Année 1983, David, Derrick et Dustin, passionnés par la science-fiction et la pop culture, décident d'envoyer un message dans l'espace grâce à un ordinateur sophistiqué depuis leur petit garage à Cosmopolis, dans le Connecticut. Puis c'est parti en couille.Plus de trente ans après, grâce aux exploits informatiques des "3D" (pour "Three Dicks"), les aliens foulent enfin le sol terrestre ! Mais à quel prix ? C'était à l'époque une simple passion. Ni femme, ni emploi, David, Derrick et Dustin ont passé le plus clair de leur temps (et leur vie) à étudier l'espace et la possibilité de la vie ailleurs que sur notre belle planète. Sans diplômes ou certificats, ils se contentent de concevoir des ordinateurs et autres softwares chez eux dans le seul intérêt d'envoyer un message au-delà de la surface terrestre. Ils l'ont appelé Code Cosmo en hommage à leur ville chérie (c'est faux, ils n'ont juste aucune imagination), Cosmopolis.
MERCI DE FAVORISER EURÊKA
dabberblimp"



 

 :: Cosmopolis :: ryld district :: plages Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Shoot Me • w/ Ludlow

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Juil - 21:37
Shoot MeAnd my heart said bang bang bang !

Iridescence. Les couleurs miroitantes sur la surface de l’eau claire de l’océan qui bordait la plage reflétaient la blancheur des nuages paresseux qui parcouraient le ciel avec lenteur. Le souffle de vent qui caressait la surface de l’écume passait sur les peaux et les cheveux des passants qui se trouvaient là, rendant l’atmosphère bien plus agréable par ces chaleurs qui commençaient à écraser la plupart des êtres installés sur le sable. Il en valait de même pour ta personne qui n’avait qu’une envie : retourner se planquer dans la petite chambre de ton appartement et finir sur Instagram pour y poster des stories pendant des heures. Peut-être même faire un live sur la dernière lotion capillaire que tu avais acheté la veille.

Cependant, ce shooting photo pour une marque de montres dernier cri ne pouvait se faire sans toi, qu’avait pleurniché ton manager et tu ne pouvais te désister. Enfin, faire cette séance te permettrait de renflouer les caisses et de t’acheter de nouvelles fringues en promo sur Zalando – ou même finir dans les rayons de Yves Saint Laurent qui sait ! Alors, de bonne grâce, tu restais docile et accessible, laissant la maquilleuse te repoudrer le nez et la coiffeuse toucher à tes cheveux trop ravissant pour sa personne. La chaleur commençait à t’accabler, s’installant sur tes épaules comme une chape de plomb que tu rêvais de retirer. Seulement, il restait encore beaucoup de photos à faire et cela prendrait certainement des heures. Long soupir. Tes perles couleur citrine se levèrent vers le toit bleu du monde, une moue boudeuse se collant à tes lèvres pincées. Ne pouvait-il pas y avoir plus de nuages que cela ?

Un nouveau souffle de vent vint jouer dans tes mèches pendant que tu t’enfonçais dans le sable en direction des vagues, posant nonchalamment tout en prenant une expression désinvolte. La chemise blanche que tu portais contrastait avec le bermuda beige que l’on t’avait filé, la montre argenté étant le seul accessoire ornant ta peau purpurine. Tu en avais déjà assez de ce shooting et même l’insistance de ton manager que tu appréciais pourtant beaucoup commençait à t’épuiser. L’heure de rentrer était encore loin. Beaucoup trop loin. Et cela augmentait davantage ton agacement.

Puis il y eut une pause, durant laquelle on te fit te changer. Une chemise à fleur jaune et un short noir. De très mauvais goût de ton avis mais tu n’ajoutas rien quand on te donna ta nouvelle parure. Boudant toujours, tu allas te changer dans la tente prévue à cet effet, espérant secrètement que la pluie ne se mette à tomber pour écourter cette séance de torture. Mais ce fut tout autre chose qui fit son apparition lors de ta sortie de la tente.

Le morceau de plage où le shooting devait avoir lieu avait été privatisé pour l’occasion, mais quelques personnes et curieux passaient par-là, t’observant toujours en chuchotant. Quelques-uns posaient des questions, prenaient des photos quand ils apprenaient avoir à faire à un mannequin. Alors, des gens, tu en avais vu passer. Mais tu n’aurais pas cru tomber sur un visage connu. Un petit sourire se dessina sur tes traits fins pendant que tu plongeais tes mains dans le poche de ton short tout en avançant avec grâce et cadence jusqu’au jeune qui semblait distribuer des glaces sur les grains de sable doré. Voir Ludlow était une surprise, une agréable surprise, qui allait totalement changé l’atmosphère lourde et ennuyeuse de cette après-midi trop longue.

- Ludlow ! Mais quel plaisir de te voir par ici ! Dis, t’as pas une clope Honey ?

@Ludlowbe beautiful
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Aoû - 15:46
Shoot MeI'll be first

Dimanche après-midi, plage, Ludlow mâchait un chewing-gum en attendant sa pause et le moment où il pourrait se griller une cigarette. Il faisait beau et pas mal de familles étaient venues s’installer sur le sable fin pour profiter du début de l’été, il avait servi beaucoup d’enfants et quelques couples qui le regardaient un peu bizarrement parfois, mais il avait l’habitude. Les habitués lui souriaient et lui demandaient comment il allait, ce à quoi il répondait toujours “bien” même lorsqu’il venait de passer la moitié de la nuit à cramer le quartier de Janha. Aujourd’hui ce n’était pas le cas, mais il s’était tout de même couchée à cinq heures du matin et réveillé vers treize heures, à peine deux heures avant le début de son service donc. De toute façon, ça ne changeait pas beaucoup de sa tête de d’habitude : Ludlow n’avait jamais l’air très frais.

Il avait bien repéré l’installation de photographes et de maquilleurs à une centaine de mètres de lui et de son stand, des vigiles avaient viré les quelques curieux et ceux qui voulaient s’installer sur ce coin de la plage pour y profiter de la mer. Mais Ludlow ne s’y était pas non plus intéressé plus que cela. Jusqu’à ce qu’il voit quelqu’un s’approcher.

D’abord, il ne le reconnut pas -ou ne voulut pas le reconnaître. Mais bien vite, à mesure que la distance entre eux se raccourcissait, Ludlow était forcé d’apercevoir la grande silhouette, les cheveux blancs et la peau violette de l’homme qui s’avançait vers lui. Il grommela un “oh non pas lui” alors que Fly l’apostrophait finalement.

Pour lui demander une cigarette. Non mais oh. Toujours aussi casse-couilles celui-là. Ludlow maugréa alors qu’il terminait de servir un couple de petits vieux qui regardaient tour à tour Fly, puis lui, en se demandant lequel des deux était le plus bizarre entre l’alien et le défiguré.

J’ai une pause dans cinq minutes donc t’attendras d’ici là. Qu’est-ce que tu viens foutre ici en plus ? T’es pas sensé faire le mec ultra superficiel au centre-ville ?

Ludlow avisa son téléphone portable : il ne restait plus que trois minutes en réalité, mais le plus longtemps il pouvait faire attendre Fly, le mieux c’était. Il jeta un coup d’oeil autour d’eux et comme il n’y avait pas l’air d’avoir grand monde qui se précipitait pour ses glaces, il retira finalement la casquette rouge “Nice Cream !” qu’il devait porter en service, contourna son petit stand sur lequel était aussi écrit “Nice Cream !” en rouge, et se posta en face de Fly. Du coin de l’oeil, il vit les photographes du shooting s’agiter un peu. Fly semblait avoir été avec eux mais il ne voyait pas trop ce qu’il pouvait faire.

Finalement, il sortit son paquet de cigarettes et le tendit à Fly pour qu’il en prenne une, avant d’en prendre une aussi, qu’il alluma du bout des doigts. Il jeta un regard désabusé à Fly qui attendait comme un con parce qu’il n’avait pas de briquet, évidemment, et la lui alluma de la même manière.

C’est ta passion de venir m’emmerder quand je bosse en fait ?

@Flyyou're so annoying


Les cadeaux des plus beaux !!:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Aoû - 19:14
Shoot MeAnd my heart said bang bang bang !

Réaction fracassante. Comme prévu, le jeune homme se braqua en voyant ta personne se présentait devant lui, un sourire plus grand étirant tes lèvres légèrement maquillées tandis que tu affichais une adorable expression enjouée. Il était marrant Ludlow à s’offusquer quand tu arrivais, à ronchonner et se braquer. Mais à chaque fois, il agissait en ta faveur et te donner ce que tu lui demandais – ou tu le lui subtilisais avec brio. C’était toujours une nouvelle aventure palpitante qui se finissait toujours par une victoire de ta part. et tu savais que ce jour ne serait pas différent des précédents.

Comme prévu, la cigarette arriva. Après des plaintes et des regards gênés. L’agacement qui fusait dans les veines du jeune homme te faisait un peu plus plaisir, d’une façon que l’on pourrait juger de malsaine. Mais ne fallait-il pas que tu t’amuses un peu et que tu sortes ce pauvre garçon de son ennui ? N’aurait-il pas eu une journée plus morose si tu n’avais pas été là ? Bien sûr que oui ! Tu venais illuminer son après-midi de travail par ta magnifique présence qui commençait sérieusement à manquer au personnel présent sur le lieu de la séance photo. Mais que cela tienne, tu avais besoin de ta clope et qu’on te lâche un peu la grappe.

La lumière rougeoyante de la flamme vint se coller au rouleau de tabac duquel tu tiras plusieurs longues bouffées avec satisfaction. D’un signe de tête, tu remercias ce cher Lud’ pour son acte mais ta mine changea quand tu entendis sa question émise d’une voix offusquée. Comment pouvait-il penser cela ? Ce n’était pas du tout ton genre – en tout cas, sur le papier. Affichant une expression ahurie et peinée, tu posas ta main sur ton cœur comme s’il avait tiré dessus à la carabine, ta voix se confondant en plaintes larmoyantes.

- Mais enfin Honey, ne dis pas de choses pareilles. Tu sais bien que ce n’est pas vrai ! je t’apprécie et c’est pour ça que je viens te voir, pour illuminer tes jours et tes nuits de ma présence.

Un grand sourire vint alors se dessiner sur tes traits, un semblant de rire montant dans ta gorge suite à cette remarque, mais tu n’eus pas l’occasion de dire quoi que se soit que ton nom fut hurler à plusieurs mètres derrière toi. Etonné, tu te retournas pour découvrir une petite brune à l’air énervée qui arriva jusqu’à ta hauteur pour te tirer par le bras, tes yeux roulant dans leurs orbites. Mais ne pouvait-on pas te laisser tranquille ?

- Ça fait dix minutes qu’on te cherche. Hugo hurle à tout va. Tu ne peux pas disparaître comme ça.

Enfer. Il faisait trop chaud pour shooter. Il faisait trop lourd pour faire quoi que se soit. Même pour vivre. Dans un sanglot ennuyé, tu fis la moue, ta cigarette coincée dans le coin de tes lèvres.

- Mais j’en ai maaaarre ! Foutez-moi la paiiix !

Pauvre enfant désœuvré. On ne peut pas toujours avoir ce que l’on veut.

@Ludlowbe beautiful
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Shoot Me • w/ Ludlow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
code cosmo :: Cosmopolis :: ryld district :: plages-
Sauter vers: