Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER ANTIS
dabberblimp"



 

 :: Cosmopolis :: underground :: base 426 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

firstborn — zep

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Sep - 21:59
Il est prêt.

J'ai cousu toutes ses parties ensemble. Grâce au formol, elles n'ont pas pourri. Je ne sais pas si les liaisons entre ses muscles sont fonctionnelles, mais il devrait pouvoir marcher à un rythme soutenu pour l'instant. Je l'ai sanglé au cas où il serait trop agité. Normalement, la puce de contrôle que je lui ai posé devrait le rendre suffisamment docile pour nos informations.

Je dépose une tasse de café à côté d'un dossier que j'ai photocopié. C'est une attention hospitalière que je réserve au collègue que j'attends. J'aligne les stylos sur le bureau, les outils sur mon plan de travail, les radiographies qui m'entourent, les schémas qui m'encerclent.

Je veux que tout soit parfait pour sa venue au monde.

On dirait qu'il dort. J'espère que ses yeux n'ont pas commencé à fondre. Je n'apprécierais pas que mon premier serviteur soit aveugle. Quoiqu'il en soit, si ses premières heures sont concluantes, je lui accorderai quelques prothèses. Ce serait un maigre investissement, comparé à l'avancée de mes projets. Faire un enfant est une simple question de patience, pour mon peuple. Je déverrouille ma tablette, et je lance le programme de contrôle de la puce.

Je souhaite revoir certains paramètres.

_porteur de la puce : prototype de serviteur humain #a-01
_fonction : contrôle du corps et de l'esprit
_analyse des paramètres en cours...
_analyse des paramètres complétée
_correction des paramètres complétée

Je suis satisfaite. Je vais attendre Zep pour l'éveiller. Il pourrait m'être utile : les premiers jets sont souvent les moins satisfaisants. Nous pourrons mieux gérer les imprévus à deux. Je fais rouler ma chaise jusqu'à la porte de mon laboratoire, et je m'assieds face à l'entrée.

Je fais un grand sourire, et je pose ma tablette sur mes cuisses.

Nous sommes prêts.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Sep - 23:53
Ça fait déjà deux jours que t'as l'impression de vivre une double vie et qu'tu t'sens sur le point de crever. Parce qu'en plus d'porter des costards pour la 426 il t'en faut aussi pour jouer les dealers chez Lord Bidon. Putain. À ce stade, t'as d'jà plus de valises sous les yeux que d'fric dans les poches et y a rien de pire pour commencer une journée de taff sous l'nom de docteur Zep.

Enfin, commencer c'est un grand mot puisque t'es à la BOURRE. Du coup t'as couru, le plus vite possible, jusqu'à la salle d'opération (et qui sert à plein d'autres choses mais on abordera le sujet plus tard). Tu peux r'marquer de la lumière dans l'entrebâillement d'la porte - ta collègue est déjà là. Alors tu t'dois d'faire une bonne entrée en matière de type...

Pousser la porte d'un coup de pied, rentrer en glissant sur tes chaussures toutes neuves et t'esclaffer, bras écartés, regard de braise : Ah ! Boom bébé !

Bon bon, allons voir la bête de plus près...

Les coutures laissent à désirer mais ça va tenir - ça n'fera pas de très belles cicatrices, rien de plus. Tu commences à t'accaparer des quelques appareils - radios, scanners, j'en passe, pour pouvoir observer de près et, de surcroit, dedans. Toute ta connerie te quitte. T'l'avais dit après tout. T'es pas Zep là, mais DOCTEUR Zep. C'est différent.
Très différent.

'Faudra faire attention, au niveau des muscles ça va pas se faire tout de suite. Tu r'gardes d'un peu plus près les différentes parties assemblées. Le temps que les liaisons nerveuses se reforment y en a bien pour plusieurs mois. S'il se réveille il aura sans doute rien d'autre à faire que d'parler et de mater. Tu te r'tournes vers Apex avec un vieux regard de type gros lourd. Un peu comme moi. Hop, un petit clin d'oeil grossier avant de retourner sur ta phase d'observation. Sauf si tu lui as foutu une puce qui lui donnera l'impression d'être un surhomme, avec toutes ses capacités.

Y a qu'une façon d'le savoir, t'façon.
Sans vraiment demander l'accord à ta collègue, tu le défais d'ses liens avant de reculer, la rejoignant les bras croisés. Puis, t'attends. Une réaction.

... C'est long. Tu te racles la gorge, fixe ta montre. Oui, vraiment long.
Bon bah du coup... Dispo pour un p'tit restau ce soir ? J'te propose des boulons carbonara... Tu lui accordes douze haussement de sourcils consécutifs.

Apex est une bonne amie, quand t'y penses. Au moins, t'as jamais besoin de cacher tes délires à la Frankenstein avec elle. Là où tout l'monde te fixe du mauvais oeil, elle va dans ton sens. Bien que tes avancées soient moins personnelles puisqu'on t'pousse à former un alien surpuissant. Des recherches qui durent depuis des mois mais qui n'aboutissent pas. Genre, vraiment pas.
Si cet humain finit par se réveiller, ce sera une grande avancée.

Tu soupires, en tout cas. PARCE QUE L'BATARD S'REVEILLE PAS ?

Ah bah. Il bouge. Tu fais un vieux bruit religieux type aaaah.

Votre création finit par se mouvoir. Oh, vraiment ? Mauvaise analyse de ta part ? Tu fronces les sourcils. Il ouvre les yeux, il grommelle. Ah. Ah. AAAH !?

BAM.

Il est tombé de la table.

FACE
CONTRE
TERRE
(j'aurais pu mouriiiir
jeeee me relèèèè- ah bah non)

Tu vois j't'avais dit. Liaisons nerveuses, tout ça.

FIRSTBORN




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Sep - 1:41
Nous observons le prototype A-01. Il ne semble pas se réveiller. Je scanne son corps pour détecter le moindre mouvement indiquant que quelque chose fonctionne en lui. Aucun signe de vie détecté.

— Dispo pour un p'tit restau ce soir ? J'te propose des boulons carbonara...
— Je ne souhaite pas ingérer de composants métalliques. Cela endommagerait mon nouveau broyeur.


Pour accompagner cette remarque, je l'active pendant 4 secondes. Pas plus, car le bruit assourdissant pourrait perturber notre serviteur, s'il venait à se réveiller. Le broyeur que je me suis posée au fond de la gorge facilite la simulation des repas humains. C'est également un système de défense efficace au cas où mes membres seraient endommagés.

Mouvement détecté.

_paramètre du logiciel d'analyse : fonctionnement en arrière-plan

Les mouvements de A-01 sont maladroits, mais il parvient à se mouvoir. Ses cordes vocales semblent trop endommagées pour qu'il forme un mot complet, mais il semble être doué d'une intelligence primitive. La puce fonctionne. Le sujet tombe à terre. Zep a eu raison.

— Oui, les jambes sont mal connectées. Je les remanierai une fois qu'il sera rendormi.

Je m'approche de lui et je m'accroupis. Je le mets sur le côté droit, puis sur le dos. Il est trop lourd pour que je le soulève. Il semble essayer de communiquer. Je ne peux pas interpréter ses gargarismes. Je lui fais un sourire entendu. Aucune réaction. J'agite la main droite devant son visage. Aucune réaction.

— Le nerf optique ne répond pas. Je vais devoir lui faire un œil mécanique.

Alors que je finis ma phrase, il semble essayer de bouger son bras. Je me lève et je recule, pour éviter d'être sur la trajectoire de son mouvement potentiel. Il se frappe la poitrine, puis commence à tousser, et se retourne sur le ventre pour cracher un liquide glaireux et jaunâtre.

Je m'approche avec une éprouvette et je récupère un échantillon.
A-01 attrape mon poignet alors que je me relève.

J'ai mal...

Ses mots sont à peine compréhensibles, et sa voix est usée. Je lève la tête vers mon collègue, et je lui montre le lavabo du laboratoire du bout du menton. C'est notre premier serviteur conscient, et le premier doté de parole. Si nous arrivons à communiquer un minimum avec lui, cette expérience sera enregistrée en tant que réussite.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Sep - 19:46
Le bruit du broyeur te provoque un large frisson jusqu'à la tête et t'en grimaces. Sérieux, elle s'est installée ça ? Bon, ok. Au moins, c'est efficace : t'oublies assez vite le restau et tes idées de sexe oral (putain).

Apex retourne s'occuper de son... futur serviteur, c'est ça ? Le liquide qui en ressort est étrange. Tu ne restes pas planté comme un imbécile plus longtemps. T'empoignes un chiffon humide pour aller essuyer le menton encore dégoulinant de A-01 et fixe l'échantillon.

On dirait de la bile. Faudra l'examiner tout à l'heure pour en être sûr. En tout cas, si ça en est, ça veut dire que ton petit gars a un système digestif plus ou moins fonctionnel...

À condition de ne pas en vomir plus. Mais il a toussé, non ? Cela viendrait des poumons ? C'est difficile à dire.

Et puis, ce j'ai mal, ça signifie plein de chose ! La voix est fonctionnelle, il ressent la douleur comme n'importe qui, le cerveau est parfaitement connecté au reste du corps.

Je veux vérifier quelque chose.

Tu l'soulèves sans trop d'ménagement avant d'le balancer sur la table. Retour à case départ pour le pauvre gars. Tu saisis un scalpel et commences à entailler son torse, fixant son visage avec curiosité. Ce dernier se crispe aussitôt sans même parvenir à exprimer sa peine. T'hausses les épaules, prends un air de bah oui c'était évident avan de lancer un : Oui bon, il a mal, en effet.

Le système nerveux seraient donc opérationnel ? Bizarre, tout de même...

Tu veux le rendormir maintenant pour faire tes modifications ? Tu n'obtiendras pas grand chose de lui dans cet état... Je peux le mettre sous morphine pour le soulager un peu, en tout cas.
FIRSTBORN




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Sep - 14:00
J'enregistre les nouvelles données fournies par l'analyse de Zep. La bile est un liquide sécrété par le foie humain, qu'ils régurgitent lorsque leur estomac est vide. Je pense que c'est bon signe qu'il expulse des fluides : cela signifie qu'un minimum de ses organes sont correctement reliés, comme l'indique Zep. Il replace A-01 sur la table d'examen, et le coupe légèrement au niveau de la poitrine. Capacité à ressentir la douleur confirmée. Je lève la tête vers mon collègue alors qu'il en déduit la même chose, et je hoche la tête.

— Tu veux le rendormir maintenant pour faire tes modifications ? Tu n'obtiendras pas grand chose de lui dans cet état... Je peux le mettre sous morphine pour le soulager un peu, en tout cas.

Je prends un marteau sur le plan de travail. Il me semble que ce soit l'outil approprié pour vérifier les réflexes du corps humain.

— Attends, s'il te plaît.

Je module ma force. Réduction de 46%. Je frappe ses genoux en faisant attention à ne pas les briser, mais en étant suffisamment ferme pour lui infliger une douleur minimale. Jambe droite : pas de réaction. Jambe gauche : légère contraction, modification de son expression faciale. Je repose le marteau, et l'aligne parallèlement avec les autres outils.

— Il y a des connexions qui ne sont pas fonctionnelles. Il faut également que je vérifie qu'une de ses coutures internes ne s'est pas déchirée lorsqu'il est tombé. Rendormons-le.


Je le sangle à la table pour éviter qu'un de ses spasmes ne le projette à nouveau au sol. Je prépare une poche de sédatif pour le mettre sous perfusion. A-01 semble s'agiter : si son ouïe fonctionne, c'est une réaction normale de cobaye. J'ai paramétré plusieurs émotions fondamentales dans sa puce afin qu'il ait des réflexes de survie basiques – cela fait partie des principaux mécanismes de l'esprit humain, après tout.

Ses gémissements se taisent alors qu'il s'endort sous l'effet du sédatif. Je prends ma tablette pour y entrer plusieurs observations suite à cette courte séance.

— Je t'ai fait du café, au fait.

Je montre à Zep la tasse sur mon bureau. Il a refroidi, mais il n'est pas encore descendu en dessous de sa température idéale : mon scanner indique 57°C. Je repose ma tablette, et je me saisis d'un scalpel-laser. Je paramètre la taille du laser afin qu'elle soit maximale.

— Je pensais avoir assemblé ses composants correctement, mais je pense que j'ai dû faire une erreur au niveau de ses organes. Commençons par cela. Est-ce que tu veux vérifier le contenu de son estomac ou celui de ses poumons ? Nous irons plus vite à deux.

Je lui fais un sourire amical pour l'encourager. Je n'estime pas nécessaire de lui demander son accord : il serait déjà parti s'il ne voulait pas m'aider.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Sep - 18:13
T'es pas trop trop sûr d'comprendre la réelle nécessité pour Apex d'avoir un futur serviteur. Enfin, elle fatigue pas vraiment, si ? Elle a pas b'soin d'quelqu'un pour lui cirer les pompes de toute façon... Ou alors c'est un futur objet sexuel ? Mais c'est une TEKM, t'y comprends jamais rien à ces boloss en conserve là... Mh. C'est con, si elle t'avait proposé, t'aurais bien accepté être son... cobaye. (Ajoutez à ceci un petit wink de gros lourd).

Tu t'retournes, bois l'café avec ton p'tit sourire (de lourd) habituel. Merci ma beauté. Avec une remarque de lourd.
Jamais deux sans trois comme on dit.

Sans davantage de cérémonie, tu te mets au travail. Penché au-dessus du corps endormi, tu réponds : Je vais pour l'estomac, c'est moins glamour et... tu lèves la tête vers Apex, j'suis un gentleman.

Franchement très convaincu par ton discours idyllique, tu commences à ouvrir son torse en deux. Les pans de sa peau étalés de chaque côté offrent une vue direct sur tout l'intérieur de sa poitrine et de son ventre. T'as déjà du sang partout, c'est vraiment dégueulasse. Tu réajustes ton masque devant ton bec et t'attardes sur l'estomac.

Mh... Je pense que ce qu'il a craché venait des poumons. Tu fronces les sourcils. Y a pas l'air d'avoir de problème de mon côté.

Tu poses le scalpel sur le côté. Et donc, du coup, miss... À quoi il va te servir ton p'tit bonhomme ?

On t'a déjà poussé à effectuer ce genre d'expérience pour créer l'alien le plus fort de cet univers tout entier. Mais un humain, avec des capacités quelconques, quel en est l'intérêt ?
FIRSTBORN




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Sep - 22:59
Mon collègue apprécie le café que j'ai préparé.

— De rien.

Je regarde A-01 dormir. Il ne respire pas. Sa similarité avec un cadavre ordinaire est troublante. Il faudra que je l'étiquette pour que mes techniciens ne le détruisent pas par erreur. Je ne veux pas perdre tous ces progrès.

Ils sont trop précieux.
Pour moi, pour elle, pour nous.

Zep choisit l'estomac. Je le remercie, même si je ne comprends pas ce que les poumons ont de plus « glamour ». Peut-être parce qu'il y en a deux ? Pendant qu'il réalise la tâche que je lui ai attribuée, je m'occupe de la mienne.

A l'aide de mon laser digital, je trace une ouverture nette dans son poumon droit. Je prends des pinces pour le maintenir ouvert, et j'utilise mon annulaire pour sonder les bronches. Je recueille un liquide similaire à celui qu'il a recraché plus tôt, à la différence qu'il est encore plus visqueux, et que sa teinte jaunie vire sur le verdâtre. Je dépose un échantillon dans une éprouvette, et je retire les pinces qui maintiennent l'organe ouvert.

— Tu as raison, ça semble venir des poumons. Ils étaient pourtant propres lorsque je les ai posé. Je vais vérifier le poumon gauche.

Je répète la procédure que je viens de réaliser sur le poumon gauche. Alors que je sonde à nouveau ses bronches, je réponds à la question déplacée de mon collègue. Il n'a pas besoin de savoir toute la vérité – mais ce serait impoli de simplement l'ignorer. Et c'est une chose que je ne pourrai jamais me permettre.

— Je travaille pour créer des esclaves fonctionnels au service de l'organisation. A-01 n'est que la première étape de mon projet : je ne lui ai pas encore donné de rôle spécifique. S'il survit plus d'un mois, je mettrai à jour sa puce de contrôle pour pouvoir l'intégrer à la société humaine.

Après avoir recueilli le deuxième échantillon, je nettoie les organes que nous avons ouvert avant de les recoudre. Nous n'en tirerons pas plus d'informations. J'analyserai les échantillons lorsque nous en aurons fini avec le contrôle technique.

— Tu peux vérifier sa trachée ? Je vais contrôler l'état de ses tendons.

Je lui fais un clin d'oeil.

— N'endommage pas ses cordes vocales, s'il te plaît. Je pourrais peut-être en faire un chanteur !

Je ris pendant 8 secondes. Cette plaisanterie est validée par ma base de données.

J'utilise mon laser digital pour ouvrir son talon droit, et vérifier que les muscles sont bien attachés aux os. Tout semble en ordre. Je le referme, et je passe au talon gauche. Selon mes calculs, cette tâche devrait me prendre environ 16 minutes, à condition qu'il n'y ait pas de complications. Je décide de continuer notre conversation.

— Comment avancent tes projets personnels, Zep ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Sep - 20:51
Elle rit.
Elle rit, beaucoup. trop. longtemps. Ça en devient gênant et t'oses vraiment pas la convaincre que c'était vraiment pas très drôle. T'es un mec, un vrai, avec des balls, du coup... bon, ok, du coup tu ris à sa blague sans trop te forcer. Parce que c'est son rire, qui te fait rire. Franchement, les TEKM te surprendront toujours. Tu te demandes si elle-même, a trouvé ça drôle, en toute sincérité.
Tu ne t'aventureras pas à le lui demander.

Des esclaves fonctionnels, hein ? C'est assez similaire à la mission que l'on t'a imposé, dès ton recrutement.

Tu commences à checker la trachée. Il y a quelque chose d'étrange - ni humain, ni alien. Tu fronces les sourcils, regarde d'un peu plus près. C'est comme... des sortes de boutons blancs, un peu partout. Tu n'as jamais vu une chose pareille. Tu t'apprêtes à le lui faire remarquer mais elle engage la conversation. Distrait, tu réponds :

Difficilement. J'ai un nouvel employeur à côté, j'ai dû mal à gérer les deux... Tu soupires. Ça te rappelle qu'à dix-neuf heures tapantes, tu dois te retrouver devant le yacht, sans retard possible. C'est difficile aussi de trouver les cadavres de nos collègues, avec le MIB derrière nous. Ils m'ont demandé de créer le parfait hybride alien, une véritable arme de guerre, tu sais ?

Encore une fois, tu lâches un soupir d'exaspération. L'idée te passionne, le faire est tout autre chose.

Au fait, je crois que ta petite créature n'était pas humaine, ni alien. Tu souris et lui montre la trachée. C'est un beau mutant, félicitations. Si ce n'est ni une maladie, ni un trait propre à l'homme ou à une race quelconque, ça ne peut qu'être cette solution. J'ignore encore ce que ça pouvait être mais sa trachée est infectée. Ou plutôt, évoluée. Tu lui ouvres la bouche. Il y a les mêmes anomalies au niveau des muqueuses, ici, tu vois ? Je pense qu'il devait cracher une sorte de venin, autrefois. Quelque chose du genre. Avec un peu de chance, si tu peux stimuler suffisamment son cerveau, il y a des chances que tu réveilles ces fonctionnalités...


FIRSTBORN




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Sep - 22:42
Ma plaisanterie fonctionne : il rit avec moi. Je savais qu'elle serait efficace. Ma mise à jour récente m'a permis de fluidifier mes contacts avec les organiques. Cela explique mon succès.

Je poursuis ma tâche alors qu'il répond à ma question. Pour l'instant, aucun tendon ne semble endommagé. Je mets à jour mon dossier sur Zep. Il a un nouvel employeur, et rencontre des obstacles dans sa mission assignée par l'organisation. Je ne sais pas si cela rentre dans le cadre des interactions conventionnelles entre collègues, mais je pense pouvoir lui apporter mon aide.

Il me fait son compte-rendu sur la trachée de A-01. Je referme la section que je viens d'effectuer après l'avoir rapidement observée, et je m'approche de lui pour regarder à l'intérieur de sa gorge. Je n'avais jamais vu cette mutation.

— C'est la première fois qu'un de mes sujets d'expérience présente cette mutation. Je vais analyser les résidus que j'ai prélevé avant de forcer l'éveil de son pouvoir. Il me faudra probablement de l'équipement supplémentaire pour le contenir, et éviter qu'il endommage le matériel du laboratoire... Ou les individus qui y travaillent.

Je pose deux doigts sur sa langue et je regarde dans sa bouche.

— Penses-tu pouvoir identifier la cause de sa mutation dans la semaine ? Cela m'aiderait beaucoup. Je te serais reconnaissante.

J'ai plusieurs hypothèses, mais il me manque l'expertise médicale pour savoir les vérifier. Selon moi, cela pourrait venir d'un des produits que j'ai utilisé pour conserver les différentes parties de son corps, du niveau de radiation dans le laboratoire, ou encore des différents stimulis nerveux employés pour ramener ses muscles et ses organes à la vie.

Je reprends ma tâche – j'aimerais vérifier les connexions de ses bras avant de passer à autre chose. Ce faisant, j'argumente afin de soutenir ma requête avant qu'il ait le temps de me répondre.

— Je sais que tu es occupé, Zep. Je pourrais t'aider à planifier tes journées sur une base ternaire, afin que tu aies suffisamment de temps pour exercer tes fonctions parmi nous, pour répondre aux exigeances de ton second employeur, et pour te reposer suffisamment pour rester en bonne santé.

Certes, je ne partage pas les besoins primitifs des organiques. Mais le nombre de projets consécutifs que je dirige et gère depuis mon arrivée à la 426 m'a permis de beaucoup améliorer mes capacités d'organisation dans le temps.

— Je pourrais aussi t'aider plus indirectement, si tu as du mal à récupérer des corps. Je suis en bon termes avec nos traqueurs, nous en avons de très compétents. Je peux également te recommander un tueur à gages très efficace. Si les cadavres de nos collègues ne suffisent pas, je suis sûre que l'organisation approuverait que tu en cherches d'autres.

Je conclus mon contrôle de ses connexions musculaires et osseuses. Aucune d'entre elles ne semble avoir été endommagée pendant sa chute. Je me rapproche à nouveau de sa gorge. Mes mains sont trop sales pour que je reprenne ma tablette.

J'appuie sur ma tempe afin de prendre une photo de ses muqueuses. Le flash est un peu violent, mais au moins cela m'évitera de mettre du sang possiblement contaminé sur mon matériel. Je réfléchis à son pouvoir potentiel.
Peut-être qu'il ferait un combattant décent ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Oct - 22:50
Tu hoches la tête, presque trop docilement. Retrouver la cause d'une mutation n'est jamais une tâche aisée puisque même les scientifiques se partagent en deux écoles : ceux qui pensent que les pouvoirs sont une mutation naturelle et ceux qui suggèrent qu'il s'agisse d'une mutation due aux arrivées extra-terrestre. Dans tous les cas, vu l'âge de la victime, celle-ci n'est pas né avec une telle habilité. Peut-être même est-ce la cause de sa perte : certains corps ne supportent pas de tels changements.

Bon c'pas tout mais y a d'la gonzelle qui t'parle, alors tu laisses le beauf en toi se réveiller d'un coup SEC. Tu la r'gardes avec un p'tit côté taquin alors qu'elle t'explique qu'elle pourrait te créer un emploi du temps sur-mesure. Ce à quoi, tu réponds tout naturellement :

Oh, de ouf. Seulement si tu m'gardes une p'tite place pour une date tous les mercredis soirs.

Puis, ce ne serait pas drôle si tu ne t'arrêtais pas là, hein ?

Une semaine sur deux, dans ma chambre. Par exemple.

Tu fais un bon gros clin d'oeil bien dégueulasse avant de ricaner de façon... tout aussi dégueulasse. Bien sûr, tu plaisantes. T'es pas certain d'avoir envie de l'entendre expérimenter des blagues sur toi une fois par semaine. Parce que si elle est si mauvaise au lit qu'en humour... le dicton "femme qui rit à moitié dans ton lit" NE T'INTÉRESSE QUE MOYENNEMENT, POUR LE COUP.

Bon, sur une note plus sérieusement, concernant la viande dont j'ai besoin... enfin, les corps...

Tu commences à ranger peu à peu ton matériel avant de t'attarder à la fermeture des entailles. Il m'en faudrait plusieurs. De différentes races. C'est le souci. Je sais que je n'y arriverai pas du premier coup, il me faut plusieurs tentatives, plusieurs sujets. C'est le plus embarrassant. Tu es un lâche, mais pas un assassin. Un fou, peut-être, mais pas sans empathie. Et puis, tuer les nôtres, ce n'est pas un peu hypocrite au vu de nos ambitions ? L'espace d'un instant, tu la regardes. Tu réalises très vite que tes phrases peuvent laisser sous-entendre tes doutes vis-à-vis de l'unité alors, d'un raclement de gorge, tu te reprends. Mais euh, oui. Oui, si tu as des contacts, tu peux toujours leur glisser un mot.

Tu coupes le fil de la suture d'un coup de ciseaux. Tu espères sincèrement qu'il se réveillera.
Non, il le fera, tu en es certain.

En tout cas, ton p'tit bonhomme me donne d'l'espoir. Si tu arrives à remettre sur pied un mort, y a pas d'raison qu'mes p'tits monstres n'ouvrent pas l'oeil.

Détournant la table, tu t'plantes devant Apex avant d'poser solennellement tes deux grandes mains sur ses épaules, un sourire ému placardé sur la tronche.

Chérie, nous allons être de merveilleux parents !

T'en as presque une larmichette. Tu joues l'truc à fond, tant qu'à faire.
FIRSTBORN




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Nov - 2:04
Il réagit positivement à ma proposition. Je ne comprends pas très bien ce qu'il veut faire le mercredi, mais je lui laisserai quand même un espace vide dans son futur emploi du temps. Il me fait un clin d’œil puis éclate de rire, ce que j'interprète comme un signe de bonne humeur. Je hoche la tête pendant 3 secondes, pour exprimer mon approbation.

Ce sera fait.

— Bien sûr, tuer « les nôtres » n'est pas idéal. Mais rien ne nous empêche de réutiliser les corps de ceux qui sont déjà morts avant qu'ils pourrissent, qu'ils soient rattachés à nous ou non.

Ils ne peuvent plus rien dire, de toute façon.

Mon cher collègue semble avoir des doutes quant à la provenance de ses matériaux. Je scanne rapidement son visage – sont-ce des doutes de frustration, ou sont-ils plus ancrés ? Je forme quelques hypothèses dont les réponses m'intéressent peu. Tant qu'il m'aide, je n'aurai rien à redire. Je me méfierai de son état mental lorsqu'il posera un risque pour mon travail.

_données archivées

Pendant qu'il range ses outils, je nettoie les miens. Je dois encore décontaminer mon corps ainsi que l'espace qui est rentré en contact avec A-01 avant de commencer mes analyses. Je le replacerai dans le formol le temps que ses plaies cicatrisent.

Zep me félicite pour mon travail – il a raison, je suis un élément prolifique pour l'organisation. Je suis fière d'être un symbole d'espoir pour les mortels qui financent mes recherches : qui d'autre que moi pourrait remplir ce rôle exigeant ? Je souris pendant 6 secondes.

— Chérie, nous allons être de merveilleux parents !

C'est vrai qu'A-01 est cliniquement mon enfant, puisque je l'ai « construit ». Mais je ne pensais pas qu'il serait prêt à assumer un rôle de père pour lui. Je suis agréablement surprise. Cela doit vouloir dire qu'il veut s'impliquer un maximum dans la croissance et le développement de notre mutant. Je pose ma main droite sur une des siennes, mimant un geste affectueux – maternel.

— Bien sûr que nous le serons. Et il sera un merveilleux fils. Je t'enverrai une vidéo de ses premiers pas si tu les rates. Veux-tu choisir son nom ?

Ce sont les choses qui préoccupent les jeunes parents organiques, non ? Je dois garder en tête que ma nouvelle progéniture n'est pas un tekm : nous ne pourrons pas l'élever en tant que tel. Heureusement, son père tout trouvé sera là pour m'aiguiller.

Je pense que la maternité me réussira.
hrp — pauvre zep..........


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
firstborn — zep
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: underground :: base 426-
Sauter vers: