Madoxx. Et Madoxx n’avait jamais eu l’air complètement désintéressé. Ce qui était plutôt un bon point pour lui.

Mais soit, ce n’était pas le sujet pour l’instant, et c’était sans aucune arrière-pensée qu’il avait décidé de le suivre ce soir là, si ce n’était celle de foutre un boxon monstre au petit gala privé de son père qui n’avait pas vu son visage depuis plus d’un an. Ca allait être extrêmement marrant.

Ludlow n’est pas clean, mais il est assez lucide pour suivre Madoxx sans avoir l’air complètement déphasé. De toute façon, s’ils réussissent ce soir, il téléphonera à Meredith pour savoir si elle veut sortir en boîte et se mettre une mine et peut-être même Jamie pour tirer un coup. Il était d’humeur pour supporter l’autre imbécile pour une fois alors autant en profiter. Ludlow suivit Madoxx et ils passèrent devant des gens qui ne surent pas s’ils devaient être effrayés par l’arme de Madoxx ou interloqués par les masques de cheval absolument ridicules. Mais personne n’essaya de les empêcher de passer et Ludlow reconnut l’efficacité de Madoxx dans sa capacité à fomenter des plans.

Quand ils arrivèrent dans la salle de réception, Ludlow eut un instant de latence. Personne ne les vit arriver. Toute l’attention était sur son père, au centre de la pièce, sur une estrade, en train de faire son discours passionnant concernant la faim dans le monde et les âmes charitables qui pouvaient la stopper tandis qu’il se remplirait les poches avec la moitié des bénéfices pour fournir encore plus d’armes à ceux qui empêchaient les enfants d’une partie de la population mondiale de manger.
Ce n’était pas l’hypocrisie du discours qui énervait Ludlow, non, il n’était pas assez malin pour ça, pas assez alerte ni intéressé. Il n’avait jamais compris les enjeux de l’entreprise de son père. La seule chose qui l’avait jamais intéressé chez MooreCorp était le laboratoire de recherche auquel il avait eu accès plus jeune. Le reste, il s’en contre-fichait.
Ce qui énervait Ludlow c’était, justement, son père lui-même. Sa silhouette svelte pour sa cinquantaine largement passée, ses cheveux grisonnant et son regard chaud et méprisant à la fois.
(C’est peut être à ce moment là que Ludlow décida qu’il allait le tuer un jour.)

Mais Ludlow n’a pas le temps de s’enfermer dans des divagations à propos de sa haine et de ses daddy issues. Tout va bien trop vite pour son cerveau camé, sans doute, mais pas moins efficace. Il voit Madoxx retirer son masque, alors il fait de même aussitôt, et il n’attendit aucune approbation du blond pour lancer les festivités. Un plan ? Quel plan ?

Les flammes qui jaillissent et traversent la pièce de part en part pour encercler la salle font hurler les gens de peur alors que tout le monde se retourner, paniqué, pour voir d’où vient cet incendie si peu naturel. Ca hurle, ça crie, ça commence à courir dans tous les sens mais Ludlow s’en fiche. Dans ses mains des flammèches écarlates continuent à flamber et ses yeux bleus sont fixés sur Thomas Moore Senior qui semble l’avoir remarqué, finalement.

Fais toi plaisir Mad,” souffle Ludlow à l’adresse de Maddox, sans même le regarder, “Explose moi cet endroit de merde.” A quelques mètres d’eux, des hommes en noir baraqués commencent à évacuer les personnes les plus importantes de la soirée, tandis que d’autres viennent vers eux, sans doute pour les évacuer aussi, pas de la même manière cela dit.

La fête a commencé et dans les flammes qui montent jusqu’au plafond, Ludlow se dit qu’il va en profiter.



Say hi to daddy for me
Voir le profil de l'utilisateur
*
Contenu sponsorisé

Say hi to daddy for me _ avec Madoxx
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Amulette blasphèmatoire et pendentif de sang avec palaquin.
» comment faire du glacage avec du sirop
» Faire du vintage avec Photoshop
» [AIDE] Pas de connexion internet avec le WIFI
» [TUTO] Comment flasher son desire avec une rom custom ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: centre-
Sauter vers: